1
min

LA FERME DU PENDU

Image de Don Quichotte

Don Quichotte

9 lectures

1

A une époque un peu difficile pour la petite entreprise de mécanique de mon père, il fut contraint de pratiquer une activité de marchand ambulant en quelque sorte, et donc de parcourir la campagne pour vendre de l'outillage aux agriculteurs....
Il en avait gardé un très bon souvenir car les contacts étaient nombreux et fort cordiaux avec ses clients.
On était au début des années 60 et de la mécanisation agricole, si bien que les paysans de l'époque ne disposaient que de très peu d'outillage adapté.
Mon père achetait de l'outillage en second choix, ainsi que des assortiments de vis, écrous, boulons directement dans les usines Peugeot de notre pays de Montbéliard, puis il partait faire ses tournées dans les villages.
Je l'accompagnais parfois, le jeudi qui était un jour de congé des enfants à l'époque, et c'était un vrai bonheur.
Outre nos rencontres, il arrivait souvent qu'à midi on mange une savoureuse omelette dans les restaurants, ou dans les fermes, des villages traversés.
On faisait même parfois du troc... une boite de boulons contre une ou deux douzaines d'oeufs.
Mon père, toujours farceur, disait en souriant : "La fermière me disait qu'elle allait m'en faire une douzaine puis elle partait s'accroupir dans un coin !"

Un jour que toute la famille l'accompagnait en promenade dans la vaillante 302 Peugeot sur l'un de ses circuits préférés, on s'aperçut que la journée était bien avancée et que nous étions encore passablement loin de notre logis.
Il nous dit alors : "Si nous ne pouvons pas rentrer ce soir, peut-être faudra-t-il s'arrêter en route et dormir à la ferme du pendu ?"
Et ma mère de questionner: "La ferme du pendu ?"
"Oui" répondit-il, "ce sont des gens très aimables et que je connais bien, mais il leur est arrivé un gros ennui..."
"Quoi donc?" demandons-nous tous en coeur ?
"Un jour, un homme a passé la nuit chez eux, et le lendemain matin on l'a retrouvé pendu !".
Mais, poursuivit-il aussitôt, " Je ne crois pas aux accusations dont ont été victimes ces pauvres gens. En effet, on les a accusé d'avoir maquillé un assassinat en suicide..."
Et d'ajouter: "On arrive bientôt chez eux. On s'arrête ?"
Et mes soeurs, ma mère et moi-même hurlant tous en coeur "Non! non!"
Alors, au risque de nous flanquer au fossé, mon père se tordait de rire sur son volant...
Bien entendu, la ferme du pendu n'existait pas.
1

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Mon bourg natal, comme beaucoup de villages français dénombre plus de morts que de vivants. Pas moins de quatre cimetières ! Bien entendu il y avait nos chères forêts, mais les ...

Du même thème