La fontaine

il y a
2 min
567
lectures
98
Finaliste
Jury
Recommandé

J'aime la poésie, la fiction, les nouvelles, les textes courts, les textes longs, j'aime inventer des personnages hors du commun, emportés dans des situations inhabituelles par le temps qui passe  [+]

Image de Eté 2017
J’étais là, près de la fontaine de galets aux trois bouches de bronze qui riaient le jour, la nuit, sous la neige des hivers, le soleil des étés aux odeurs de fougères et de menthe, j’étais là, écoutant la chanson sans fin de l'eau de la montagne qui coulait, le jour, la nuit, dans les lueurs d'orage de la fin de l'été, à travers la croûte de glace des hivers de montagne où tintait loin, très loin, la clochette d'un animal que je ne verrai jamais, comme une chapelle d'enfance qui mêlait sa voix claire à la brise, j’étais là, près de la fontaine de galets aux trois bouches de bronze qui chantaient des berceuses du temps des étés disparus, secs et poussiéreux, des places vidées par le soleil, des ormeaux aux feuilles rêches, aux troncs fripés par les hivers, j’étais là, au bord du bassin de pierre où l’eau inscrivait en ronds infinis, en rayons de lunes froides, en chimères de vagues, la vie des gens d'avant, les étés disparus, les vieillards qui passaient et que l'été suivant on ne retrouvait plus, les maisons, les lits, les murs et les ruelles, j’étais là... Je rêvais.
L'eau versait au bord du bassin, gonflait les mousses, s’étalait sur les dalles de granit, entre les tilleuls et le tuf. Elle glissait sur les pentes d'argile où je glissais dans le soleil, glissait, glissait encore jusqu'au premier ruisseau, elle étanchait la soif des vieux noyers où criaient les geais, descendait plus bas comme la traîne douce d’une mariée, plus bas encore dans des ruisseaux envahis d'orties et de fougères, jusqu'au grands éboulis, elle se mêlait aux eaux des autres fontaines, des autres torrents et se faisait rivière, emportant mon enfance avec les enfances inconnues, les eaux dormantes et claires qui venaient de villages qui n’étaient pas les miens, charriant des souvenirs secrets, des larmes, des cris, des rires, des appels que couvrait son grondement sourd où s’engloutissaient mon enfance, mes ronds dans l'eau, mes vieillards emportés dans l’hiver...
J’arrêterai l'eau des montagnes, je l’empêcherai de s’en aller au fond de la vallée... Au bas du village, là ou finissent les dernières maisons, plus bas que les vieilles murailles effondrées recouvertes de lierres, de ronces, peuplées de chouettes, de salamandres jaunes et noires, de serpents et d’amours si lointaines qu'ils n'ont peut être jamais existé, je construirai un barrage de boue noire et onctueuse, de branches de noisetiers, de feuilles de châtaigniers, de débris de granit. Un grand barrage où viendra se blottir l'eau claire de ma fontaine, une grande flaque où la nuit venue je regarderai le ciel...
Et là, dans la transparence mouillée de lune, je sais que je retrouverai tous ceux qui ont vécu ici. Les vieux aux chapeaux de feutre, aux cannes de bois, flottent en silence au dessus des dalles de pierre, entre les feuilles et les porte-bois, ils tournent dans le courant, reviennent vers moi, repartent, sourient, les enfants devenus hommes et femmes dans les terres lointaines chantent à voix basse des ballades et des comptines anciennes... Chante, eau vive de ma fontaine, l'hiver, sous les lunes gonflées des cendres de la nuit, l'été aux soleils crépitants des canicules anciennes, chante, chante encore, que j'entende ta voix...

Recommandé
98
98

Un petit mot pour l'auteur ? 156 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jean Sichler
Jean Sichler · il y a
Un bel hommage poétique à la nature et au temps qui chante et enchante. Un texte que l'on savoure un peu plus à chaque lecture.
Image de Claire Rousset Lys
Claire Rousset Lys · il y a
Un texte à la poésie envoûtante qui me parle tellement ! mon vote vous est acquis .Je suis moi aussi en finale pour le prix de l'été. Mon fantôme du château de Crussol serait heureux de recevoir votre visite si toutefois vous ne l'avez pas encore fait;. je vous en remercie pour lui....http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/le-fantome-du-chateau-de-crussol
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
C'est Zutalor qui m'a indiqué la présence de votre texte plein de poésie. Une lecture agréable tout en émotion.
Image de Pierre Lieutaud
Pierre Lieutaud · il y a
Merci
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Mais de rien... Avec plaisir, même...
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Allo, allo, êtes-vous là ?
Voilà, c'est pour vous dire que votre texte, je trouve qu'il a du corps, du minéral mais aussi du sentiment.
C'est dit. J'aime vraiment beaucoup, il me rappelle un hameau du côté de Briançon... Félicitations.

