1
min

La grange du père Brayat

Image de Charieau

Charieau

0 lecture

0

Il fallait bien une bonne demi-heure de marche pour atteindre le plateau d’Escart. Un homme de belle allure, au visage dur et prétentieux, s’était présenté le matin même et avait exigé qu’on le conduisît à la ferme du Père Brayat.
Le père Brayat, était un vieil homme qui vivait seul au milieu de ses brebis et qui mourut seul un beau soir de printemps. Il n’avait pour famille que des cousins très éloignés dont il ne recevait jamais de nouvelles. Bataille, paysan et ami du vieil homme, mena donc le petit cousin au lieu dit avec au fond des entrailles un malaise profond. Tout le long du trajet, il n’osa lever les yeux sur cet homme venu de la ville imposant de prestance et d’instruction.
« C’est la grange du père Brayat » Dit-il le front en sueur et la voix chancelante. Du bout de sa canne, l’homme au chapeau melon poussa la porte branlante et libéra une odeur âcre de paille et de terre humides. « Bien. » Dit-il regardant les alentours avec dédain. Le paysan, chapeau de paille à la main, attendit qu’on le congédiât mais rien ne vint. Il dut patienter que le notable eut fait le tour du domaine et acheva ses réflexions pour s’en retourner aux champs. L’homme au chapeau le salua brièvement puis fier, s’appuyant sur sa canne, s’engagea sur le chemin de la Mièvre et lui tourna le dos sans complaisance.

Extrait de « En Velay » A.Charieau
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,