La fin de la renommée

il y a
2 min
1
lecture
0
Image de Été 2020
Une année de merde ! Voilà ce que c’est l’année 2020...La lettre C nous a trainé et nous traine encore dans la boue ! Rien ne sera plus jamais comme avant et cela nous ai imposé par les événements, les temps et les circonstances.
Telles furent les paroles de Glody devant ses deux compagnons. Ils subissaient les retombées du Covid-19 en plein désert du Sahara, au beau milieu d’une oasis perdue et sans ressource en leur actif.
Ils prévoyaient de se rendre dans l’ancienne ville de Louxor mais furent butés à une panne sèche. Et la nouvelle de la pandémie, de la fermeture des frontières et ensuite du confinement du pays, les mettent hors d’eux. Glody était le plus irrité non pas à cause de la pandémie en soit ni de son rôle dans l'équipe mais à cause de la boulimie sans limite dont il souffrait.
Et la lettre C était devenu pour lui une sorte de phobie et n’augurait rien de bon dans son imaginaire. Quand il pensait à la lettre C, il voyait : Chine, Coronavirus, Covid-19, Cache-nez, Confinement, Chloroquine, Chômage, Crash boursier !
Sous un soleil de plomb au zénith et à plein midi ; Glody faisait les cent pas et ses compagnons n’avaient pas d’opinions ni des mots à dire devant lui. Il était le chef incontesté de l’expédition, il avait réponse à tout. Soudain sans crier gare en un quart de tour, il revint vers ces derniers, avec des yeux tout illuminé comme un orpailleur devant une grosse pépite leur annoncer sa bonne nouvelle. Il avait trouvé la solution et un ton magistral, il discourit comme suit:
- On ne vit plus, le monde est en ralenti...l’on covide aujourd’hui. Oui, l’on covide ; on ne vit qu’au rythme du covid-19. Que de morts en attente, nous sommes de morts vivants, les prochains sur la liste. Les morts d’aujourd’hui sont enterrés par les morts de demain
Et lova qui depuis le début n’avait pas encore pris la parole lui répliquant d’un ton anxieux, fataliste et rageur :
- Tu nous traumatise à la fin avec ton histoire. Nous risquons de trépasser non du covid-19 mais d’une crise d’angoisse. Alors dis-nous la chose nous permettant de nous en sortir de ce merdier.
- Vu qu’il n’y a pas des vaccins jusque-là et pas de remède, insista Glody, Je propose que l’on s’injecte carrément le désinfectant dans les poumons ou qu’on l’ingère afin d’être immuniser.
A cette solution presque sortie du cerveau d’un embryon, un calme s’installant dans l’équipe. L’on pouvait attendre les mouches battre des ailes. Cette solution saugrenue les avait laissés sans voix. Les deux compagnons pensaient que Glody n’avait plus toute sa tête qu’il était dépassé par les événements. Cette pandémie avait révélé la limite de leur chef et le niveau de son imagination débordante et cette fois-ci déconcertante.
Tout d’un coup, un rire sans limite et sans retenu, à vous décrocher la mâchoire, s’éleva au milieu d’eux comme si le silence de morts qu’ils avaient soutenu un moment devant lui, devrait à tout pris être assouvi et cet enchevêtrement des rires devenant sardonique causa la mort psychologique de Glody, qui était maintenant humilié et désavoué par ses compagnons. Et l’échos de ces éclats fut entendu jusqu’à Wuhan.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,