3
min

La frontière

Image de Armand

Armand

89 lectures

86

J'aurais dû me douter que c'était un enfoiré. Déjà le « pas de lézard mon pote, je suis un ami de Sébastien ». Sauf que Seb est aussi un enfoiré. Déjà, un rendez-vous pour acheter une bagnole à la nuit tombée et brumeuse, et dans un bled paumé de surcroit, c'est pas net. Je suis trop con. Mais je leur ai filé les tunes et suis parti à fond de train direction la frontière. Pas assez d'essence, ces radins n'avaient même pas fait le plein ! Un coup de CB et on repart. Deuxième barrière blanche et rouge, pas faire le malin, le temps est compté. Les frontières en général, si tu veux sortir, c’est vite fait. Pour entrer, c’est moins simple. Papiers du véhicule, passeport.
C'est là que ça s'est gâté. J'avais que les papiers de vente de la bagnole et rien à déclarer, mais ça les a fait tiquer. Ils ont commencé à fouiner avec leurs lampes torches.
Garez-vous par là s'il vous plaît et descendez du véhicule.
OK, j'obtempère.
Veuillez nous suivre s'il vous plaît.
C'est quoi le problème ? Je suis en règle non ?
Pas d'inquiétude monsieur, contrôle de routine.
Un bureau minuscule, vitré tout autour pour bien avoir vu sur le poste-frontière, sauf d’un côté. Une lumière blafarde. Les types armés jusqu'aux dents, comme s'ils étaient en guerre.

Asseyez-vous, et donc vous allez où ? Il dit ça en tripotant mes papiers dans ses grosses mains.
Ça vous regarde? Je vais à l’ambassade de France...
Oui monsieur, ça nous regarde: vous entrez dans un pays menacé de toute part, nous sommes contraints de prendre des précautions pour nous assurer que tout ressortissant étranger n'entre pas pour nous nous nuire.
Je viens pour passer le WE avec une amie qui travaille à l'ambassade. Elle est française aussi, elle m'attend et va s'inquiéter.
Les gens du corps diplomatique sont habitués aux contres trempes. Votre amie appellera s'il y a lieu. En attendant, merci de répondre à nos questions.
Là-dessus, un des militaires qui fouillait la bagnole entre tranquillement, un papier à la main qu'il tend au type derrière le bureau, le chef de ce luxueux office de tourisme sûrement, il a des petites barrettes jaunes sur ses épaulettes, au moins trois. Le silence est glacial. Il lit le papier, me regarde bizarrement. Il pose le papier sur son bureau crasseux, demain il sera surement recouvert d’autres papiers, il fait comment pour les retrouver quand il en a besoin ?
Le buste en avant, les mains bien plaquées sur le bois entre deux papelards :
- Il va falloir nous dire où est le reste, à qui c’est destiné et pour qui vous travaillez.
Je sais, je n’aurais pas dû, mais je me suis énervé. J’ai bondi par dessus le bureau pour récupérer mes papiers et lui foutre une beigne. Mais les malabars autour ont vite réagi, je me suis retrouvé plaqué au sol à recevoir des coups de partout. Je n’étais plus qu’une masse de douleur demi-consciente.
Retour sans ménagement sur la chaise.
- je ne crois pas que vous ayez intérêt à poursuivre dans ce genre d’attitude. Maintenant, vous allez devoir nous expliquer. Je répète ma question, où sont les explosifs ? Vous avez 15 détonateurs, il manque le reste, qui les a ?
J’ai hurlé : j’ai soif, appelez l’ambassade, je ne peux rien vous dire, je ne suis au courant de rien. Je viens d’acheter cette foutue bagnole il y a pas quatre heures ! Je ne sais rien !
Silence. Mes oreilles sifflent, j’ai mal. Le coup est venu de droite, en plein sur la tempe, une matraque. Putain ça fait mal, je manque de m’effondrer par terre.

