1 lecture

0

Aujourd’hui, j’ai envie de parler de curiosité (= qualité de quelqu’un qui a le désir de connaître, de savoir, dixit Le Larousse).

La définition étant posée, suis-je la seule à me demander : où se cache notre curiosité ?

De part la multitude des médias, nous sommes noyés dans un océan d’informations et je ne sais pas si c’est la paresse ou (/et?) le manque de curiosité qui empêche les gens de faire le tri, mais il y a bien quelque chose qui ne tourne pas rond. Et pourtant, ce tri vaut le coup.

Evidemment, il est plus facile de recevoir une information que d’aller la chercher (comme pour n’importe quoi finalement), mais le problème quand on reçoit, c’est qu’on ne sait jamais vraiment d’où ça vient. Alors oui, s’asseoir dans son canapé et regarder TF1/FranceTélévisions/M6, ça ne demande pas beaucoup d’effort et certains me diront qu’après une journée de travail, c’est relaxant. Mais ça ne vous rend pas dingue vous d’entendre Michel dire qu’on est le 6 décembre et qu’il fait très froid ? Ou Paul qui s’énerve parce qu’en Novembre les décorations de Noël sont déjà sorties ? Pendant que des pays interdisent encore l’avortement, que des femmes ou des homosexuels se font lapider sans raison, que des hommes s’entre-tuent pour un morceau de pain ? Bon, là, j’ai exagéré le contraste, mais c’était juste pour bien dessiner le tableau. Bref, tout ça pour dire que : la curiosité nous sauvera, alors que l’ignorance nous détruit.

Nous avons accès à tellement d’informations que la vérité n’en ressort plus. Elle fait partie d’un point de vue comme un autre mais elle ne vient plus à nous « naturellement », et si nous fermons tous les yeux là dessus, nous continuerons à vivre en ignorant tout le mal que nous sommes en train de causer, entre nous et à la Terre. Alors ce texte aujourd’hui pour vous dire de vous informer, de lire, d’être curieux, de vous intéresser au monde, à votre voisin, à n’importe qui, d’élargir votre point de vue, mais de ne pas vous enfermer dans une bulle de fausse information.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Les douleurs s’intensifiaient, et avec elles, la peur. Les contractions avaient débuté depuis déjà quelques heures, mais elles étaient devenues atroces. Le bébé mettait un temps...