458 lectures

166

Qualifié

Cette histoire se passe dans le boulevard Saint-Augustin, celui qui est bordé de platanes. Comme beaucoup d’autres boulevards, me direz-vous, mais ne brusquez pas trop cette histoire. Douce et lente, elle ne va durer que quelques secondes. Mais nous nous égarons.
Pour l’instant, concentrons-nous plutôt sur un de ces arbres en particulier. Le troisième, là, sur la gauche. Vous le voyez ?
Passons aux choses sérieuses. Car maintenant, il faut trouver une feuille. Pas n’importe laquelle. Celle-là, là-bas, qui pendouille, toute malheureuse, au bout de sa branche.
Je sais, il n’est pas facile de la distinguer parmi toutes ses sœurs. Mais faites un effort. Je parle de celle qui a encore les pointes légèrement vertes. Le reste de sa structure est totalement marron et rabougri. Oui, elle n’en mène pas large, la pauvre.
Située à vingt-cinq mètres de hauteur du sol, elle voit le vide sous elle. Elle ne fait pas la maline, car elle sait qu’elle va bientôt chuter. Et cela ne lui plait pas particulièrement. Elle sait ce qui l’attend. Une fois au sol, on la bouscule, on la piétine, le vent l’emporte toujours plus loin, les voitures lui roulent dessus, bref, on la maltraite de mille et une façons toutes plus désagréables les unes que les autres.
Alors elle voudrait bien rester le plus longtemps possible sur son arbre. Le point de vue y est sympathique et le voisinage pas trop bruyant. De là-haut, elle observe la vie trépidante d’en dessous. Et il s’en passe, des choses.
Ah ! Ça y est ! Elle tombe !
Son pétiole l’a lâché d’un coup, sans prévenir ! Le bougre ! Mais il fallait bien que ce jour arrive.
Donc, ce jour, c’est un mercredi. Et au commencement de sa chute, un tremblement de terre survient à l’autre bout du globe ; un bébé naît et pousse son premier cri ; une grand-mère tombe de sa chaise, foudroyée par une crise cardiaque ; un petit garçon de deux ans s’endort dans les bras de sa mère ; le père Noël poursuit ses préparatifs ; un boxeur reçoit une magistrale droite de son adversaire ; un pompier sauve une femme d’un incendie d’immeuble ; un politicien fait un discours endiablé ; un couple s’esclaffe devant une comédie au cinéma ; un scientifique fait une découverte sensationnelle ; et un piéton, frigorifié, resserre son écharpe autour du cou.
Quelques secondes se sont écoulées, et pourtant, tout ça s’est réalisé. Oui. Tout ça. Et bien d’autres encore, mais je ne peux pas toutes les relater.
Revenons-en à notre petite feuille. Elle volette lentement, doucement presque. Elle en est à la moitié de son parcours.
Mais une voiture passe sous elle, créant un léger courant ascendant. Elle reprend un peu d’altitude. Mais ce mouvement est très bref et elle poursuit de nouveau sa descente.
Elle est décalée et, au lieu d’atterrir au milieu de la route, elle se dirige vers le trottoir. Pendant ce temps, un message dans le métro annonce un accident de voyageur ; un homme frappe de rage le distributeur dans lequel sa canette est coincée ; une maladroite casse une pile d’assiettes ; une artiste met un dernier coup de pinceau à son œuvre avec satisfaction ; un homme se coupe en se rasant ; un vaisseau spatial approche de la Terre ; des amants jouissent en même temps ; une femme casse son talon aiguille ; un papillon bat des ailes ; un cyclone menaçant se déplace ; un accident de voiture se produit sur l’autoroute ; un alcoolique vomit dans ses toilettes ; et un adolescent gagne enfin contre le boss de son jeu vidéo.
Que de choses ! Notre petite feuille n’en revient pas ! Pourtant, il s’en passe des événements en quelques secondes ! Tant et tant de choses ! Des petites, des grandes, des joyeuses, des tristes. La petite feuille en est toute mélancolique.
Surtout qu’elle arrive à la fin de son voyage. Encore quelques rotations sur elle-même, un dernier aller-retour à droite et gauche, puis elle touche enfin le sol.
Son parcours prend fin à l’instant, mais sans regret. Elle se résigne, tout simplement. La vie poursuit son bonhomme de chemin, avec ou sans elle.
Car finalement, ce n’est qu’une petite feuille qui chute de son arbre. L’auriez-vous remarquée si je n’avais pas insisté pour vous la montrer ? Soyez honnête, la réponse est non. Vous n’auriez pas fait attention à elle. Vous l’auriez piétinée sans aucune vergogne. Vous l’auriez totalement ignorée. Vous ne l’auriez même pas vue.
Pauvre petite feuille. Elle, cela ne l’attriste pas. Mais moi si.
Parce que je suis la prochaine. Moi qui suis une simple feuille.

PRIX

Image de Hiver 2019
166

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
Beaucoup de poésie dans ce texte...
·
Image de Artvic
Artvic · il y a
Un texte à lire aux enfants sans faute!! J'adore !
Mon vote
Puis-je je vous inviter à lire https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/lempreinte-des-souvenirs sur ma page.
Amitiés

·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
+5 pour une petite vie éphémère... comme toutes les vies?
·
Image de Mary Benoist
Mary Benoist · il y a
Sous le charme (c'est aussi un nom d'arbre).
·
Image de Mathieu Kissa
Mathieu Kissa · il y a
Maintenant je ferai plus attention quand je passerai sous un platane. Mes voix.
·
Image de Cudillero
Cudillero · il y a
J'aime beaucoup cette micronouvelle automnale et mélancolique. *****
Si le coeur vous en dit, je vous propose un pantoum également sur le thème de l'automne :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-vent-d-automne-a-susurre
Bonne soirée.

·
Image de Teddy Soton
Teddy Soton · il y a
Quelle délicatesse, bravo +5
·
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Bien Céline. J'ai déjà parcouru tous vos textes. De belles lignes ! En passant, mes deux textes que vous aviez soutenus sont en finale
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sous-le-regard-du-diable
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/achou-lamour-empoisonne

·
Image de Bherte
Bherte · il y a
On pense à Prévert en lisant.
·
Image de Thara
Thara · il y a
C'est vrai qu'on ne l'aurait pas remarqué cette feuille (🍁) qui glisse de sa branche pour tomber sur le sol.
Dorénavant, je marquerai le temps pour laisser voyager mon esprit en la regardant virevolter 🌴

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Mon trajet le plus direct pour me rendre à mon travail me fait passer par le boulevard principal. Ce boulevard, comme la plupart de ses congénères, ne me plait pas du tout. Je rajouterais même...

Du même thème