- je vous répète que je ne sais rien, les noms sont sur les papiers de vente, merde, vous n’avez qu’à leur demander ! Et puis j’aimerais pouvoir aller aux toilettes.
- Ok, Vladimir, accompagne-le.
Je me lève péniblement, j’en serais presque reconnaissant de me laisser aller pisser. Mais m’accompagner pour aller trois mètres derrière, c’est abuser. Une petite porte coulissante et je suis dans un minuscule cagibi où trône un WC à la turque dont on ne reconnaît même plus l’émail blanche tant il est recouvert de crasse. Je sors de ma poche le petit sachet que m’avait confié Anita. Il contient de petites pilules vertes fluo. Emballage déchiré, je jette une pastille dans la cuvette. D’étranges sons en sorte, comme la confiture quand elle commence à bouillir. J’ai trois minutes.
Je sors, mais ne retourne pas vers ma chaise, reste debout près de l’entrée. Ma tête tourne et le type ferme la porte sans rien voir. Pourtant l’effet commence. Très vite j’aperçois une masse verte et gluante passer sous la porte.
Le chef est toujours derrière ce qui lui sert de bureau.
- Bien, j’espère que vous êtes soulagé. Par contre, mauvaise nouvelle, j’ai appelé votre ambassade. Pour eux vous n’existez pas.
Je reste de marbre. Les deux types font un bond en arrière, horrifiés : une masse verte et gluante est en train de se répandre et gonfler depuis la porte des chiottes.
Comme un ballon de baudruche que l’on gonfle, la masse prend une ampleur inquiétante.
- Non de dieu, qu’est que c’est que cette merde ? Hurle le gradé. Les autres, paniqués par cette coulée de lave inerte qui occupe rapidement la moitié du bureau se précipite vers la sortie.
Comme j’en suis le plus prêt, je fonce dehors en premier.
Ma bagnole, ces crétins ont laissé les clés dessus !
Je fonce à travers la brume droit vers ce que je pense être la route de la capitale, l’ambassade, Anita ; à tombeau ouvert. La cabane de verre explose sous la pression de la masse gluante, étouffant mon tortionnaire tandis que ses sous-fifres courent vers le poste de secours.
Merci Anita!

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
86

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jo Kummer
Jo Kummer · il y a
Incroyable aventure, d'un naïf qui malgré tout a une arme secrète!
·
Image de Armand
Armand · il y a
Je suis bien d'accord... Mais je vais aller sur le lien pour voir car je ne suis pas au courant. Et merci d'avoir apprécié! Mais j'ai récidivé : http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/emilie-la-caissiere-un-peu-punk-a-laube
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Charles Dubruel
Charles Dubruel · il y a
ah! ah! excellent !
mes voix et mon abonnement

·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition avec une brume brumeuse ... :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Armand
Armand · il y a
Pardon : et d'un coup DE vent qu'elle provoque
·
Image de Armand
Armand · il y a
Bon OK, je cède : la suite c'est qu'il crève un pneu à 200 m de l'Ambassade et comme il a pas de roue de secours, ça craint. Et les flics le rattrapent mais comme y'a pas d'eau le coup de la pilule verte c'est naze alors du coup il se rend : mais hop! Anita arrive et d'un coup vent qu'elle provoque d'un mouvement de bras élégant et sensuel, elle fait disparaître ces suppôts du pouvoir, ils s'évaporent dans la brume, et comme Anita est très forte en impulsion d'air, elle regonfle le pneu d'une caresse de sa main sur la valve, elle prends le volant de la voiture et les voilà partis direction le sud, là où il fait chaud, mais manque de bol, nouvelle frontière : ces trucs y'en a partout, à croire que les hommes (enfin les humains en générale, moins les femmes), aiment s'empêcher de circuler librement...
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Comme JACB j'ai le sentiment que " le thème est effleuré ", sans plus, et moi aussi je suis un peu déçue . . .
·
Image de Sofifee
Sofifee · il y a
La suite....
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Et ?
·
Image de Armand
Armand · il y a
Et... et bien à vous de voir!
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
C'est tout vu...
·
Image de Armand
Armand · il y a
Finalement : Et : voir plus haut!
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Ok, je vais lever la tête....
·