212 lectures

134 voix

En compétition

Maman avait dans sa salle de bain, une très jolie coupelle d’opaline, montée sur un socle de bronze aux anses torsadées. Le soir en se déshabillant, elle y jetait ses boucles d’oreille, ses bagues et colliers, et pour moi cette coupelle était un trésor. Citrine, pierre de lune, améthyste, grenat, toutes ces pierres brillaient de mille feux et suscitaient à la petite fille de cinq ans que j’étais, une attraction irrépressible. Le soir, j’attendais que maman s’enferme dans la salle de bain et dès les premiers éternuements de l’eau dans la vieille baignoire je me précipitais sur la coupelle. Après bien des efforts pour attacher bracelets chainettes et boucles, je devenais princesse, tsarine ou maharani, à la joie de ma mère qui, enveloppée de sa serviette de bain, me prenait dans ses bras, me faisait tourner, et m’entrainait sur le lit où elle me couvrait de baisers et de mots d’amour. Résonnent encore à mon oreille sa voix chaude et rauque, et son parfum d’ambre qui imprègnent tous mes souvenirs.

Nous vivions à l’époque dans un grand appartement aux parquets lustrés, et lorsque je m’échappais des bras de ma mère, parée comme un arbre de noël, je courais dans toutes les pièces pour lui échapper. C’était une de ces périodes heureuses, où lui étaient souvent livrées des fleurs qui embaumaient dans toute la maison et où son rire et sa joie donnaient à ma vie toutes les couleurs de mes cahiers de coloriage.

Je n’ai pas la chronologie des évènements, j’étais encore petite, mais dans mon esprit d’enfant, peu de temps après, ma maman ne ressembla plus à ma maman.
Elle ne riait plus, ne me faisait plus tourner, me rabrouait souvent et surtout ne me laissait plus toucher à ses bijoux qu’elle ne portait plus et qu’elle avait rangés dans son armoire. La coupelle, toujours aussi précieuse, restait vide sur la coiffeuse dont le miroir était orphelin de mon image de princesse. Qu’était-il arrivé à maman ? Pourquoi ne livrait-on plus de fleurs, pourquoi n’ouvrait-elle plus les rideaux de sa chambre ? Pourquoi dormait-elle tout le temps ?


Un soir en entrant à pas de loup dans sa chambre, je profitai du fait qu’elle dorme pour m’emparer de la petite coupelle, j’avais pour projet de la remplir de tous les bijoux de mes poupées, ça lui ferait une belle surprise. Dans la coupelle vide se trouvait cinq petits comprimés, ovale. Je les connaissais ces petits cachous blancs que maman prenait. C’était sans doute un de ses jeux à elle. Quand elle pensait que je ne la regardais pas, elle en mettait un sur sa langue, penchait la tête en arrière, et d’un seul coup l’avalait sans eau. A ce jeu elle était drôlement forte, elle y arrivait à tous les coups. Après elle me disait « Reste tranquille, va jouer dans ta chambre » et s’en allait dormir. Mais il n’y avait pas qu’elle qui pouvait avaler le cachou sans eau, moi aussi j’étais sûre d’y arriver. Alors ce soir-là, j’ai mis un premier comprimé sur ma langue, j’ai penché la tête en arrière et j’ai réussi à l’avaler. Puis un deuxième, et tous les autres. Sans eau.

Il n’y a pas que les mamans qui font des exploits.

PRIX

Image de Été 2019

En compétition

134 VOIX

CLASSEMENT Très très courts

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de De margotin
De margotin · il y a
Touchant texte
Mes voix
Je vous invite sur ma page

·
Image de Samia.mbodong
Samia.mbodong · il y a
Voilà une petite nouvelle qui fait froid dans le dos tellement ce jeu peu facilement se produire..
Très bien écrit, on devine bien l’esprit de la petite fille.
Bravo et merci je soutiens.

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mes voix pour cette œuvre bien menée, triste et déconcertante ! Bonne chance ! Une invitation à venir vous imbiber de lumière “Sous la Pleine Lune” qui est en lice pour le Prix Ô 2019. Merci d’avance et bon dimanche!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/sous-la-pleine-lune

·
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
Elles nous font de ces frayeurs, à cet âge !!!
·
Image de Anna Azouze
Anna Azouze · il y a
Très touchant et bien écrit
Vision à hauteur d'enfant....
Jeux et réalité...

·
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
C'est une plongée dans l'enfance, et nous y sommes en tant qu'observateurs, car c'est bien décrit, écrit, cette scénette est vraiment touchante même si la fin vire au drame. Bravo à vous, mes 4 voix.
Si l'envie vous prend de partir vers un ailleurs lointain, Vous pouvez vous rendre sur la Voie N°1, un train est à quai, il est pour vous. Pensez à prendre chapeau à large bord et une cargaison d'eau...

·
Image de Constance Delange
Constance Delange · il y a
Mais non puisqu'elle raconte! merci de votre vote
·
Image de Praz
Praz · il y a
Délicieusement horrible. Mais il y a un petit problème : comment la petite fille peut elle raconter puisqu’elle est morte ?
·
Image de Alexis Thobellem
Alexis Thobellem · il y a
Glaçant et terriblement bien écrit! Bravo
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Le chaud et le froid, distillés d'une fort belle manière.
·
Image de Constance Delange
Constance Delange · il y a
merci bien
·
Image de Constance Delange
Constance Delange · il y a
merci bien
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

« Crachez, crachez, mon cher. Un vrai amateur n’avale pas lorsqu’il déguste. On hume d’abord. Profondément, à pleines narines. Le bouquet doit pénétrer la moindre circonvolution de ...