2
min

La dame au chapeau rouge

Image de Yves Le Gouelan

Yves Le Gouelan

267 lectures

19

Qualifié

« J'attends une amie, mais je vais déjà commander un café. »

Ridicule ce besoin de me justifier. Je n’attends personne. Qui s'en inquiète, à part moi ?

Le serveur retourne au comptoir, échange deux mots avec le barman, au sujet d'un Philippe parti dans le Sud. Il revient, pose la tasse de café et la soucoupe avec la note sur la table.

Je plie mon journal. J’attrape le paquet de sucre pour en déchirer une extrémité. La poudre blanche se dissout instantanément dans le liquide brûlant. Je mélange avec la cuillère, longuement. le bruit du métal contre le bord de la porcelaine est rassurant, c'est un bruit familier.

À deux pas, mon attention se pose sur une femme ou plutôt sur son chapeau rouge aux larges bords. Le feutre écarlate dissimule les traits de son visage. Je devine la courbe d'une joue, la ligne du nez, du menton, la pulpe des lèvres juste dévoilées. Le serveur montre une certaine raideur, une inclination du buste et des épaules qu'il n'avait pas tout à l'heure. En équilibre sur l'extrémité des doigts, un plateau, une tasse en verre, une théière.

Élégante, pas d'autre mot, cet instant, comme un présent. Un chemisier clair aux manches bouffantes, un lourd bracelet doré au poignet. Les mains, petites, la peau blanche, aux ongles vernis, rouge carmin, obsédants. Un geste, une grâce pour tourner le bras et consulter sa montre. A-t-elle rendez-vous ? Ou bien est-elle ici juste pour passer le temps, comme on chasse l'ennui, avant de sortir en soirée ? Je lui imagine une vie mondaine riche.

Des notes légères parfumées viennent jusqu’à moi. Personne d'autre que nous deux à cette terrasse. Elle ne me voit pas, j'échappe à son attention, mais pas à son contrôle.

Ses mains s'agitent, fouillent son sac, attrapent un téléphone. La lumière bleutée de l’écran s’affiche. Ses doigts s’activent sur le clavier. Un message, plusieurs messages ? Une réponse, pas de réponse ? Un coup d’œil à la montre, un coup d’œil à l’écran. Cela ressemble à un rendez-vous manqué.

Une bonne âme me dirait « Va lui parler, tente ta chance ». À cette terrasse je me suis installé pour regarder les gens, glaner des bribes de conversation, des petits bouts de vie, pour combler la mienne. Alors lui dire quoi, je suis ici pour tuer le temps, et c’est le temps qui me tue. Je regarde le monde, et le monde m’ignore, et c'est bien ainsi. Je vais la déprimer.

Dans mes rêveries, à ce moment où l'esprit se persuade de voir le monde autrement, c'est elle que je désire attendre. Cette femme a posé une marque sur mon cœur comme un baiser léger, ça va faire mal, forcément, mais plus tard.

Un autobus dans la rue fait trembler le sol. Des éclats de circulations s’entremêlent. Des coups de klaxon, un scooter pétaradant, des cris. Au milieu de tout ce brouhaha une femme avec une poussette d’enfant parle à une autre femme qui avance devant elle sur le trottoir.

Sous son chapeau rouge la dame donne des signes d’impatience, son téléphone, consulté puis posé, reposé près de la tasse à café, certainement vide, comme nos vies. Elle scrute l'écran, cherchant une réponse qui ne vient pas. Ses doigts agiles, aiguisés comme des serres, pianotent un message. Les ongles rouges vifs, des doigts à faire frémir quand ils étreignent la chair.

Je ne sais rien de ses yeux. Le serveur a eu le privilège de la dévisager. Que sait-il d'elle de plus que moi ?

Les minutes poursuivent leur course, sans doute ailleurs. Les voitures ont allumé leurs phares. Déjà le déclin du jour, par où donc le temps s'est-il enfui ?

