1
min

La main de la douleur

Image de Claire Le-Mée

Claire Le-Mée

45 lectures

2

Douleur.
Cette douleur qui ne s'en va plus.
Qui me torture chaque jour, chaque minute, chaque seconde lorsque je vis.
Cette douleur qui me rappelle que je ne pourrais pas soupirer toute ma vie.
Que je ne pourrais pas rêver éternellement.
Je la hais plus que tout.
Elle est là et je souffre.
Pars.


Douleur.
Maintenant, tu es partie.
Tu m'as laissé en paix, mais pas reposée.
Tu me manques.
Quand tu étais là, même si mes heures étaient comptées, je pouvais vivre. Maintenant que je t'ai bannie, je ne ressens plus rien.
Je meurs à petit feu.
Mon âme agonise.
Reviens.


Cette main que tu torturais chaque jour, lorsque je réalisais mes rêves et mes passions, est morte.
Je ne la sens plus.
Je ne la pense plus.
Elle est là, mais vide.
Comment exprimer mes sentiments, si je ne peux plus dessiner ?
Comment survivre, si mes soupirs sont envolés ?
Vas-tu me rendre ma vie, ou me laisse dépérir ?
Sans le monde que je pouvais offrir à autrui, qui suis-je ?
Que dois-je faire ?
Ma seule et unique passion, mon amour, ma vie est morte.
Honte et désespoir.

Reviens.
Reviens.
Reviens.
Car sans toi, je ne suis plus rien.
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Nabelle Martinez
Nabelle Martinez · il y a
"maintenant que je t'ai banni, je ne ressens plus rien"... c'est si vrai : on ne construit rien sur le rejet. joli sujet.
si le coeur vous en dit, j'ai un poème en compèt' : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/de-toute-eternite-1
mais sans obligation