3
min

La Faille

Image de Roxane73

Roxane73

37088 lectures

89

Qualifié

Non, ce n’est pas fini !...

Tout à coup le sifflement du vent s’engouffrant sous la porte lui renvoie en un flash implacable le souvenir.
Portés par leurs montures aux naseaux fumants, ils ont surgi trois jours plus tôt dans le froid de la nuit. La horde aux épées acérées, étincelantes sous la lune, a traversé le village à toute allure, après avoir pillé et incendié le bourg voisin serré contre la falaise, à quelques lieues de là. Comme d’autres, au milieu de la panique et des pleurs, elle a vu le ciel se voiler depuis l’horizon des relents du brasier infernal.
A présent c’est la même terreur qui s’empare d’elle. Le vent souffle fort. La pluie tombe drue. Elle est seule. Le jour s’en est allé depuis longtemps. Elle sent une peur immonde la déborder. Ils reviennent ! Elle entend enfler le bruit de la cavalcade. Le claquement des sabots sur le pavé qui se rapproche. Puis, brièvement, le silence.
On frappe rudement à sa porte.
La gorge nouée, incapable d’échapper un cri, elle n’a le temps d’ouvrir qu’il franchit le seuil de la masure au toit de chaume.
D’abord la lueur de la cheminée lui révèle la découple d’une silhouette haute de six pieds. Ensuite, quand il pénètre plus avant dans la pièce, la carrure impressionnante de larges épaules.
Alors qu’il se défait de la fourrure de loup dont se couvrent les guerriers débarqués des terres sombres du Nord, elle dépose sur la table une cruche de cervoise. Un reste de brouet qui demeure toujours à bouillir. Elle se hâte de jeter un fagot sur le foyer qui s’épuise en un tas de braises rougeoyantes.
Pendant que l’homme mange en silence près de l’âtre, elle s’emploie à balayer et astiquer vivement son logis. Evitant le regard qu’elle sait parfois sur elle. Il a gardé, montantes jusque ses cuisses musclées, ses chausses de cavalier. Le sabre au pommeau ouvragé, tenu dans un fourreau. Un fin poignard à sa ceinture. Bientôt les flammes consentent à se réveiller, ainsi qu’une tiédeur. Leurs reflets se déploient, étincelles mordorées dans ses prunelles bleu glacier.
Il ne ressemble en rien aux gredins du village qui la pressent mais n’iraient épouser une orpheline trop peu pourvue.
Dieu tout-puissant ! Est-ce la perspective d’une fin imminente ? La comparaison malvenue accroît son trouble et son effroi. Cependant une sensation étrange et inconnue – rien à voir avec la peur – grandit lentement, confusément, en son giron.
Soudain son cœur se met à battre la chamade.
Que débusque en elle ce Viking au visage buriné, taillé à la serpe ? Ce Barbare aux pommettes saillantes, aux cheveux roux tressés d’un lacet de cuir ?
Sans réfléchir davantage, comme enhardie par une emprise inavouable, elle s’approche du feu. Détache le lien de ses cheveux. Puis celui de sa cotte de lin, et laisse choir à ses pieds les oripeaux.
Il la porte jusqu’à sa couche. Se dévêt dans la semi obscurité de ses braies et du reste. Du torse imberbe étonnamment, la sueur perle, d’une odeur piquante et enivrante. Elle se mêle à la sienne, d’une peau nacrée où palpitent les veines. S’imposant en vainqueur, il ne sourit pas. Mais sous les paupières plissées brillent deux fentes horizontales.
Dehors, le ciel s’empourpre et le vent hurle au plus fort.
L’homme s’écarte un peu. Observe attentivement le corps juvénile qui s’offre. Puis la barbe musquée s’incruste entre les seins. Parcourt jusqu’au nombril le sillon de son ventre. L’orage explose quand cette roide se fait caressante, et remonte vers le cœur, qui s’affole. Survole les lèvres. Elle tente de lutter. Une langue impudique l’en dissuade. Un long frisson, qui suit la courbe exacte de l’épaule, atteint la pointe brune. Change de côté. S’y attarde avant d’être submergé. Redescend.
Alors elle oublie sa peur. Prête à mourir. Mais il ne le veut pas. Si bien qu’elle se redresse promptement, le dominant à son tour. Nue et guerrière, debout face à lui. Pointant d’un air de défi la courte lame de Barbare. Il ne l’a pas vu venir, mais est plus rapide dans le mouvement. Il la saisit par les poignets. La retourne. Plaque les hanches menues contre les siennes. Puis arrime sa bouche à la nuque frémissante.
Le métal aiguisé, sur le flanc désarmé, trace des lignes en légers effleurements. S’amuse à raviver ce que la force n’obtient.
Elle l’accompagne en un gémissement.
Des larmes de sang coulent, brûlantes.
Délicieuses.

