2
min

La jeune fille qui attendait

Image de Scribouille

Scribouille

336 lectures

32

Qualifié

Le bateau était en mer depuis quinze jours, les cales n’en finissaient pas de se remplir, les hommes étaient épuisés, la mer ne leur laissait aucun répit. Pluie, froid, grêle, tempête et si peu de poissons.
Sur le quai, une jeune fille errait. C’était la première fois que son petit copain prenait la mer. Elle ne mesurait ni la difficulté du travail ni les risques. Elle était juste impatiente de le retrouver et guettait le retour du chalutier.
La jeune fille habitait en périphérie de la ville et fréquentait plus ou moins assidûment le lycée professionnel. Son père avait quitté la maison dix ans plus tôt. Sa mère travaillait de nuit. En fait, tous les gens qu’elle aimait, elle les attendait : sa mère chaque matin, son père qui ne revenait pas et maintenant son copain parti en mer.
Sur le quai sombre et désert, le froid la frigorifiait. Elle finit par rentrer, seule. Elle reviendrait demain.
Sur la table de la cuisine, sa mère avait laissé en évidence un courrier pour elle, une grosse enveloppe. Intriguée, la jeune fille chercha d’abord le nom de l’expéditeur, en vain. Elle ouvrit l’enveloppe et vida son contenu sur la table. Elle trouva en premier un petit mot :

Le 02 février
Ma chère enfant,
Je te laisse dans cette lettre tout ce qui te revient.
Ne m’en veux pas.
Elle se mit à trembler, à s’inquiéter. Elle observa avec méfiance un paquet enroulé dans du papier bulle, l’ouvrit finalement. Dedans : une photo de son père et elle sur ses épaules, elle devait avoir 3 ou 4 ans. Une liasse de photocopies, celle d’un livret de famille. Son père s’était remarié et elle se découvrait 2 frères et une sœur. Quelques billets, une montre à gousset datant d’un autre temps. C’est tout.
Elle compta les billets, 350 euros. Qu’est-ce-ça voulait dire ? Son cerveau était en veille, elle ne parvenait pas à assembler les pièces du puzzle. Elle reporta son attention sur le livret de famille et là subitement, elle comprit. A côté du nom et lieu de naissance de son père, la mention décès était indiquée : le 4 avril, soit un mois plus tôt.
Elle se laissa tomber lourdement sur une chaise. Ses doigts battaient la chamade, passant du petit mot à la photo, puis à la montre et revenant sans cesse à la photocopie du livret de famille.
Une colère sourde, puissante monta en elle. Elle avait passé les dix dernières années à rêver du retour de son père. Dans sa tête, chaque scénario était plus vivant, plus riche que le précédent. Tantôt il était un homme d’affaires célèbre, tantôt un artiste sans le sou, parfois un aventurier expatrié...Toujours il revenait avec des mots doux qui expliquaient et apaisaient tout.
Alors, cette histoire... NON ! Mort de quoi d’abord ? Cancer ? Accident ? Suicide ? Rien, elle ne savait rien, une fois de plus. De rage, elle fourra tout dans l’enveloppe qui se retrouva dans son sac de cours.
Elle rejoignit sa chambre et s’écroula sur son lit, martela couette et oreillers et dans un dernier sursaut de colère, régla son alarme sur 5h30. Elle partirait avant le retour de sa mère. Elle ne voulait ni la voir ni lui parler. Quels secrets avait-elle cachés ? Pourquoi n’avait-elle pas avoué qu’ils avaient divorcé ?
Enfin, le tumulte s’apaisa cédant la place à un chagrin profond, la détresse d’une toute petite fille seule.
Comme prévu, le lendemain elle quitta la maison très tôt, sans croiser sa mère, rejoignit son lycée où, pour une fois, elle ne serait pas en retard. Si, à la fin des cours, ses amies lui proposaient une sortie en ville, elle irait. Le bateau finirait bien par rentrer et son amoureux saurait la retrouver.
Non ! Elle ne l’attendrait pas.

PRIX

Image de Eté 2017
32

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dominique Alias Suna Descors
Dominique Alias Suna Descors · il y a
Une histoire où la solitude est maîtresse mais au final, on ressent la force dans ses nouvelles intentions, le départ d'une nouvelle vie sur de nouvelles bases, les siennes. Elle n'attend plus les autres, ils viendront la chercher... Bravo ! j'ai aimé sa sensibilité, fragilité et force à la fois.
·
Image de Scribouille
Scribouille · il y a
Merci pour votre lecture et appréciation détaillée.
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Assez d'attendre, il faut vivre.....!
·
Image de Scribouille
Scribouille · il y a
Amplement d'accord. Merci beaucoup :)
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Encore un excellent texte. Bravo.
·
Image de Scribouille
Scribouille · il y a
merci Arlo.
·
Image de Minibulle
Minibulle · il y a
Elle a bien raison : attendre, attendre... C'est long et pesant. Finalement, être dans l'action c'est mieux. Mon vote.
·
Image de Scribouille
Scribouille · il y a
Tout à fait d'accord ! Merci :-)
·
Image de Marie No
Marie No · il y a
Vivre plutôt qu'attendre, c'est une bonne résolution !
·
Image de Scribouille
Scribouille · il y a
En effet, être heureux çà dépend aussi de soi-même. Merci.
·
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Beaucoup d'attentes, une nouvelle terrible. Très beau texte émouvant, concis. Mon vote.
·
Image de Scribouille
Scribouille · il y a
Merci François d'être passé et de votre appréciation.
·
Image de JACB
JACB · il y a
Attente, espoirs et désillusions apprennent aussi indépendance , confiance en soi . Jolie histoire Scribouille.
·
Image de Scribouille
Scribouille · il y a
Voilà, vivre pour soi. Ne pas attendre trop des autres, c'est la base mais il faut quelques années pour maîtriser l'exercice. Merci.
·
Image de Philshycat
Philshycat · il y a
L'écureuil a aimé ! Venez lui rendre visite : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ecureuil-furtif
·
Image de Scribouille
Scribouille · il y a
Merci.
·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Ne pas dire c'est mentir et votre texte prouve que c'est dévastateur pour les enfants. Bravo. Mon soutien.
·
Image de Scribouille
Scribouille · il y a
La vie pourrait être tellement simple si nous pouvions exprimer facilement nos émotions. Merci :)
·
Image de Arkhant
Arkhant · il y a
Même si nous sommes parait-il "concurrents", ça ne doit pas empêcher de soutenir si on aime: donc je vote !
·
Image de Scribouille
Scribouille · il y a
Merci beaucoup. Vous faites preuve d'un esprit positif, j'apprécie :)
·
Image de Arkhant
Arkhant · il y a
Si la curiosité vous en dit, je vous invite à découvrir mon nouveau "Noir Sec". Un peu sulfureux, mais enfin...
http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/noir-sec

·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

— Tais-toi. — Mais je ne dis rien. — C’est pire, tu nous fais chier avec tes silences. — J’ai mal. — Tu ne saignes pas ? Tu n’as rien de cassé ? — Si. Mon ...

Du même thème