2
min

La forteresse vide

Image de Dranem

Dranem

118 lectures

26

L’enfer brûle sur l’horizon, l’enfer de toutes les guerres, de toutes les haines. Une forteresse vide se dresse sur une île déserte qu’aucune carte maritime ne signale. Cette forteresse n’existe pas et  cependant un naufragé oublié du monde depuis si longtemps ne quittera jamais cette île inconnue ; Il reste seul face à l’océan. Se souvient-il de son naufrage ? Il n’y a que les magnétophones qui se souviennent alors que sa mémoire s’estompe. Autrefois Il habitait une cité  tranquille et travaillait aux archives du ministère de la marine. Il ne s’était jamais marié et n’avait pas d’enfant c’est peut être pour cette raison qu’il supporte depuis si longtemps sa solitude. Il n’a plus de relation avec ce monde, un monde empoisonné par toutes les haines. Il a perdu toute notion du temps, et n’a jamais vu sur cet océan une seule embarcation. Autrefois cette forteresse devait certainement assurer une solide défense maritime... Contre qui ? Il n’en savait rien. La forteresse était vide et on entendait la rumeurs des vagues. Sur l’île déserte l’homme ne manquait de rien et se suffisait à lui-même. Les bâtiments fortifiés lui apportaient une excellente protection contre les cyclones et dans les entrailles de la citadelle il avait trouvé de quoi assurer sa survie : des céréales, des conserves, du savon, une quantité importante de sel, de sucre, de riz, d’épices ainsi qu’une grande réserve de vin et de rhum. Il mit la main également sur toute une quincaillerie et un bric à brac d’outillage, – lui permettant d'anticiper  tous les travaux domestiques.
Il découvrit plusieurs malles pleines d’ouvrages encyclopédiques et philosophiques, ce qui lui apporta toute la consolation de l’esprit. Il prit ses quartiers dans une vaste pièce circulaire permettant d’observer l'horizon  des journées entières. Il lisait dès la nuit tombée à la lueur d’une lampe à huile et s’endormait ensuite paisiblement. Il n’avait jamais eu peur de la solitude. Cette solitude lui apportait même une certaine quiétude et toutes ses lectures avaient développé chez lui le sentiment du non- désir, c’est à dire qu’il n'éprouvait plus ce besoin de possession. Posséder quoi ? Il n’avait besoin de rien. Il était tout.

L’île volcanique était si petite qu’on pouvait en faire le tour en une matinée. La forteresse se dressait comme une sentinelle au bord d’une falaise et au centre de l’île, dans une vallée luxuriante poussait naturellement toute une variété de fruits tropicaux.

Cette forteresse n’était pas dans son rêve, Il était vivant, mais dans quel monde ?
Il se sentait protégé, à l’abri sur cette île et savait que sa place dans l’univers était ici.

Peut être était-il au crépuscule de sa vie... Il venait de relire Tanizaki * :
«  Toute notre vie nous évitons de penser à ce qui est finalement notre issue fatale : la mort... mais nous oublions qu’il n’y a pas de fatalité à mourir... le but ultime de notre existence, c’est la mort ! Toute une vie ne devrait être qu’une préparation à cette fin. »

«  Le point culminant de l’extase est la mort, donc préparons-nous à mourir pour cette ultime expérience... le plus grand luxe ou la plus grande des libertés serait de choisir l’heure de mourir »

 
Le naufragé vécut sa dernière journée avec bonheur. Il regarda avec extase le coucher de soleil.


*  Tanizaki - écrivain japonais  ( 1866- 1965 )

26

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dranem
Dranem  Commentaire de l'auteur · il y a
Je cite Junichiro Tanizaki dont il faut lire l'éloge de l'ombre - la couleur de l'obscurité. Merci pour votre lecture de la Forteresse vide.
·
Image de MCV
MCV · il y a
S'il te plait, dessine moi un Robinson heureux!
·
Image de Dominique Hilloulin
Dominique Hilloulin · il y a
Que de bons souvenirs me reviennent ( par le biais de votre écrit) d'une période relative au Japon traditionnel..Je vous remercie Dranem. Mon vote.
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Merci d'être venu sur mon rivage... Tanizaki toujours : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/eloge-de-lombre-1 -
·
Image de Dominique Hilloulin
Dominique Hilloulin · il y a
merci Dranem je suis précisément en train de le lire
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Merci beaucoup de votre passage sur les rives de la forteresse vide... et vous vous aimez le Japon et l'éloge de l'ombre de Tanizaki :
·
Image de Adibro
Adibro · il y a
Ah oui ça serait bien de vivre sur une île déserte encore faut-il s'y être préparé un minimum et ne pas se faire trop d'idées ;)
·
Image de Perle Vallens
Perle Vallens · il y a
C'est à la fois sage et triste, se satisfaire de lui même, loin des autres. Un ermite parfait pour un ermitage idyllique.
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Merci d'être venu sur mon rivage...
·
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
c'est dénudé d'artifice profondément remuant en soi ...un voyage loin ...j'ai adoré
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Merci beaucoup d'être venue marcher sur les rivages de la Forteresse vide !
·
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
j'ai gardé mon équilibre Dranem ...et tout a été parfait !
·
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Une œuvre étrange, qui fait penser à Buzzati autant qu'à Tournier. Mais ici, ce qui est troublant , c'est que nul ne viendra: ni ennemi, ni vendredi... Juste la solitude et puis l'oubli. Vraiment très attachant.
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Merci infiniment pour votre commentaire ! Buzzati et Tournier , de magnifiques références ! Le Clezio aussi avec Le chercheur d'or... et la solitude et l'oubli bien sur avec Tanizaki...peut être connaître l'extase avant de disparaitre...
·
Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
Trop bien ! un Robinson auquel il ne manque rien ,et heureux de se retrouver retiré du monde. La mort.... bonne question! il vaudrait mieux ne pas y penser, et quand viendra l'heure....
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Merci pour votre lecture.... de ce partage... de cette méditation d'un naufragé volontaire... face à notre destinée...
·
Image de Djany
Djany · il y a
vivre sur une ïle le rêve de beaucoup de personnes... Sauf que ce n'est pas toujours paradisiaque .....Merci pour votre passage sur ma page
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Derrière la carte postale, c'est souvent l'envers du décor ... comme à l'île Maurice par exemple.
Merci beaucoup d'être passée me lire !

·
Image de Djany
Djany · il y a
Je suis totalement d'accord avec vous... L'île Maurice et tant d'autres....
·
Image de Dominique Mutel
Dominique Mutel · il y a
Votre citation de Tanizaki fait aussi penser à La Brièveté de la vie de Sénèque.
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Merci pour votre lecture et commentaire avisé ! j'en profiterai pour visiter et commenter certaines de vos œuvres .
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Il tombe depuis douze jours une pluie tiède qui semble en passe de dissoudre le paysage comme un morceau de sucre sous un filet d’absinthe. Le bruit que font les singes est si assourdissant ...