3
min

La malédiction du marais de Thurgÿk

Image de Hector

Hector

42 lectures

42

Vingtième jour du quatrième mois de l'an 763

Le marais de Thurgÿk est semblable à tout ceux qu'on peu trouver dans les Contrés du Nord : un bourbier froid et humide dans lequel prolifère grenouilles, couleuvres, moustiques et autres bestioles raffolant de merdailles ; la différence notable de ce marais est qu'il s'étend sur de nombreux kilomètres et qu'il sert de frontière naturelle entre l'Empire et les Royaumes Insoumis, ce qui en fait un endroit stratégique de premier ordre. Néanmoins, aucune armée, impériale ou ennemie, n'a jamais tenté de le traverser. Le motif de cette inactivité militaire : une ancienne légende qui a fait de ce marais un endroit où planerait une malédiction ancestrale, selon laquelle quelques monstre erraient en ce lieu. Balivernes ! Commérages ! Fadaises que tout cela ! Voilà tout ce que je pensais de ces racontars de bonnes femmes voulant effrayer leurs rejetons avec quelques histoires à dormir debout.
Pourtant, je fus bien obligé de revoir mon jugement sur la question.
J'avais donné l'ordre d'envoyer une escouade d'éclaireurs aguerris établir une reconnaissance du terrain : le but était de savoir si ce marais pouvait être traverser par mes armés, et dans quelles conditions.
Le dix-huitième jour du troisième mois de l'an 763, vingt hommes robustes et valeureux quittèrent la capitale et se mirent en marche vers l'objectif que je leur avais donné. Un mois plus tard, j'appris par un de mes espions qu'un soldat de cette unité de reconnaissance avait été recueillis par des prêtes de la province d'Arthisse ; l'homme était en proie à une terreur folle que les hommes de foi ne parvenaient pas à apaiser. Je me mit donc en route afin d'aller voir ce qu'il en était.
Ce que j'écris à présent, sont les paroles du soldat en question, le caporal Fojk, qui me narra tant bien que mal le sort de cette expédition :
« Les trois premiers jours ce sont déroulés sans incident... C'est au crépuscule du quatrième jour qu'''Il'' est apparut ... On avait commencé à monter le campement sur une motte de terre pas trop humide. Le capitaine Heckbert et moi étions en train de décider du trajet à suivre pour le lendemain, quand d'un coup tout le marais s'est tu... On n'entendait plus rien... Même le bourdonnement des moustiques avait disparu... On a commencer à avoir du mal à respirer, et puis la brume s'est levée... J'avais jamais vu de ma vie une purée de poix aussi épaisse... On voyait pas à plus de deux mètres... Et puis, là les gars ont commencer à se faire attraper, je voyais rien bien sûr, mais je les entendais hurler de terreur... Et ce putain de marais qui ne faisait plus aucun bruit ! Tout ce que j'entendais c'était quelques mouvements furtifs dans la brume suivit par les cris d'horreur de mes camarades... Le capitaine et moi on s'est mis dos à dos, décidés à vendre chèrement notre peau, malgré la trouille qui nous tiraillait les entrailles. C'est là qu'''Il'' est apparut... Juste devant moi... Un masque de bois qui flottait dans les airs ! Cette saloperie nous souriait au moyen du trou qui lui servait de bouche ! ''Il'' nous a regardé quelques secondes avant de disparaître de nouveau dans le brouillard... Le capitaine et moi on retenait notre souffle... On se croyait tirés d'affaire... Soudain, le capitaine fut happé par la brume et disparut en hurlant ! Face à ce maléfice, j'ai pris mes jambes à mon cou ! Je n'avais fait quelques mètres que je trébuchai et m'étalai de tout mon long dans la fange. Je me retournai alors, et je ''Le'' vit de nouveau qui me regardait, toujours souriant... Puis, ''Il'' fonça vers moi ! Je fermai les yeux, me croyant perdu, mais rien ne se passa... J'ignore combien de temps je suis resté ainsi, mais lorsque j'entendis de nouveau le coassement des grenouilles, je me décidai à rouvrir les yeux : le marais était revenu à la vie. La brume et le ''masque'' avaient disparut, emportant avec eux toutes traces de mes camarades... Je n'attendit pas plus longtemps pour quitter ces lieux maudits ! »
Tout au long de son récit, le caporal était en proie à des tremblements de frayeur, qui s'accentuaient quand il évoquait la ''chose'', et il ne cessait de jeter aux alentours des regards apeurés. Je l'informai qu'il serait pendu pour abandon de poste, cela parut le soulager, comme si il était heureux de ne plus avoir à vivre avec de tels souvenirs.
De retour à la capitale, j'entrepris de consulter tout ouvrage capable de me renseigner sur le marais de Thurgÿk : les marais avait été autrefois habitable, elfes et humais y cohabitaient plutôt cordialement, selon certains ouvrages. Les témoignages des rares survivants parlaient tous d'un masque de bois flottant dans la brume, ce qui confirmait les dires du caporal Fojk. J'appris également que la malédiction était d'origine elfique, et qu'elle n'épargnait que ceux qui avaient du sang-elfe dans les veines. Le dernier elfe étant mort depuis déjà quatre cent ans, j'en conclu que certains Uurigan, fruit de l'accouplement d'elfes et d'humains, avaient pût échappés à la purge de l'an 360 ; leurs descendants ont réussi à s'établir dans l'Empire et à procréer à leurs tours, cachant leurs origines infâmes, mais même après quatre cent ans, le naturel revint au galop semble-t-il... ( Il faudra que je me penche davantage sur la question de l'épuration afin d'éradiquer cette engeance, mais pour l'heure j'ai d'autres préoccupations)
Quoiqu'il en soit, il va me falloir trouver un autre passage à mes armés, les malédictions elfiques étant à l'image de leurs créateurs, tenace et perfide !

Extrait du journal impérial de la famille Von Vallirien

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
42

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition avec une brume brumeuse ... :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...
Tous mes vœux pour cette nouvelle année !

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un beau texte bien enlevé qui nous embarque dans une histoire chargée de mystère avec un beau crescendo dans la tension et une finale des plus surprenantes sur l'épuration. Bravo, Hector ! Vous avez mes cinq votes.
Si vous avez un peu de temps, je vous invite à lire mon dernier sonnet : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba Bonne journée et bon jour de l'an !

·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Quelle imagination ! Bravo.
·
Image de Skimo
Skimo · il y a
Un beau scénario pour jeu vidéo avec effets. Il y a des fautes d'orthographe, mais tout le monde n'a pas un correcteur sophistiqué; ça ne m'empêche pas de voter. Je vous propose : "Il était une fois dans l'univers"; un tout autre genre, mais avec sa part de violence également
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Beaucoup d'imagination pour ce très bon texte. Mon soutien. Si le cœur vous en dit je vous invite à découvrir mon univers avec "Le Grandpé", "L'héroïne" ou "Tata Marcelle"
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une histoire écrite avec beaucoup de passion et d'imagination ! Mes votes ! Mon récit, “Croisière”, est en compétition pour le Prix 2017 Imaginarius. Une invitation à partir en voyage si vous ne craignez pas la brume en mer ! Merci d’avance et passez de bonnes fêtes!
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·