Le rendez-vous a rendu les armes. Nous restons là, suspendus à cette certitude. Piégés dans nos mondes, brièvement réunis. La femme au chapeau rouge, le cœur meurtri et les yeux brillants, peut-être. Trahie, mais superbe, toujours élégante. La lumière bleue du téléphone posée sur sa joue.

Le serveur garde ses distances. Les rendez-vous n’ont plus de mystères pour lui. Il se tient droit, sur le bras une serviette blanche, luminescente dans les ultimes lueurs du jour.

Envahi par les rumeurs de la nuit, je ne bouge plus, en état de veille, dans un rêve. La fraîcheur nocturne descend sur nos épaules. J’ai froid, mon corps tressaille et mon cœur frissonne. La nuit va nous engloutir. Les dernières lueurs durent une éternité. Nous allons pourtant disparaître.

PRIX

Image de Hiver 2015
19

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un texte parfaitement écrit qui décrit avec précision et finesse le sentiment de solitude.
Je vous invite à retourner dans mon rêve qui est en finale, pour le soutenir de nouveau s'il vous plaît toujours.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/reve-dailleurs-pantoum

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle œuvre magistrale, profonde, qui nous oblige à réfléchir à notre condition humaine ! Bravo, Ancre ! Mon vote ! Une invitation à venir découvrir ma merveilleuse et intrépide “Mémé à moto” qui, malgré tous les obstacles mis sur son chemin, fonce pour le Prix Faites Sourire 2017 ! Merci d’avance et bonne soirée !
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
J'aime ces "possibles qui n'arrivent pas", cela traduit bien mon intention.
·
Image de Pierrot
Pierrot · il y a
Encore une belle découverte! Vous ne cessez de m'étonner! Très beau texte...sur le temps qui passe...sans nous... Le héro semble spectateur d'une vie qui s'effiloche...qui se joue sans lui...hors de lui...malgré lui...
Ce chapeau rouge semble être comme une bouée ou un phare dans un naufrage...Tout se cristallise, s'éclaire et/ou s'assombrit à sa lumière...aux possibles qui n'arrive pas...
;-)) bravo.

·
Image de Claude Moorea
Claude Moorea · il y a
Un beau texte tout en finesse sur la solitude, les rencontres avortées et notre condition humaine.
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Voilà des mots qui réchauffent le coeur d'une dame au chapeau rouge encore surprise de ces visites impromptues.
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Joli texte avec, en fait, "deux" rendez-vous manqués !
+1

·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Merci de réveiller une dame au chapeau rouge. Inattendu.
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Je passe de temps en temps (quand j'ai du temps ;-) sur les pages de mes (é)lecteurs pour lire l'un ou l'autre de leurs textes que je n'ai pas encore lus...
Bonne soirée, Ancre !

·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Vous serez toujours la bienvenue.
·
Image de Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Le dernier paragraphe est terrible et sublime. Mais ce qu'il y a devant est aussi d'un très bon calibre. Une nouvelle poignante emplie de délicatesse. Je vote Ancre.
Et si ça vous dit, j'ai un Chionosphérophile en finale Nouvelles ...

·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Merci de ce commentaire où je retrouve mes intentions, mais sans la tristesse.
·
Image de Claire Doré
Claire Doré · il y a
Votre texte est d'une grande élégance de ton. Sans dialogues échangés, l'ambiance est feutrée et quelque peu triste. Rien ne se passe mais tout est implicite. Superbement écrit.
Mon vote sans hésiter.
J'ai aussi un vote en compétition "Etre né au bon moment", je serais heureuse que vous veniez le lire.

·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Une chute sans...chute ! Rencontre de deux solitudes et compassion. D'un émouvant réalisme. +1
...Au cas où, j'ai qq. textes plus gais en compet. ....

·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Merci Miraje pour cette appréciation
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

« L’impact des gouttes sur le métal... ». Le message tourne en boucle. Le métal a fondu par endroit. La cabine est déchiquetée Malgré tout, l’ordinateur de bord poursuit sa ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

D’un geste ample et assuré, Louise retire la couverture. Dessous, la vieille Chevrolet de son grand-père. C’est une Bel Air de 1956. Elle passe la main sur le capot. La peinture s’écaille...