La fuite du chasseur

il y a
3 min
1207
lectures
118
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

On est irrémédiablement happé par ce duel à mort, sombre et viscéral, que l’auteur nous impose. On se pose des questions, on ne comprend pas

Lire la suite
Image de Été 2020

Il se tient devant moi, une dizaine de pas tout au plus, le museau baissé, interrogatif. J’ai la désagréable sensation qu’il ne me voit pas. Peu importe, il n’a aucun moyen de s’enfuir, l’affrontement est inévitable. La colère gronde à travers moi, je dois recommencer. Seulement un peu de souffrance.
Des heures, que je le pourchasse pour le mener dans ce guêpier. Une bête imposante, une bonne cinquantaine de kilos. Nécessaire pour survivre à sa condition de loup solitaire. Je lis en lui un parcours commun, deux rejetés de la nature. Sa fourrure est dense, mélangeant des tons gris et noir, luisante. Une tâche dans ce gigantesque rideau blanc qui nous sert de toile de fond. Le brouillard et la neige se livrent une bataille féroce pour qui recouvrira le monde ce soir. Loin de tout, nous sommes presque au sommet de la montagne. J’ai l’impression de flotter, perdu dans un nuage immaculé, une perfection qui m’écœure.
Le vent danse autour de nous, puissant. Il cherche à nous emporter dans son euphorie tranquille. Mais je ne ressens rien, je n’entends rien. Aucune fatigue, aucune crainte. La sensation d’être drapée dans une mort silencieuse. J’ai seulement les yeux rivés sur lui. Armé uniquement de mon couteau de chasse, je me sens grand. Une ombre qui s’allonge et s’étend de plus en plus dans cette arène improvisée.
Il comprend le défi qui lui est lancé, et entame des arcs de cercle autour de moi sans cesser de me fixer. L’œil grand ouvert, le museau qui se retrousse, pointé comme le canon d’un fusil. Il grogne, avec les oreilles qui se dressent et les canines qui se montrent à découvert. Le reste du corps se hérisse, il est devenu une mèche qui se consume à grande vitesse, prête à exploser. Il poursuit ses contournements, il hésite malgré tout. Je ne suis pas un vulgaire adversaire, il le comprend. De mon côté, je ne bouge presque plus. Un genou à terre, les paupières fermées, j’écoute et j’attends les premiers coups de griffes, implorant.
Il finit par bondir sur mon flanc gauche, bien plus rapide que moi. J’ai à peine le temps de bouger que sa mâchoire se referme sur une partie de l’avant-bras, la sectionnant et faisant jaillir le sang. Une mosaïque se dessine. Je contre-attaque aussitôt et multiplie les blessures, je le darde de toute ma haine. Il pousse une longue plainte et se met à reculer. Les grognements sont déjà moins menaçants, il est décontenancé. Mon bras est sanguinolent, mais je ne laisse transparaître aucun affaiblissement. Je continue de me tenir en posture défensive, les jambes écartées, le dos légèrement courbé. Pourquoi je ne m’enfuis pas, il doit se demander. J’ai de la pitié pour cette pauvre créature qui a croisé ma route, devenant un simple instrument au service de mon obsession.
Il renouvelle ses assauts, que je repousse sans mal, malgré les blessures qui se propagent. Je ne râle pas, ne m’essouffle pas, et cela m’énerve encore plus. Couverts de griffures, l’épaule en sang, des marques de crocs comme des tatouages sur le corps, et ce prédateur insignifiant qui a déjà perdu toute sa ferveur. Il n’est plus dupe. La queue est plus basse, le regard plus fuyant. Estropié et gouttant. Une silhouette fugace et fluette qui supporte difficilement les rafales à présent. Mais je ne peux pas repartir ainsi après une pareille défaite et laisser souffrir ainsi cette âme en peine.
Il ne me reste qu’une seule solution. Je prends une profonde inspiration avant de contracter tous mes muscles. Pas question d’hésiter, cela me dévore trop. Je prends mon élan avant de me jeter sur l’animal. Celui-ci, bien que très vif, ne s’attendait pas à une attaque frontale. Saisi, il n’a pas le temps de réagir. Nous avons déjà basculé dans le précipice.
À plusieurs centaines de mètres au-dessus du sol, j’entends le blizzard qui siffle dans mes oreilles et le hurlement de mon compagnon qui cherche à résonner, à appeler à l’aide. Pour ma part, je goûte le moment en espérant que ce soit le dernier. Je regarde mon objectif qui se rapproche et devine les bourrasques qui me poignardent les orbites. J’ai l’impression que la gravité n’a plus cours avec le paysage qui disparaît derrière la brume et les flocons qui remontent vers le ciel. Je peux à peine deviner les flancs de la montagne à présent, nous y sommes presque. Je souris, ignorant l’absence d’élancement dans mon corps fortement mutilé. Je n’ai jamais été aussi proche. Plus que quelques mètres, je peux déjà sentir le contact de la pierre se fracassant contre moi. Jubilatoire.
Un impact sans fioritures. Puis plus rien… Si seulement.
Le visage tourné vers le ciel tandis que la poudre me recouvre inlassablement. Étendu dans mon cercueil d’argent, je ne peux plus bouger. Mes os sont probablement broyés à présent, je ne peux même pas relever la tête pour constater l’étendue des dégâts. Plus rien n’accepte de remuer, mon corps est enfin en accord avec mes sensations. Paralysé et condamné. À quelques mètres de moi, le loup a été plus chanceux. Il ne remue plus lui aussi. J’ai presque un semblant de pitié à son égard, rapidement emporté par le fait que je l’envie ardemment. En attendant qu’un miracle se produise, je vais rester là, un fossile vivant. Une pierre éclatée qui refuse de se fendre définitivement.
Nous l’avions fait. Nous avions surpassé la nature, vaincu la mort. Un cadeau divin en apparence, mais vouloir se prendre pour des dieux avait un prix. Privé de tout. Plus de faim, plus de soif, plus d’appel de la chair, plus de besoin sous toutes ces formes. Si ce n’est chercher à remplir ce vide. Empoisonnés et déambulant dans cette sempiternelle ère glaciaire. Enfin, en ce qui concerne les autres. Je n’aurais même plus ce droit désormais. Je me sens déjà rétrécir peu à peu, ne faisant plus qu’un avec cette immense planète blanche. Mon tombeau d’immortel.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

