3
min
Image de Mjo

Mjo

193 lectures

19

Qualifié

Elle faisait toujours la même faute d’orthographe. Impossible pour elle d’écrire ce mot sans lui rajouter un L au beau milieu. Lorsqu’elle le lisait bien écrit dans un magazine ou dans un livre elle éprouvait un sentiment de réduction, de minimisation. Avec un seul L ça ne décollait pas. Une atrophie. Une amputation. Deux L apportaient à son oreille et à sa vue une légèreté tout aérienne. C’est vrai ! Mais là n’était pas sa quête ; doubler la consonne donnait au mot l’amplitude, l’importance recherchée. Une chambre d’écho à la mesure du mot et de la chose. Une large vibration en elle de la tête aux pieds.

Prononcer le mot, faire tourner sa langue dans sa bouche pour lui donner la rondeur parfaite, la grâce et l’élégance du déploiement d’ailes de la grue, la musicalité du vent dans les bambous, l’acoustique d’une abbaye cistercienne. La lettre-philippine grimait le mot d’un épais voile de lyrisme, le rendait plus humain, plus acceptable. Soigneusement enrubanné de soyeux galons. Un voyage imaginaire dans un univers de machines et de créatures volantes.

L’orthographe a ses règles et quand bien même elle cherchait à échapper à ses contraintes elle était toujours rattrapée par son erreur. Était-ce le refus de sa part de voir la réalité dans sa brutalité et sa force ? Était-ce l’expression de sa peur de la crudité de la chose et de son délire. Elle dut se rendre à l’évidence quand elle eut à transmettre les canons orthographiques de la langue française à des élèves de collège. Elle abandonna à regret la lettre jumelle, le double L, la volute écran de fumée, la hampe cache-misère. Pour ses jeunes élèves, c’était facile, il n’y avait pas lieu d’en faire une histoire. Pourquoi compliquer ce qui ne l’est pas ? Eux, ils étaient rodés à presser l’orthographe à sa plus simple expression dans leurs textos. Un phonème suffisait à se faire comprendre.

Arriva le moment où elle éprouva le besoin de dire quelque chose sur le mot et la chose pour justifier sa faute et se sentir comprise. Un mot secret dans les familles, caché au plus profond des esprits sains de peur de sinistres contagions ou malédictions. À qui la faute ? Quelles alliances douteuses ou mésalliances sont à l’origine de ce désordre physiologique ou psychologique ? De lourdes questions sans réponses dans les cerveaux, des supputations, des soupçons et des rumeurs savamment entretenues circulaient d’alcôves en alcôves.

Les personnes accablées par le terrible mot-diagnostic étaient mises à l’écart dans de sombres couvents loin du monde, la clôture à vie, même sans foi ni loi. Souvent elles étaient enfermées à double tour dans des chambres capitonnées de blanc sans miroir, sans fenêtre, ligotées dans des camisoles et des sangles. Des femmes.Surtout des femmes. Dans leurs ventres flasques des histrions démoniaques se livraient des combats sans merci entre tripes, boyaux et utérus. Des transes spirites inimaginables. Sous l’emprise de cette chose puissante incontrôlable leurs yeux se révulsaient, leurs bouches écumaient de bave. Elles crachaient des jurons obscènes en frottant leur sexe de leurs mains contorsionnées. Brutalement, bestialement hagardes, dans une plaintive vocifération elles tombaient raides comme un tronc d’arbre sous la hache du bûcheron. Obscène orgasme, exhibition de l’animale transgression.

Des anges noirs explosant d’un rire sardonique flottaient au-dessus d’elles. Les ailes coupées, signe de la malédiction divine. Que faire sans aile sinon battre en retraite ? Un seul L. Pas possible de s’envoler avec un seul L. Pas possible de s’évader. Impossible d’échapper à la Folie. Folie des hommes. Folie avec un seul L.
F. O. L. I. E .

Son amour des lettres et des histoires aurait pu la perdre mais pas encore folle la guêpe qui entretenait entre elle et elle une charmante et encombrante « folle du logis » histoire de se donner deux L. Sur la matière molle de son cerveau le mot F.O.L.I.E. résista mais la chose s’installa dans un profond sillon gris.
Membre active d’une société d’elfes (rime avec Josèphe) elle fit connaissance dès sa toute petite enfance de Folletto (avec deux L) lutin téméraire qui n’avait peur de rien et de personne. Au fil des générations, Folleto était devenu très susceptible et coléreux. Obsédé sexuel, il se reproduisait sans cesse sans s’occuper des protestations des partenaires qu’il assaillait quelles qu’elles soient : humaines, fées, ondines... Toutes lui semblaient bonnes à féconder ! Son chromosome était le plus fort et de n’importe quel abâtardissement naîtrait un Folleto (avec deux L) toujours plus vivace !

Et voilà,ce qui devait arriver arriva : à force de fréquenter lutins, farfadets, fols et autre Folleto, elle perdit non seulement son latin mais son orthographe et la tête. Elle sombra dans la folie douce ne sachant plus de quelle branche elle était issue. L’esprit embrouillé par une généalogie anarchique et mutante elle se prit pour un oiseau coloré des Caraïbes. Un jour de grand soleil, perchée sur un arbre généalogique géant elle prit son envol et disparut définitivement.
Par nuit sans étoiles, on peut parfois apercevoir de vacillants feux-follets flottant entre ciel et terre... au dessus de l’étang des ondines.

PRIX

Image de Eté 2016
19

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Guilhaine Chambon
Guilhaine Chambon · il y a
Je découvre ce matin votre très joli texte . je ne suis sur le site que depuis deux mois.
Je vous invite à découvrir Au fait qui est en finale . Belle journée

·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
J'ai déjà lu un autre texte et décidément j'aime toujours autant.
·
Image de Mjo
Mjo · il y a
merci Tilee
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
ELLE avec deux "L" vaut bien un vote !
·
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Texte profond,bravo,je vote Je vous invite à lire http://short-edition.com/oeuvre/poetik/voyage-4 merci
·
Image de Mjo
Mjo · il y a
merci ; je vais lire votre texte.
·
Image de Mjo
Mjo · il y a
merci
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Suspense linguistique, nous sommes nombreux à partager nos propres failles, il fallait le dire.
·
Image de Lecrilibriste
Lecrilibriste · il y a
J'oubliais : mon vvvvvote
·
Image de Lecrilibriste
Lecrilibriste · il y a
L' R de rien, à moi aussi, il manque un L à mon prénom !
·
Image de Lambda
Lambda · il y a
La citation "N'est pas fou qui veut", des peintures de J.Bosch,... : certaines des évocations nées pour moi à la lecture de votre texte.
·
Image de Envoldemots
Envoldemots · il y a
JE VOTE! Beaucoup d'élégance dans votre style d'écriture. Je suis charmée.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un texte sérieux et profond! Bravo! Mon vote!
Mes deux œuvres, BAL POPULAIRE et ÉTÉ EN FLAMMES , sont en lice
pour le Grand Prix Été 2016. Je vous invite à venir les soutenir si le cœur
vous en dit, merci! http://short-edition.com/oeuvre/poetik/bal-populaire
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ete-en-flammes

·