2
min

La couleur et l'odeur de l'enfance

Image de Sylvie Loy

Sylvie Loy

617 lectures

722

FINALISTE
Sélection Public

Même si on ne parlait plus de ségrégation raciale, la différence entre les Noirs et les Blancs n'était pas toujours évidente. Ancrée dans les mentalités, elle était encore un peu tabou. Il fallait être vigilant aux signes subtils qui pouvaient nous faire basculer dans le racisme. Que l'on soit Noir ou Blanc.
C'était l'époque où certains Noirs voulaient paraître moins noirs. Plus métis. Ils s'appliquaient des lotions qui grisaient leur peau et lissaient inlassablement leurs cheveux de laine sombre. Ils connaissaient la jalousie, cette envie de posséder ce que le Blanc détient. Mais comme un sentiment normal, un stigmate de leur culture.
Nous nous sentions assez bien dans notre peau et, sans vanité aucune, nous admirions notre Histoire ethnique. Cependant, comme une vieille cicatrice que l'on gratte par habitude, quelques fois, nous nous considérions comme inférieurs.
Plus gentils, plus vifs, plus dignes que les Blancs, mais inférieurs. Que nous manquait-il ? Et, qu'est-ce que ça voulait dire ? Quel était le secret véritable de l'égalité ?
Chaque fin d'année, notre paroisse organisait une collecte de fonds en faveur des démunis. Les mères cuisinaient des biscuits que nous, enfants, vendions à l'ensemble de la communauté. Cette fois-ci, notre pasteur a ajouté, à notre itinéraire, le quartier du Rivage ; quartier qui était alors interdit aux Noirs et qui hantait depuis nos rêves d'enfant.
Au départ, même encombrés de nos paniers de cookies, nous marchions vite vers le Rivage. Nous avions hâte de voir enfin ce que recelait cet endroit. Ensuite, plus lentement, comme gagnés par la sagesse : à quoi bon se presser, puisque nous y allions inéluctablement ?
Nous avons donc parcouru, à notre rythme, nos rues grises bordés d'arbres chétifs, penchés comme des vieux messieurs courbés. Puis, au fur et à mesure que nous nous rapprochions du Rivage, le paysage a changé. Les arbres étaient taillés en cône ou en boule. Les maisons semblaient neuves avec leur véranda solide et leur jardin délimité qui descendait parfois en pente douce jusqu'au bord du lac. Le ciel y paraissait même plus bleu à nos yeux.
Mais aucun signe de vie ici.
Déçus, nous avons marché jusqu'au parc du Rivage. C'était un jardin public où le désordre des fleurs, des fontaines, des arbustes et des allées cachait en fait une symétrie harmonieuse. Avant, seule la crainte de nous savoir ici, nous empêchait d'y venir. Orgueilleusement, ce jour-là, nous sommes entrés.
Il était plein d'enfants. Blancs et propres et bien élevés qui jouaient sous le regard attentif de leur maman. Dès qu'ils nous ont vus, ils ont suspendu toute activité. Nous étions Noirs, nous étions si identifiables !
Alors que nous hésitions à rebrousser chemin, un petit groupe s'est détaché et s'est approché de nous. Ils nous ont pris par la main et nous ont emmenés sur le terrain de jeux où, nous ont-ils expliqué, les balançoires, les toboggans et les trapèzes détestaient rester vides !
La différence entre les Noirs et les Blancs n'est pas toujours évidente. Surtout lorsque des enfants jouent à descendre la pente d'un lac en courant et en trébuchant exprès vers son eau accueillante.
La couleur et l'odeur des corps sont naturellement la même de l'autre côté aussi.

PRIX

Image de 5ème édition

Thèmes

Image de Très très courts
722

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sandra Dulier
Sandra Dulier · il y a
Thème évoqué avec beaucoup de justesse. J'ai apprécié.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci infiniment Sandra !
·
Image de André Page
André Page · il y a
Bravo Sylvie, me votes à nouveau. :)
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci beaucoup André !
·
Image de Romain Bellail
Romain Bellail · il y a
Les adultes qui n'ont pas de jugement de valeur par rapport aux différences sont restés intacts comme des enfants.
Les enfants qui ont un jugement sont éduqués par leurs parents...
Très beau texte.

·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
C'est très juste comme constat.
Merci Rombel !

·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Un texte magnifique , lucide . Les enfants , embassadeurs d'humanite , de générosité . Oui je veux y croire . Magnifique . Mes 5 voix.
Peut être que mon TTC , Être À côté de ses pompes ! pourrait vous plaire , Sylvie . ? Si vous avez le temps , merci à vous .

·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci encore Nadine !
Je vais passer te soutenir...

·
Image de Eponine52
Eponine52 · il y a
+ 5 pour ce superbe récit au goût sucré de l’innocence de l'enfance ! Une bien belle incursion dans ton univers ! Au fait ne t'inquiète pas si je n'ai pas encore écrit une critique de ton livre, j'en avais 5 à lire et étant tombée brusquement malade, j'ai du mal à me concentrer longtemps mais je vais te faire dès que je le peux une belle critique ! En tous cas CHAPEAU A RAS DE TERRE pour ton récit qui est une belle leçon de vie ! bisous et douce soirée loin de ce monde formaté et mercii !
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Salut Eponine !
Je ne m'inquiète pas car tu as tout le temps ! Pas d'urgence et surtout pas d'obligation !
Tu es adorable et prends bien soin de toi, c'est le plus important.
Je t'embrasse fort.
Merci d'être passée !

·
Image de Damien Paisant
Damien Paisant · il y a
Très touchant, merci !
Toutes mes voix :)

·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci à toi oui !
A très vite !

·
Image de Jarrié
Jarrié · il y a
Si tous les gars du monde….(un vieil utopiste) merci Sylvie.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
L'utopie devrait être l'apanage des jeunes !
Merci à vous Jarrié !

·
Image de Jarrié
Jarrié · il y a
Quel beau plaidoyer. Notre ravissement est de voir les tout ''petits'' écoliers en promenade,main dans la main. La différence c'est pour les grands.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Ce sont les adultes qui compliquent tout dans l'univers de l'enfance.
Merci encore !

·
Image de Madeleine Duval
Madeleine Duval · il y a
tout mon soutien
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci Madeleine !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
4 voix de plus.... Bonne chance !
Je ne parviens plus à tout lire !

·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Pareil !
Merci pour votre visite ici Attilio !

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

L'école jouxtait la vallée. Lorsque la cloche sonnait l'heure de la liberté, nous nous rassemblions et entamions notre marche tous ensemble, à la queue leu leu comme si nous étions encordés les ...