3
min

La lettre

57 lectures

28 voix

En compétition

Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés? Peut-être les deux.
Je ne sais pas où je suis ou combien de temps il fait dès que je sortis la maison, la seule chose qui est certaine: je tiens encore la lettre. Je sens le papier dans mes mains comme un souvenir de ce qui s’est passé et la douleur dans la poitrine s’intensifie.
Personne pourrait me preparer pour cette douleur, elle accompagne un mélange de nausée et essoufflement et je suis sûr que mes mains mouillées sont une conséquence supplementaire.
J’ai peur d’ouvrir mes yeux et j’ai peur de retourner à réalité. Peut-être si je me refuse de reconnaître mes sens, tout retournera au normal.
C’est la première fois que je ne me sens pas emprisonné dans ma tête, mais je donnerai ma vie pour ce sentimment retourner, parce que se sentir perdue, sans direction est le pire.
Les mots encore m’étonnent.
J’ouvre mes yeux pour voir une petite chambre avec un seule miroir fixé au mur et un fil de lumière entre un abisme pénombre. Je vois une petite fille dans le miroir et elle sourit à moi, sa joie est contagieuse et pendant un minute j’oublie mes problèmes.
L’ombre derrière commence a grandir, je sens mes baskets en train d’être humide et un sentiment de peur domine la chambre. La petite fille continuait a jouer et a danser quand de l’eau inonda tous les espaces possibles. La fille ignore calmement tandis que je lutte pour éviter de me noyer. Par contre mes efforts, en question de secondes nous sommes sous l’eau.
Une petite voix murmure en mon oreille les mots que j’ai essayé d’éviter:
«Vous n’êtes pas suffisante.»
Je veux crier qu’elle était erronée, que je suis suffisante, que je ne croix pas dans cette phrase, mais mes poumons cédent et je reste immobile. Elle gagna et le volume de liquide diminue lentement dans la même proportion que mon angoisse augmente. Je chreche pour une porte, une manière de sortir, d’échapper.
La petite fille finalement se prononce:
«C’est inutile. Reste avec moi, s’il vous plait. J’ai peur et j’ai personne.»
Son semblant était effrayante et triste et soudainement je ne pourrais pas le dire non.
Alors je reste et je regret de rester. Cependant, je regarde la fille et le sentiment d’accueil traverse mon corps. Peut-être je peux oublier la réalité si je reste ici toujours.
«Merci.» Dit elle. «Les grandes filles seront arriver en quelque moment et si vous êtes avec moi, elles ne diront pas des choses méchantes.»
«Elles sont méchantes avec toi? Quelles choses disent elles?»
«Elles disent que personne m’aime ou me veux ici, que elles voulaient que je ne suis jamais née et que je ne suis pas suffisante, mais je suis suffisante, non?» La fille dit avec un ton d’espoir.
C’est la deuxième fois que j’écoute cette phrase ici et elle me coupe comme une dague dans mon dos. La nausée retourne et il faut que je fasse des efforts pour que la petite fille ne découvre pas que je suis cassée.
Je souris faussement et je la dis: «Tu es plus que suffisante et il y a des personnes que t’aiment, croix en moi.» Mais même je ne me croix pas.
Je la regarde jouer et être enfant. La sensation d’être libre et heureuse et d’avoir le monde dans ses mains, je me demande si je vais l’avoir de nouveau, si je peux me sentir comme cela encore une fois. Peut-être oui, si je ferme mes yeux. Par contre, au moment je ne peux pas fermer mes yeux, si non, tout est noir. Peut-être je suis dans le noir et peut-être je suis un cas perdue et n’importe combien de fois je ferme mes yeux, je ne peut plus être une enfante. Peut-être il faut que je m’habitue avec le noir.
Perdue dans mes réflexions, je ne perçut pas une main toucher mon épaule et une figure masculine très familier me regarder dans le miroir. La petite fille est contente de lui voir, mais mon instinct est de courir, je n’ai plus d’air dans mes pulmons et je ne peux plus controler des larmes de tomber.
«Pourquoi?» je lui demande. «Pourquoi vous le faites? Pourquoi à moi?»
Son regarde est misterieux, mais je sais qu’il sait dejà la réponse.
«Je le fais à cause de toi.» Il affirme. «Parce que vous n’étiez jamais suffisante...»
Et après, une deuxième dague traverse mon corps et je perds mon balance.
Je ne suis pas suffisante.
Je tiens la lettre dans mes mains avec force.
Je ne suis pas suffisante.
Je veux crier, frapper, démontre que je suis énervé, triste, dire qu’il ment, qu’il est égoïst, que ce n’est pas ma faute et le discour répété d’independance et d’amour prope, mais je reste immobilisé. Il reste seulement un vide.
Je ne suis pas suffisante.
Je tombe et la chute sera brusque et très douloureuse.
Je ne suis pas suffisante.
Je me rencontre avec des monstres de mon enfance. Mon imagination fit un excellent travail en créer des images effrayantes et dégoûtantes que me firent être reveillée tout la nuit. Au fur et à mesure que je grandis, les monstres sont transformés en personnes, mais je ne pouvais jamais imaginer que le protagoniste de mon cauchemar serait une affirmation capable de me laisser en pièces.
Je ne suis pas suffisante.
Je ne sais plus distinguer le réel de l’imaginaire. Peut-être c’est rien ou les deux, mais j’ai besoin d’ouvrir mes yeux et affronter la verité.
Je regarde le miroir une fois de plus. La petite fille est disparue, bien commme l’homme. Je suis seule.
Je me regarde et je suis cassée. J’ai des coupes partout mon corps, mon cheveu est malprope, ma chemise est couverte de sang et je suis mouillé. Je ne me reconnais pas.
Je respire et je regarde une dernière fois dans le miroir.
«Je ne suis pas suffisante...»
Finalement, tout est noir.

