La cité des Elfes

il y a
2 min
172
lectures
93
Qualifié

Pour me connaître, il suffit de me lire. Les mots parlent d'eux-même  [+]

Image de 2017
Sur l'ancienne île d'Éphasse au nord des monts Vulcain et Cérès.
Ce jour-là, on avait mené près de la colonne de la justice, le sorcier Univers.
Le jugement était déjà commencé quand les derniers retardataires se sont faufilés aux premiers rangs.
L'air innocent, sifflotant sans égard pour les premiers installés, leur soufflant leur place l'air de rien...

Un homme sans âge était placé face à ses accusateurs, les mains liés dans le dos.
Classifié sorcier de deuxième catégorie.
Le diseur de griefs, lui lançait des accusations au bruit du gong.
Stupeur des personnes venues au procès.
Le sorcier souriait, puis riait.
Décontenancé le diseur de griefs s'arrêta de parler, et fit signe
au guerrier Cériun de lui taper dans les côtes. Un bruit sec en sortit.
Le diseur de griefs haussa les épaules, s'accommodant de cette réponse.

C'est alors que le sorcier se prit d'un fou rire, rien ne put l'arrêter.
On le bâillonna et, la sentence fut décriée six fois dans toutes les langues.
Avant qu'on ne le jette sur un tas de bûches, la face contre le bois.
Pour lui apprendre à se taire, face au langage de bois dudit diseur de griefs.

Le bruit du tambour résonnait dans toutes les oreilles, assourdissant.
Surtout, qu'il annonçait l'exécution du sorcier. On eut le droit à six tons de tambours, que tous en comprennent la signification.
Le bâillon fut retiré de la bouche du rieur. Des hommes lui versèrent une poignée d'herbe séchées sur le corps.

Après, une courte prière dans les six langues, ils vidèrent sur l'homme deux jarres
de fourmis rouges.
Tout le monde se regroupa derrière les lignes que les fourmis ne pourraient franchir à cause du puissant répulsif qui s'en dégageait.
Des torches furent préparées.
Elles serviraient à éliminer les fourmis, une fois leur besogne terminée.

Le sorcier appela à lui, la formule "retour à l'envoyeur".
Les fourmis se détournèrent de lui et, se ruèrent vers les spectateurs.
Le répulsif ne servait à rien, contre les pouvoirs du sorcier Univers.

On ne put évidemment pas arrêter ces monstrueuses carnivores.
Quelques misérables voyeurs de procès s'étaient faufilés vers les portes de la ville.
Déguerpissant à toute vitesse, soulevant leurs robes à deux mains.
Le sorcier en profite pour se détacher en un tour de main. Faisant dévier au passage, son flux pour faire disparaître les fourmis.
Il prit soin d'habiller les habitants en les transformant en Elfes.
Une année plus tard...
Un soir d'hiver, le sorcier Univers égrenait les grelots d'un blues sans mesure, tout en faisant les cent pas.
Force était de constater, qu'il a usé jusqu'à la corde ses sandales.
Il retira ce qui en restait, et continua pieds nus. Une petite fumée se mit alors à sortir de la plante de ses pieds. Agacé, il s'en est allé laissant derrière lui les Elfes et, la cité.
Avant de partir, il jeta un sort pour le principe. Il fit disparaître l'île d'Éphasse du sol terrestre.

Elle a finit cachée par une brume asthmatique entourée de sifflements.
Au-dessus d'une forêt, enfermée dans un nuage turgide.
Quand le ciel est bleu, certains l'aperçoivent l'espace d'un instant.
D'autres disent qu'une licorne blanche veille sur l'entrée de l'île.
Les pessimistes pensent qu'elle n'a jamais existé.
Pourtant un guerrier du nom de Cériun a bel et bien existé.
Il a vécu sur l'île d'Éphasse/cité des Elfes. Un sculpteur amoureux de sa prestance, lui a sculpté un nu en marbre.

93

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,