1
min

La fontaine à gosier.

7 lectures

1

Demain il ira mieux. Il se le promettra encore. Il se lèvera de bon poil. Il fera un temps superbe, au moins en lui-même. La pluie ne l'atteindra pas. Alors le malaise encore moins.
Il n'ouvrira plus de bouteille. Et le malaise se desséchera. Finira tout rabougri. Ce ne sera plus qu'une petite crotte de nez. Il la pichenettera, ou bien la gardera en souvenir, comme un pin's.
Demain il jettera les bouteilles qu'il ne boira pas ce soir. Et puis il rangera un peu, se fera une toilette, se mettra du sent-bon derrière les oreilles, quelques gouttes du whisky qu'il renversera ce soir sur la table. Et la table il la mettra sur le trottoir. Sinon elle continuera le piège. Le piège des coudes sur la table. De la bouteille et du verre. Le piège de cette fontaine à gosier. La table elle disparaîtra mais la chaise restera. Quand même pratique, pour le soir, quand il rentrera de sa journée de quête d'emploi. Infructueuse ou pas il s'assiéra et se réjouira de la sobriété retrouvée. Il jouira de sa clairvoyance. Ivre de fierté il trouvera là chaque soir sa force pour le lendemain. Et il tiendra bon cette fois-ci, pas comme ce matin.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,