La flèche

il y a
1 min
23
lectures
1
Son sifflement déchira le silence. L'impact fut violent, soudain, inattendu. Quand la flèche me frappa, elle transperça mes chairs, et se planta en plein coeur. Brutalement. Violemment. Le choc me fit chanceler. Une douleur sourde, cuisante, s'empara de moi. Instantanément. Sournoise, elle tenta de me terrasser. Mes jambes voulurent se dérober sous son poids. Ma main, paniquée, partie, tremblante, à la recherche d'un soutien. Elle heurta, dans sa quête folle, une rambarde et elle s'y agrippa, de toutes ses forces. Affolé, mon regard parti en tout sens, en quête, lui aussi, d'un point d'ancrage auquel s'accrocher, pour ne pas laisser cette douleur, inquisitrice, l'emporter.
C'est là que je le vis. A l'orée de moi. Immobile. Mutique. Me fixant. Me souriant. C'est là que je compris. Son regard se plongea dans le mien. Troublé. Profond. Je m'accrochais à ce regard. Bouleversant. Attirant. Ne pas flancher. Ne pas sombrer. S'accrocher à cette lueur. Oublier la douleur. Il fit un pas vers moi. La douleur repris. Plus forte. Plus intense. Je le fixais, et tout en moi hurlait. Lui hurlait. De s'approcher. De me toucher. De me tenir. De me retenir. De m'enlacer. De m'embrasser. D'apaiser ma douleur. Vive. Violente. Foudroyante. Il ne répondit à aucune de mes supplications silencieuses. Il me sourit, puis son sourire se voila, il se détourna et partit. La douleur s'intensifia. Souveraine, elle gagnait. Déchirant chaque partie de mon corps. Le vide m'envahit. Etriquant mon coeur. Gelant mes pensées. M'ôtant toute envie, tout espoir. Succomber à cette douleur, m'en envelopper, seules ces pensées me restaient. Le vide, et le manque, entourèrent ma poitrine, l'enserrèrent, et la douleur devint insupportable. Mes jambes vascillèrent. La douleur triomphait, obligeant mon corps à s'affaisser, à se recroqueviller, pour mieux la supporter, pour ne pas s'éparpiller.
Les larmes troublèrent ma vue. Mes espoirs. Mes certitudes. Une seule demeurait et me figeait : après tant d'années à exercer, pour s'être à ce point trompé, Cupidon devait picoler.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le chemin

Lydie Jaillon

Ils cheminent côte à côte sur une route inconnue.
Autour d'eux se dressent des arbres centenaires et de frêles arbustes aux branches délicates qui frémissent dans le vent.
Sur le chemin... [+]