2
min

La Fée Lavesselle

Image de Maour

Maour

41 lectures

8

Le chêne, parmi les grands arbres de la forêt, a toujours été pour la fée Lavesselle un étrange compagnon. Ses racines puissantes paraissent explorer la terre à la recherche d'une vérité profonde. En surface, elles serpentent et souvent jaillissent au cœur d'un tapis de feuilles mortes, comme les idées dans l'esprit de la fée Lavesselle. Alors qu'elle voletait entre deux branches, cette fée aperçut un miroir posé là, bordé d'argent et tout couvert de mousse. Elle y put, après l'avoir nettoyé, contempler sa taille, ses hanches rondes et blanches qu'une tunique de soie verte laissait entrevoir.

S'admirant ainsi sept jours durant, la fée usa le verre du miroir tant et si bien qu'il ne reflétait plus que l'ombre d'un corps immobile. Elle eut beau lancer tous les charmes, tous les sorts, toutes les injures et les œillades courroucées dont elle disposait, ni son regard de glace, ni sa poudre dorée ne lui furent d'aucune utilité. Par chance, il flottait comme une odeur en ce pays verdoyant, comme un parfum de mystères portés aux quatre vents par une foule d’animaux sauvages. La fée dont les yeux ne regardaient jamais sans plaire ou sans blesser prit la décision de trouver celui d'entre eux qui l’aiderait à se contempler de nouveau.

A l'instant où, les ailes déployées, elle s'apprêtait à prendre son envol, le chêne la retint en passant à ses poignets des menottes végétales. « Vas-tu me lâcher, vieille branche ? dit la fée. - Tout de suite, ma belle enfant, répondit l'arbre qui voulait simplement lui donner un conseil. - Ah ! Je n'ai pas un moment à perdre mon ami, reprit la fée, de nos jours les femmes n'ont pas le temps de vieillir. » Parvenue à rompre les liens qui l’enchaînaient au sol, elle n'eût point loisir d'écouter ce compagnon d'infortune ; elle filait dans le ciel, perçant un nuage blanc teinté de rouge, convaincue en son fort intérieur qu’il existait nombre de sangliers farouches, de taureaux, de lions et de léopards.

Entraînée dans son élan elle arriva sur la terre privilégiée des diables et des géants qui se contentaient d'un morceau de fromage et se réchauffaient dans la laine de leurs moutons, s'ils n'avaient aucun enfant à se mettre sous la dent. L'un de ces ogres puants remarqua la présence de la fée au sein de son troupeau : « Pour parler franchement, belle gorge. Il est temps de faire sonner le vieux métal. - J'ai grand faim ! vociféra son compère sorti d'une grotte alentour. De quelle gorge parles-tu ? Oh oui, je la vois. La belle gorge chaude. N'aie pas peur ma belle, je ne te veux pas de mal... » La fée, qu'on ne pouvait confondre avec une brebis, le voyait approcher, frotter ensemble ses longs couteaux. « Tais-toi donc Grand Jacques, la frayeur empoisonne tout. Et puis d'abord, c'est mon goûter ! » répliqua le premier, qui leva les poings vers le ciel et les abattit contre le crâne de son rival. Ni une ni deux notre bonne fée s'empare de sa baguette, saute au-dessus d'un mouton et s'écrie : « Trois p'tits chats, chapeau d'paille, paillasson... je te change en glaçon ! » Le mauvais ogre se fige comme une image. Satisfaite, fée Lavesselle se retourne, et se fait étrangler sournoisement par l'autre ogre. Elle suffoque, sa vue se trouble, des larmes coulent sur ses joues fiévreuses tandis qu'elle imagine son ami, son vieil ami, son chêne pleurant sa disparition : « Pauvre fée, les yeux posés sur ce miroir, tu portais ton regard vers la mort. »
8

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
sympathique, il y a un lien fort entre tous les textes que j'ai lus de vous. Bientôt un recueil , avec des illustrations faussement naïves ?
·
Image de Maour
Maour · il y a
Vous êtes le premier à percevoir ce lien. Recueil, illustrations, je ne peux rien vous cacher : vous visez juste!
Heureux d'être lu par un œil avisé.

·
Image de Chloé Goupille
Chloé Goupille · il y a
J'aime beaucoup que la fée Lavesselle s'appelle comme ça purement par jeu de mot, sans qu'elle ait un quelconque intérêt pour la vaisselle.
J'aime bien aussi son histoire et que la vanité soit punie.. Même si c'est un peu sévère à mon gout ^^

·
Image de Maour
Maour · il y a
Merci beaucoup Chloé :) Je voulais un nom qui porte les contradictions de sa personnalité : une fée autoritaire mais qui cèdre à tous les caprices du regard masculin... d'où le châtiment (nécessaire dans un conte).
Au plaisir de vous lire.

·
Image de Alain Derenne
Alain Derenne · il y a
J'adore la Fée Lavesselle...moi pour un texte avec des paysans j'ai un Jean Grange....comme nous sommes bons hi hi hi
·
Image de Maour
Maour · il y a
Merci encore Alain !
·