La colline

il y a
2 min
71
lectures
82

Bonjour ! Naïs est le pseudo que j'ai adopté pour signer l'ensemble de ma vie "artistique" : théâtre, puis chanson pendant une vingtaine d'années, dessin peinture, et à présent l'écriture  [+]

Image de 5ème édition

Thème

Image de Très très courts
Il aurait pu inspirer un peintre... Je revois ses cheveux taillés en brosse, d’un blanc immaculé, encadrant un visage raviné et fané par les années. Son regard, qui parait-il, avait été si bleu autrefois, était terni, comme éteint. Le plus souvent immobile, assis, perdu dans ses pensées, il était vieux, très vieux, presque minéral...
Il se tenait pourtant droit, et sa stature rappelait le bel homme du passé, dont témoignaient encore quelques photos jaunies, oubliées au fond d’un tiroir.
J’aimais beaucoup mon grand-père. Benjamine de la famille, j’étais la bien aimée, la « gâtée ».
Quand je passais devant lui, ses yeux s’éclairaient d’une étincelle et semblaient revenir à la vie.
La voix brisée s’adoucissait comme une caresse, il me hissait avec effort sur ses genoux malades, m’entourait de ses bras, et nous restions ainsi, enlacés et heureux, pendant de longs moments....
La guerre l’avait abimé.
La Grande Guerre.... Celle qui enterra vivants, au fond des tranchées, une multitude de printemps, triste semence à jamais stérile.
Cette guerre, il la portait en lui, mais n’en parlait jamais.
Sauf une fois : lorsque ma sœur ainée avait évoqué, à table, son cours d’histoire en s’étonnant des millions de vie qu’elle avait coûté.
-« Tu sais, ma chérie, quand nous sommes montés à l’assaut de Douaumont, nos bras se frôlaient. Et en redescendant, nous étions à cinquante mètres les uns des autres... »
Ce fut son unique témoignage sur « la grande boucherie ».
Octobre 1916 : La boue, la pluie, l’obscurité et la peur... Cette peur qui palpite dans tous les cœurs, glace le sang, et anéantit l’espoir.
On n’en parle pas, le sort réservé aux défaitistes ou aux lâches est sans appel.
Le fort de Douaumont, tenu par l’Ennemi, domine de son ombre menaçante une forêt oubliée de mère nature. Des arbres calcinés dressent leurs silhouettes macabres au milieu des barrières de barbelés... Tout n’est que chaos et désolation.
Le capitaine l’a ordonné : « Demain 24 octobre, prise du fort. Vous n’arrêterez l’assaut que parvenus de l’autre côté de la colline ».
La nuit sera courte au fond de la tranchée.
« -Écrire aux miens pour leur dire combien je pense à eux, que je vais bien, qu’ils ne s’en fassent pas...,griller une cigarette, en prenant bien garde de ne pas devenir une cible éclairée pour « ceux d’en face », vérifier l’équipement, une fois de plus, balles, grenades, fusil .., s’accorder une rasade de gnôle pour parvenir à faire semblant de plaisanter avec les copains..., essayer, sans succès, de dormir pour être en forme et pouvoir faire face à ce qui nous attend .
Une aube crasseuse se lève au son du clairon. La soupe a un goût fétide, mais elle réchauffe.
Les échelles sont déjà dressées le long de la tranchée.
Raymond, aimerait bien, je le sais, emboucher sa trompette dans son village, pour accompagner une nouvelle fois, la fanfare du quatorze juillet. Mais c’est l’assaut qu’il sonne...et la mort probable des amis.
On se précipite, on court, on se jette au sol, on se protège, on repart dans un paroxysme d’explosions, de hurlements et de corps qui se démembrent.
Parvenir coûte que coûte de « l’autre côté », c’est une obsession.
Après plusieurs heures de combats acharnés, on y est.
C’est une victoire, parait-il, mais nous ne seront pas nombreux à la fêter ce soir...
J’ai l’impression de redescendre de l’assaut tout seul, ahuri et titubant.
L’autre côté de la colline, on ne l’a même pas vu...Trop de brouillard, de fumée. Est- ce que çà aura, au moins, servi à quelque chose ?...»
Quand j’ai atteint l’âge de quatorze ans, mon grand-père est passé « de l’autre côté », emportant avec lui, le souvenir de la Grande Guerre, à jamais enfoui dans son silence.
82
82

Un petit mot pour l'auteur ? 33 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Nais
Nais · il y a
De tout cœur avec vous , Francine. Merci !
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Comme le vôtre mon grand-père préférait " taire l'horreur" selon ses propres mots, votre récit est poignant et me la rappelé. J'ai aussi beaucoup aimé le portrait très touchant qui débute votre texte. Mes voix et à bientôt Naïs !
Image de Nais
Nais · il y a
Merci beaucoup Héléna, pour ce beau compliment.
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
une histoire très touchante où la gravité du sujet n'enlève en rien la beauté de l'écriture. mes 5 votes avec plaisir
Image de Nais
Nais · il y a
Merci beaucoup Lise... Et oui, en ces temps là, l''accompagnement psychologique n'était pas d'actualité...
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Quel beau récit... on voit se grand-père pudique comme l'étaient nos anciens. Moi c'est mon père qui était silencieux sur son passé...A plaisir de partager nos écrits.
Image de Nais
Nais · il y a
Merci Mjo: une communauté de descendants,qui se souviennent ,avec émotion, de cet "indicible"
Image de Mjo
Mjo · il y a
En ce 11 novembre 2017, 99ième anniversaire de la grande guerre un bel et vibrant hommage que ce texte. Merci..Mon grand-père était brancardier à Verdun ... l'horreur indicible. Mon vote.
Si vous voulez me lire , mon TTC:http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/point-de-cote

Image de Nais
Nais · il y a
Merci beaucoup Abi.
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Poignant! Bravo.