2
min

La Fontaine Stravinsky

Image de Marie-Françoise

Marie-Françoise

61 lectures

14

Garçon, un coca-cola light s’il vous plaît ! Détendue à une terrasse donnant sur la place du Centre Beaubourg, Joséphine étudiante en dernière année aux Beaux-Arts, savoure pleinement le spectacle de la rue qui s’offre à elle. Une foule de badauds, de curieux, de touristes ne cesse de passer et repasser pour contempler jongleurs, cracheurs de feu, acrobates et danseurs accomplir leurs prouesses.
Prouesses d’autant plus remarquables et remarquées qu’une chaleur accablante s’est abattue sur Paris. Ces pauvres artistes souffrent, leurs corps émaciés s’épuisent. Le ruissellement des eaux de la fontaine Stravinsky sur les trottoirs alentours ne suffit pas à rafraîchir l’atmosphère lourde. C’est un, des quatre éléments, essentiel vital même songe-t-elle.
Que deviendrait notre monde sans eau, s’interroge Joséphine avec angoisse. Quels problèmes devraient surmonter l’homme pour s’adapter à une sècheresse planétaire ? Cette pénurie engendre de nombreux conflits pour s’approprier la moindre source d’eau potable en Afrique de l’Est. Elle pense aux reportages qu’elle a visionnés sur les problèmes liés à l’eau en Ethiopie, Somalie, Erythrée. Les populations se déplacent sans cesse, luttent pour survivre face à ce manque. Sinistres pensées, sinistres visions ! Que faire de plus ? Un frisson la parcourt, et il n’est pas dû à la température.
C’est alors, qu’une fleuriste souriante, se penche à sa table, lui propose un ravissant bouquet qu’elle refuse gentiment. Comble du raffinement, chez nous ce sont les fleurs qu’on arrose. A sa grande surprise, cette dernière insiste, lui explique que le grand monsieur brun au polo Lacoste rayé assis au café voisin, tient à lui offrir, que tout est réglé. Ray-ban baissées sur le nez, il incline légèrement la tête en signe de salut amical.
Le bouquet rond attire maintenant son regard. Composé d’hortensias, freesias pivoines aux couleurs éclatantes enveloppés dans un papier cristal qu’enserre délicatement un ruban. L’étiquette de la boutique « à la belle cucurbitacée » étire un sourire sur son visage même si un clignotant rouge se déclenche dans son cerveau. Attention, méfiance !
Que me veut-il celui-là ? Pourquoi ce Dom Juan des bistrots m’offre-t-il des fleurs ? Pourquoi m’a-t-il remarqué moi, plutôt que toutes les autres nanas hyper sexy qui m’entourent ? Est-ce parce que je suis non accompagnée ? Me trouve-t-il jolie ? Une multitude de questions tournent dans sa tête. Et si c’est un serial killer ? Dois-je prévenir la police maintenant ?
Joséphine, encore perdue dans ses envolées pseudo-philosophiques, ne se rend pas compte que le bel inconnu s’est déjà assis à sa table. Lui, de son côté cherche à attirer son attention par un petit raclement de gorge. Elle se reconnecte au monde, ouvre de grands yeux étonnés :
-Jérémy ? C’est toi ? Ça fait combien de temps ? Les souvenirs remontent par vagues, les fous rires reprennent à l’évocation de leurs bêtises lycéennes.
La fameuse soirée avec la bande d’amis, à se vautrer dans la Fontaine Stravinsky tous habillés après une cuite d’enfer, reste encore gravée dans leur mémoire comme une aventure géniale. Tacitement c’est main dans la main qu’ils enjambent maintenant le rebord du bassin, admirant au passage les mobiles aquatiques de Nikki de Saint Phalle.

14

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de La  luciole
La luciole · il y a
la fontaine stravinsky, une jeune femme assise et on vous suit, bravo.
·
Image de Epicurien78
Epicurien78 · il y a
Toute jolie, cette petite histoire qui ravive une amitié (des amours ?) juvénile. Pour ce qui est de la question de l'eau, de l'eau potable, c'est en effet un problème majeur de nos sociétés demain, qui risque de déboucher sur des déplacements de population et des conflits...
·
Image de Asleon50
Asleon50 · il y a
Une jolie histoire fraîche. Je l'ai lue en ayant envie de connaître la chute. J'aime bien votre façon de décrire les paysages et la sensibilité des personnages.
·
Image de MCV
MCV · il y a
Je ne savais pas qu'elle s'appelait Stravinsky, la fontaine! Quoi qu'il en soit, bravo pour la chute rafraichissante. Ce texte mériterait de figurer dans un road movie parisien.
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Ohhh merci MCV comme c’est gentil !
·
Image de MCV
MCV · il y a
En tous ça me donne des idées de rencontres près d'autres fontaines. Pas vous?
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Écrit comme le scénario d'un court-métrage qui pourrait s'appeler " Paris je t'aime " - cette série existe et reprend le thème d'une rencontre dans un quartier de la la capitale ... bravo pour ce partage...
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
merci Dranem, un peu de légèreté dans ce monde de brutes..
·
Image de Brigitte Godfroy-Andrieu
Brigitte Godfroy-Andrieu · il y a
C'est léger et très sympa ! on se demande où l'auteur veut nous emmener et tout finit dans un éclat de rire ! Bravo !
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Je souris car ça me ramène perso en… 1968 ! ;)
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Hihi
·
Image de Catherine Corbin
Catherine Corbin · il y a
Une scène contemporaine , près des preoccupations du monde et aussi des relations humaines dans une ambiance urbaine et joliement rafraîchissante !
·
Image de Monique
Monique · il y a
Une belle ecriture " rafraîchissante". Bravo!
·