La lueur du jour pointe à travers les persiennes. Une aube pâle, maussade. La pluie s’écrase sur les carreaux. L’eau ruisselle sur la fenêtre entrouverte. Tombe en goutte à goutte sur le parquet.
Elle perçoit en premier le vague parfum d’encens qu’il brûle tel un rite avant l’amour. Elle a froid mais repousse les draps. Jette un œil rapide sur l’écran de son portable.
« Merde, il est presque sept heures ! »
Elle entend les bruits de la rue réanimée.
L’odeur de café fort, venant de la cuisine. Il s’est envolé de bonne heure. Avant la fin de la nuit. C’est son habitude. A l’heure où les chimères se dissipent, elle ne l’a pas entendu partir. Elle se réveille seule. Sans raison un peu triste.
Elle devrait l’accepter. Capter l’instant. Oublier.
Et pourtant...
Non.
Ce n’est pas fini !
Car rien ne finit.
Jamais.
Il suffit de... trouver la faille.
Fermer les yeux.
Plonger au fond de la nuit, qui revient toujours.
Laisser venir ce qui doit exister.
En attendant les Barbares.

PRIX

Image de Printemps 2017
89

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
Magnifiquement sensuel et érotique tout en subtilité.... la fièvre du désir est magnifiée. Vous avez du talent bravo.
·
Image de Roxane73
Roxane73 · il y a
Merci à vous pour ce commentaire qui m'encourage...
·
Image de Jemal-Ophion de Puystivère
Jemal-Ophion de Puystivère · il y a
Chaud! Chaud! :D
·
Image de Roxane73
Roxane73 · il y a
Super si cela vous a plu !
·
Image de Filabulle
Filabulle · il y a
Rêve conscient ou réalité endormie?? 😮
Très bestial et sensuel! Bravo

·
Image de Roxane73
Roxane73 · il y a
Merci !
·
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
J'aime la finesse et la délicatesse du texte
·
Image de Laurent Martin
Laurent Martin · il y a
Intéressant !
·
Image de Roxane73
Roxane73 · il y a
Merci pour cette lecture!
·
Image de Laurent Martin
Laurent Martin · il y a
Je me suis abonné, je vais suivre vos oeuvres, il y a un petit côté sauvage dans votre style qui mérite le détour
·
Image de Roxane73
Roxane73 · il y a
Merci beaucoup à vous.
Si vous aimez le côté un peu flamboyant peut être que " Le dernier banquet " ne vous ennuiera pas. Et " Villa Porcelaine ", si vous aimez les atmosphères un peu étranges, parviendra peut être à aiguiser votre curiosité

·
Image de Thierry Zaman
Thierry Zaman · il y a
jolie sauvage et le contraste. 😊
·
Image de Roxane73
Roxane73 · il y a
Merci à vous pour cette lecture. ..
·
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
Vous avez sincèrement une ecriture remarquable très agréable à lire...l erotisme qui se dégage de ce texte est d une sensualité brûlante jamais vulgaire...enfin la chute fait sourire....merci vraiment pour ce moment de lecture....
Je suis finaliste automne dans la catégorie nouvelles avec le péril vert. A la condition que ce texte vous plaise vous pouvez le soutenir pour la finale.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-peril-vert
Trés amicalement.

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Bravo pour ce texte très plaisant. Venez me lire à l'occasion
·
Image de Luc Dragoni
Luc Dragoni · il y a
Elle est vraiment géniale votre façon d'écrire, je me suis bien fait avoir!
J'ai cru jusqu'au dernier paragraphe à un extrait de roman historique... mais ce rêve en est également un... avec l'érotisme en cadeau!

·
Image de Roxane73
Roxane73 · il y a
Merci Luc de votre passage ! ☺
·
Image de Nectoux Marc
Nectoux Marc · il y a
Ah oui Roxane, tu frappes fort avec ce texte. Bravo. C'est super bien écrit et décrit. Dommage d'arriver trop tard pour voter.
·
Image de Roxane73
Roxane73 · il y a
Merci ! En tout cas je me suis bien amusée. Contente que cela t ai plu,Marc !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

L’impact des gouttes sur le métal, dommage collatéral d’un jet visqueux qu’il évite de justesse, n’entame en rien sa détermination. L’homme en tenue de forçat, aux longs cheveux ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Il pensait, c’t’andouille, que le sexe des filles était à l’horizontal, et que nos couilles, Tombaient là-dessus comme un couché de soleil. Je lui ai dit suis-moi. La petite ...