Image de Marie
Marie · il y a
Ah, j'ai eu un choc d'atmosphère pure à Briançon, au point de vouloir y revenir !
Image de Bennaceur Limouri
Bennaceur Limouri · il y a
La fontaine, ici, source aux deux sens, propre et figuré. Elle donne la vie et emporte l'âgé. La fontaine qui perpétue aussi, d'après ce que j'ai compris, ce qui vient de naître et le souvenir du disparu. La fontaine, la vie dans le sens d'existence et de fin.
Mon haiku en compétition vous prie de le soutenir. Son titre est: "L'orage s'enrage" et merci d'avance.

Image de Pierre Lieutaud
Pierre Lieutaud · il y a
merci
Image de Bennaceur Limouri
Bennaceur Limouri · il y a
J'espère que "sémantiquement" je n'ai pas défiguré le fond de votre texte.
Image de Lyne Fontana
Lyne Fontana · il y a
Magnifique !
Image de Pierre Lieutaud
Pierre Lieutaud · il y a
merci
Image de Marie
Marie · il y a
Quel beau texte !
Image de Pierre Lieutaud
Pierre Lieutaud · il y a
merci
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
...
oui, c'est vrai, un peu du Giono, non ? ou du Saint-Pol-Roux ?
...
non, en fait, il a une identité propre, ce texte... et un ton, comment dire, très honorable, personnel...

bon, je vais dire tout ça directement à l'auteur... au fait, c'est une dame, un monsieur ? non... C'est une roche ! Regarde :
"La diorite est une roche magmatique plutonique grenue composée de plagioclase, d'amphibole verte (hornblende) et de mica (y compris parfois de la biotite même si elle est plus rare). Elle se distingue du gabbro par l'absence d'olivine."
Ah ben ça alors !)
;-)

Image de Marie
Marie · il y a
Ah bon ! J'aime beaucoup ceux qui aiment les pierres, mêmesi je ne sais pas toutes les nommer.
Tu te souviens, Z !, nous avons parlé de notre goût des cailloux cueillis '
À ce propos, il y a de beaux textes de J.Y Duchemin, sur Short, sur les galets rouges...

Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Ah, les youcas yikeux... Un great moment...
Et merci pour l'indication "Galets rouges" que je vais de ce pas faire des ricochets avec s'ils sont bien plats...
Petit cadeau en retour, que j'espère inédits pour toi :
https://www.youtube.com/watch?v=GZrr4zXExV4

Image de Marie
Marie · il y a
Désolée, Z ! Tu vas avoir du mal à trouver les textes de J.Y Duchemin qui ne doit plus les poster ici. Je vais tenter de t'en envoyer un ou je t'indiquerai un autre site.
Image de Florence Deleurence
Florence Deleurence · il y a
Des souvenirs , de l'émotion .. Je vous invite à lire "La quête" de Dany Guyot (un ami) . Merci .
Image de Pierre Lieutaud
Pierre Lieutaud · il y a
merci
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
Voilà un très beau texte, aussi surprenant (dans le bon sens du terme) qu'apaisant. Merci pour ce délicieux moment :-) mon vote !
Je vous invite à venir du côté de chez mon héroïne cherchant à infléchir le fil de sa destinée en finale
http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/jeanne-et-le-prete-plume
Ne la lâchez pas :-)
Et ma nouvelle héroïne :
http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/droit-de-cite-1

Image de Pierre Lieutaud
Pierre Lieutaud · il y a
Merci
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
Merci à vous !
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Je renouvelle mon soutien pour ce moment de zénitude !
Image de Pierre Lieutaud
Pierre Lieutaud · il y a
merci

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Parachute

Pierre Lieutaud

Le vieil avion tournoie dans l’air frais du matin pour atteindre l’altitude du saut. Un quart d’heure auparavant, nous avons quitté le sol, une prairie qui sentait la rosée du matin, et moi... [+]