On est irrémédiablement happé par ce duel à mort, sombre et viscéral, que l’auteur nous impose. On se pose des questions, on ne comprend pas

Lire la suite
118

Un petit mot pour l'auteur ? 42 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
" Et nos couteaux aigus qui, comme des tenailles,
Se croisaient en plongeant dans ses larges entrailles " ainsi que l'écrivait Vigny. Il y aussi du Jack London dans ce texte sauvage où les motivations du chasseur restent très floues néanmoins.

Image de Bubo Bubo
Bubo Bubo · il y a
Un texte envoutant autant par sa poésie que par sa sauvagerie. Tout mon soutien !
Image de Joëlle Diehl-Lagae
Joëlle Diehl-Lagae · il y a
C'est dingue, absolument dingue ! Une force magique, une description renversante ! Je reviendrai la relire
Image de Paul Jomon
Paul Jomon · il y a
Un combat à mort entre deux chasseurs dont l'issue fatale ne laisse rien subsister, si ce n'est une trace pour un futur lointain. Non pas une fuite, mais des fuites pour les chasseurs.
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Une confrontation sauvage et convaincante. Les deux protagonistes surgissent devant mes yeux. Le loup est très bien décrit. La fin, grandiose et qui traverse les siècles, est sublime. Pour moi ce TTC a tout à fait sa place en finale et même davantage que d'autres. Je le mets dans mes préférés sur les 30 proposés et je vote.
Image de Nelson Monge
Nelson Monge · il y a
Le scénario est peu "torturé" mais l'ensemble se laisse lire avec plaisir.
Image de Amandine B.
Amandine B. · il y a
J'avais lu et je pensais avoir commenté mais pas encore... je partage l'avis des autres, il y a un certain travail dans l'écriture mais j'ai du mal à accrocher au fond. Bonne chance quand même!
Image de Nadege Del
Nadege Del · il y a
Belle écriture. C'est à la fois cruel et poétique. Chute que je n'avais pas vu venir. Bref, mon vote.
Image de Yannick Pagnoux
Yannick Pagnoux · il y a
Comme beaucoup d'autres, très belle écriture mais je n'acquièse passer le fond.
Image de Nicolas Auvergnat
Nicolas Auvergnat · il y a
Salut... Moi je concoure dans la même catégorie que toi, et ben je peux te dire que j'ai adoré ton texte ! J'y ai vu une fresque d'art pariétale, un témoignage d'un passé lointain, une belle lute pour la vie... C'est un très beau récit, et sans aucune espèce de condescendance je lui donne 4 voix... Bonne, stimulante, agréable, fière et belle finale !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Tais-toi

Thomas Giulliani

« Claude, est-ce que tu as pensé à descendre les poubelles ? Non parce que la dernière fois, tu avais oublié et j’ai été bien embêtée au moment de débarrasser. Les enfants arrivent ce... [+]