La lente agonie de l'Edelweiss

il y a
1 min
462
lectures
73
Qualifié

Didier Jacquot est né en Lorraine le 10 novembre 1967. Sa formation de journaliste idéaliste l’a fait plonger tout entier dans le monde digital. Il fait flèche de tous bois, et, toujours où on  [+]

Image de Hiver 2019

Au loin, ce qui semble être un joli caillou. Il est destination. Trompeuse.
C’est loin en fait. Petit devient grand. Puis très grand. Puis immense.
Il fait soleil, ciel bleu et les godasses trébuchent dans le fatras de roches dévalées pendant que là-haut, c’est neige. C’est blanc. Des sillons ruisselants percent la masse. Grise la glace.
À mesure qu’il approche, le caillou devient rocher et près de lui, des chiffres sont peints. On les suit à mesure qu’on grimpe, à mesure que le silence s’installe, à mesure que même le vent semble s’apaiser, s’endormir, havre sournois cependant, car l’on sent bien sous la semelle qu’un rien peu fendre la ramure, qu’un ploc de plus peut décimer l’endroit.
Et vous avec.
En quête de l’edelweiss qu’il ne débusquera finalement pas – mais où en trouve-t-on au juste ? – le poète s’imagine des adolescents s’aventurant dans l’immense, reculant chaque année un peu plus leurs limites et la symbolisant avec les quatre chiffres qui font dates. L’écriture est nette. Résolue. Impérieuse.
On pourrait y deviner des visages radieux, des bras vainqueurs, des baisers.
À mesure de la grimpe, l’effort du souffle et les oreilles qui sifflent, l'œil rivé sur le sol, le poète inspiré ne se raconte pas la bonne histoire.
C’est au retour, quand se décide la fin de l’épopée du jour, quand un autre caillou, plus loin, s’est révélé être lui aussi un énorme bout de montagne, quand la neige, éternelle, vire du blanc au bleu, quand il s’agit alors de rebrousser chemin, que l’histoire se narre.
Brutale. Les dates sont bien des témoins. Mais d’un compte à rebours. Avec froideur, les chiffres disent qu’ici, en telle année, il y avait de la neige. Puis plus. Que l’année suivante, reculade encore. La langue blanche se retire. Plusieurs mètres par an. Le chercheur d’edelweiss a la vue qui se brouille, la mâchoire qui se serre.
« Merde, se dit-il. C’est l’agonie de l’edelweiss que j’ai arpentée. »
La fonte des neiges. La fonte des glaces.
Il ramasse un petit éclat de roche. Un témoin. Pas un trophée, non : un rappel. Du respect infini dégagé par le géant. Et de la honte que portent les Hommes.

 

73
73

Un petit mot pour l'auteur ? 23 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Laurent Martin
Laurent Martin · il y a
Rien à ajouter...
J'espère juste qu'on changera d'attitude...
Vous avez mes voix

Si la curiosité vous en dit, je vous invite à découvrir mon oeuvre en compétition des TTC
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/paillasson-le-herisson
Merci d'avance pour votre lecture
Laurent

Image de Sophie Dolleans
Sophie Dolleans · il y a
Récit haché menu qui a un certain charme. Texte sur le réchauffement climatique porté par une ascension pénible. (je compatis, je connais !) Original dans sa construction.
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Mes considérations pour cette remarquable oeuvre. Mes voix +++. Une visite sur ma page pour lire et possiblement soutenir mes deux textes en compétition me fera plaisir. " Sous le regard du diable ". https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sous-le-regard-du-diable

https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/malchance

Image de LES HISTOIRES DE RAC
LES HISTOIRES DE RAC · il y a
Edelweiss à monter soi-même en kit en soldes chez tous les masins de déco & bricolage qui se respectent ! (Mais je plaisante bien sûr). A vous lire sur votre profil et le mien !
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
La progression du récit est très rythmée. Intrigue ne se dévoile pas, on avance dans le doute, le poète réfléchit. Et lachute nous fondre...de honte devant les ravages de l'homme. Nous partageons les mêmes idées ! Je vous donne mes trois voix et je m'abonne ! Merci de passer lire, si le coeur vous en dit, mon premier texte en concours ! https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-droits-de-lame
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Un beau rythme, à la limite de la poesie, je vote !
Et vous invite sur ma page si le coeur vous en dit...

Image de Melinda Schilge
Melinda Schilge · il y a
Un grand bol d'air frais même si les faits sont glaçants... des jeux de mots qui tombent justes.

De mon côté, je vous propose un TTC dans un espace digne de la montagne.

Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Il faut s’habituer aux phrases tronquées et après on se laisse emporter par la poésie je vote et vs invite sur mes 2 textes
Image de Paul Digany
Paul Digany · il y a
J'aime l'originalité (pour SE) du rythme de vos phrases. Il convient bien, selon moi, au thème choisi.
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
C'est l'espérance qui disparait à cause de l'humain affamé, j'ai aimé, je vote, j'ai aussi un site si vous avez le temps, marci

Vous aimerez aussi !