La fille de la mère Pouvraud

il y a
1 min
594
lectures
20
Qualifié
Après le dîner, mes grands-parents s’allongeaient sous les frondaisons et fermaient les yeux pour deux bonnes heures. C’était d’un ennui pas possible. D’un ennui pas possible jusqu’au jour où, au détour d’une conversation, j’entendis parler de la fille de la mère Pouvraud, la patronne du camping. Elle avait la trentaine, les cheveux coupés courts, la peau hâlée. Un visage dur, mais joli. Des yeux bleus qui vous tenaient à l’écart. Je rangeais mon nez dans mes sandales chaque fois que je la croisais. Pas baisante, qu’on disait d’elle. Les jours de grand soleil, elle s’en allait, son sac de plage rebondissant contre sa hanche, par les dunes. J’en avais jamais rien pensé. Jusqu’au détour de cette conversation d’adultes tombée dans mes oreilles d’enfant.
Des dunes, il y en avait des tas. Des dunes, à se perdre. Et comme je me suis perdu. Des après-midis à maudire la chaleur collante et les épines de pins. La plage était loin. Sinon, de l’autre côté. Mais l’ennui avait disparu, j’avançais la rage au cœur, infaillible dans ma quête. La plupart auraient abandonné, moi pas. La plupart, je les connaissais, aucune volonté. Et puis c’est arrivé. Comme j’atteignais le sommet, le souffle court. Elle était là. Je suis tombé à plein ventre, les genoux coupés. Elle était là. Nue, les jambes ouvertes, au creux de la dune. J’avais tout vu dans un éclair, ses seins minuscules, sa touffe de poils, et j’étais désormais coincé, paralysé, incapable de jeter un nouvel œil, incapable de bouger. Si elle me surprenait, j’étais cuit. La honte du village.
J’ai fait machine arrière. Lentement, mais sûrement. Le pouls à 130. Je suis rentré au camping, les yeux en miettes. Mes grands-parents m’attendaient.
— Où qu’t’étais ? m’a demandé ma grand-mère.
— Parti zyeuter la fille de la mère Pouvraud, a répondu mon grand-père en riant très fort.

20

Un petit mot pour l'auteur ? 19 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Guilhaine Chambon
Guilhaine Chambon · il y a
J'aime votre texte. J'ai voté
Je vous invite à découvrir Au fait qui est en finale . Belle journée

Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Souvenir, premier émoi, un brin de nostalgie avec ce grand-père malicieux.
Image de Vrac
Vrac · il y a
Il y a des surprises moins agréables. Récit limpide et ensoleillé
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Mon vote pour ce petit voyeur!
Image de Lauriana
Lauriana · il y a
Votre texte est humoristique avec ce grand-père! Je vous invite à venir sur ma page short édition pour lire une oeuvre. Je serais honoré d'avoir votre avis. Merci
Image de Minibulle Minibulle
Minibulle Minibulle · il y a
J'ai éclaté de rire en lisant la fin "Parti zyeuter la fille de la mère Pouvraud" spontanément j'ai rajouté "eh pardi !" sud ouest oblige :) Mon vote, pour mon éclat de rire spontané, merci ! Je ne sais pas si je vous ferai rire avec ma nouvelle http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/a-tous-coeurs mais si vous voulez tenter l'expérience c'est avec plaisir. Bonne lecture et encore merci pour votre texte.
Image de Revce
Revce · il y a
Humm, les grand-parents.
Image de Revce
Revce · il y a
Humm, les grands-parents.
Image de Jean-Claude Renault
Jean-Claude Renault · il y a
Ah ces grands-parents à qui on ne peut rien cacher.
Image de Tom Bouville
Tom Bouville · il y a
Petit curieux ! Joli court en forme de souvenir. Bravo. Mon vote. Si un souvenir crétois vous tente, c'est ici : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/le-vent-de-crete-ne-me-rendra-pas-fou

Vous aimerez aussi !