Image de Leeloo

Leeloo

12 lectures

0

Dès que j’arrive, je ressens un immense sentiment de sérénité, comme une vague qui venait me frapper en plein visage...
Le cours d’eau épouse parfaitement les plages de sable, en arrière plan la forêt est perchée juste au dessus de celui ci . On entend le chant des oiseaux et le souffle du vent.
Le coucher de soleil au loin, laisse apparaitre dans le ciel, des nuances rougeâtres. L’air est pur, je gonfle mes poumons et respire cette essence à plein nez .
Lorsque je marche dans le sable chaud, mes pieds nus s’enfoncent dans celui ci et laissent la trace de mon passage sur le sol.
Je me rapproche lentement de la Loire, plus j’avance plus je ressens l’humidité qui vient se poser délicatement sur mon visage, l’air y est plus frais.
Le courant de l’eau, emporte sur son passage quelques branches blanchis par le soleil, et quelques coquillages couleurs nacres .
Elle dépose sur le rivage une légère écume blanche, qui vient danser sur le sable à chaque mouvement de vague .
Les rayons du soleil couchant, viennent m’éblouir, je ne vois plus rien mais je continue de regarder le ciel tant il est magnifique .
Quelques papillons de nuits, viennent voltiger juste au dessus de moi.
Je décide de m’assoir puis de m’allonger dans le sable chaud. Sa chaleur vient réchauffer mon dos qui commençait de frissonner au contact de l’humidité. Je dépose mes mains et je les enfonce délicatement dans celui ci . Je ressens chaque grains de sable, chaque petits coquillages.
Je regarde encore et encore le ciel, quelques nuages viennent se glisser entre les nuances rougeâtres . A ce moment précis, je me sens toute petite, je ne pense presque plus à rien, et je profite du moment présent .
Lorsque je ferme les yeux, je ressens tout, le léger souffle du vent sur mon visage, la chaleur du soleil. J’entend le bruit délicat du mouvement de l’eau et le son des vagues qui viennent s’écraser sur le rivage.
Je reste la un moment, étendue sur le sable, ma longue jupe flottant dans l’air au contact de la brise . Je me sens tellement bien, je respire enfin.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

C'est la première année qu'elle est venue seule. Depuis la perte de Stéphane, il y a trois ans dans cet accident, elle ne voulait plus entendre parler de cette maison qui avait été le témoin de ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Elle était bizarre Marie. Et quand elle riait c'était pour partir un peu. Pour s'éloigner de nous, en lançant ses éclats tranchants de rire.Et quand elle frappait, elle partait aussi. ...