PRIX

Image de 2020

Thème

Image de Très très court

En compétition

28 VOIX

CLASSEMENT Très très court

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Brandon Ngniaouo
Brandon Ngniaouo · il y a
Une belle plume. Bravo et bonne continuation. Vous-avez toutes mes 3 voix.

Je vous invite à découvrir mon texte en compétition pour le prix des jeunes auteurs, et à me soutenir avec vos voix, si jamais il vous plaît.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-chose-11
J'adorerais également lire vos commentaires avisés qui m'aideront à me parfaire.

Image de Fodé Camara
Fodé Camara · il y a
Bravo Izabel ! Merveilleux texte. Vous avez mes 5 voix.
Merci de passer faire un tour chez moi et soutenir mon texte si vous avez le temps 👇👇
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lerrance-spirituelle-1

Image de Divine Haa
Divine Haa · il y a
Jolie text! Vous avez mes voix faite de même pour moi. Merci d'avance.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/pire-ailleurs-que-ce-que-lon-vit

Image de Dorée Mee
Dorée Mee · il y a
Très elle plume ! Vous avez mes voix. Merci de visiter la mienne pour un autre prix. Merci d'avance. https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/pire-ailleurs-que-ce-que-lon-vit
Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Jolie plume et très beau texte vous avez mes voix, en passant, si vous avez 5 mn je vous invite à passer me lire https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/mesaventures-nocturnes, à me voter si vous aimez mon texte et à commenter
et merci d'avance.

Image de Djibril Ndour
Image de Talita Mazon
Talita Mazon · il y a
Maravilhoso!
Image de Yanis Auteur
Yanis Auteur · il y a
Bonjour Izabel
Mes 5 voix !
Félicitation pour vous et votre texte.
Je vous invite aussi à voter mon histoire pour le concours adolescent.
Voici le lien.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lhomme-10

Image de Cheikh SaliOu
Cheikh SaliOu · il y a
Excellent
Image de Waldir Bizzo
Waldir Bizzo · il y a
Bravo!