3
min

La femme de sa vie

Image de Loky

Loky

35 lectures

29

L’aube pointait sur Paris. Fébrilement, il fouilla une dernière fois ses poches... en vain. Le papier n’y était plus !
Il sentit un grand découragement l’envahir. Tout s’écroulait....
Le bonheur est une chose complexe. On aurait pu dire de Robert ce que l’on dit de beaucoup de gens : il a tout pour être heureux. Vingt-huit ans, l’âge de tous les espoirs, une bonne situation, un physique plutôt agréable, une famille aimante. Pourtant, Robert n’était pas heureux. Il n’était pas malheureux non plus, il avait surtout le sentiment de vivre une vie terne et monotone. Il était assez intelligent pour comparer son destin à des personnes frappées par la maladie ou la misère. Il voyait bien que beaucoup auraient souhaité être à sa place. Mais cela ne suffisait pas à voir les choses de façon positive. Il essayait de pallier la monotonie des jours en s’investissant dans son travail, en voyageant, en faisant du sport. Il rencontrait beaucoup de gens et pourtant il se sentait seul. Il haussait les épaules quand ses amis disaient qu’il n’avait pas encore trouvé l’âme sœur. Mais en son for intérieur, il connaissait la raison de son apathie : il recherchait la Femme idéale.
À l’école maternelle déjà il était amoureux de sa maîtresse. Il fabula successivement sur la bouchère de ses parents, sur une actrice vue dans un film, sur une camarade de lycée. Cette dernière ne le remarquait même pas. Il la suivait discrètement à la sortie de l’établissement, prenait le même métro qu’elle dans une direction opposée à celui de son propre domicile et ne revenait chez lui que lorsqu’elle franchissait la porte de son immeuble. Jamais il n’eut le courage de l’aborder. Cette idylle à un seul sens se termina à la fin de l’année scolaire. Il ne la revit jamais... Tous ces amours platoniques le meurtrissaient chaque fois, un peu plus. Son jeune frère plus hardi se moquait de lui et l’incitait à être plus entreprenant. Mais rien n’y faisait. Bien des fois il avait tenté d’aborder les filles de son entourage. Il n’était capable que de conversations sur des sujets de société alors que ces demoiselles attendaient des choses plus concrètes. Au moment où il allait se lancer, quelque chose se bloquait en lui... Ainsi, il ressortait de ces rencontres, un peu plus désespéré et sa frustration empirait avec l’âge.
Il partit pour un séjour en Crète, plus par habitude que par plaisir. Il s’astreignait à un voyage par an pour casser la monotonie du quotidien, mais sans beaucoup d’illusions. Néanmoins, il avait toujours au fond de lui l’espoir de rencontrer l’âme sœur. Il s’était forgé son portrait de la femme idéale. Aucune des femmes qu’il rencontrait ne correspondait à cette image.
Brusquement dans l’autocar qui l’amenait de l’aéroport à la résidence ce fut un choc quand il la vit. Isabelle était l’antithèse de la femme de ses rêves ; pourtant, il sut immédiatement que c’était celle qu’il recherchait depuis si longtemps. Durant le séjour, il chercha le moyen de l’aborder. Il ne ratait pas une occasion d’être au plus près d’elle. Dans les excursions il s’asseyait sur le siège d’à côté. Lors des explications du guide, il se plaçait derrière elle et s’enivrait de son odeur. Il arrivait dix minutes avant l’heure des repas pour avoir la chaise libre à côté d’elle. Au début elle semblait indifférente à sa présence jusqu’au jour où dans un couloir elle lui fit un sourire. Sa vie en fut toute transformée. Il ne se reconnaissait plus ! Lui qui avait toujours eu des difficultés à converser parlait de ses voyages, de son métier. Isabelle l’écoutait et semblait même intéressée. Il savait par le guide qu’elle se prénommait Isabelle. Discrètement il avait observé ses mains : pas d’alliance...
La semaine passa très vite. Il n’y avait plus qu’un jour ! Il n’avait appris que peu de choses sur elle : elle avait vingt-cinq ans, vivait seule et travaillait dans une banque. Dans l’autocar qui les ramenait à la résidence, comme un homme se noyant se jette sur une perche, il posa sa main sur la main d’Isabelle. Honteux d’une telle audace, il attendait, anxieux... Elle ne la retira pas et lui fit même un sourire. Au dîner ce fut elle qui vint s’asseoir à côté de lui. Robert était fou de joie, sa vie avait maintenant un sens. Le soir en regagnant leurs chambres il lui prit à nouveau la main. À la porte de sa chambre, elle l’embrassa rapidement sur la bouche et le quitta. Il pensa à elle toute la nuit. Jamais il n’avait été aussi loin avec une femme. Demain il lui ferait une déclaration.
Dans l’avion du retour, les places étaient numérotées. Il la voyait à trois rangs devant lui. À un moment elle se retourna et lui sourit. Puis ce fut l’arrivée à Orly, la récupération des bagages. Il ne savait que faire, sa paralysie de toujours était revenue. Les touristes se séparaient. Isabelle s’approcha de lui, l’embrassa sur la joue et lui glissa un papier dans la main. Quand elle franchit la porte, il ouvrit la main : « Isabelle Martin 0612457855 ». Il aurait presque sauté de joie. Tout était encore possible. !

Maintenant le rêve s’était écroulé. Il était chez lui la tête pleine du soleil de la Crète, du visage d’Isabelle et... il avait perdu le papier ! À quel moment ? Dans le taxi le ramenant de l’aéroport, il ne cessait de le sortir de sa poche et de le regarder. Jamais Paris ne lui avait paru si beau ! Le taxi s’était immobilisé devant son immeuble. Des automobilistes pressés klaxonnaient derrière. Précipitamment il avait fouillé dans poche pour sortir un peu de monnaie. À cet instant sûrement son destin avait basculé. Il avait raté la femme de sa vie !

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
29

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jfjs
Jfjs · il y a
Mais il faut qu'il essaye de la retrouver via l'agence de voyage, les réseaux sociaux. Sinon belle histoire.
·
Image de Maour
Maour · il y a
Je vous soutiens pour le prix ;)
J'espère que vous aimerez aussi mon poème :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-retour-du-soleil
Amitiés

·
Image de Meryma Haelströme
Meryma Haelströme · il y a
Oh quel dommage !!! Mais cela fait un beau texte ! Mes voix. Bonne chance :) SI le coeur vous en dit, mon texte est ici : http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-promesses-de-laube
·
Image de Volsi
Volsi · il y a
J'espère qu'il va lire ce texte pour retrouver le numéro :)
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Encore un qui a raté sa saint Valentin à un numéro de téléphone près. Bravo, Loky pour ce texte très agréable à lire. Vous avez mes cinq votes.
Je vous invite à lire mon dramatique sonnet Mumba : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba Bonne journée à vous.

·