3
min

La citadine aux pieds nus

Image de Christel Roche

Christel Roche

942 lectures

100 voix

En compétition

Un soir, au sortir du bureau, alors que je rentrais chez moi un peu plus tard que d’habitude, je remarquai une silhouette à l’allure inhabituelle : une jeune femme très svelte, quelques mètres plus loin sur le trottoir. J’étais fatigué par une journée dense. Je n’aspirais plus qu’à rejoindre la torpeur confortable de mon appartement parisien, déguster un verre de vin sur la terrasse, en écoutant du piano.
Mais cette femme, cette femme-là, dégageait une grâce si particulière…

Sa démarche aérienne semblait presque irréelle, comme suspendue. Je constatais avec étonnement que ses pieds étaient nus. Mais ses mouvements se révélaient si gracieux qu’on ne prêtait presque aucune attention à ce détail. Depuis ma position, je ne pouvais déceler qu’une cambrure gracile, une stature déliée et féminine, laissant deviner un profil racé. De voluptueux cheveux châtains se déployaient en cascade jusqu’à la naissance de ses reins. Une longue jupe en soie bleue virevoltait langoureusement autour de ses hanches, épousant la sensualité de ses courbes et caressant des chevilles d’une extrême finesse.
Elle portait un léger corsage blanc, presque transparent. Une cordelette, négligemment resserrée d’un simple nœud, emprisonnait sa taille minuscule. Quelque chose d’animal, de presque sauvage, émanait de sa beauté raffinée.
Captivé par cette silhouette évanescente, je réalisai soudain que j’avais déjà nettement dépassé l’angle de ma rue en suivant l’inconnue. Essoufflé et haletant, je compris alors que sa démarche était anormalement rapide, comme si elle flottait, insensible à la densité du bitume. Pourtant le temps semblait au contraire curieusement distendu, comme disloqué. Et chaque mouvement de la femme aux pieds nus m’apparaissait lent et infiniment précieux.

Que m’arrivait-il donc ? Je continuais à la suivre d’un pas rapide tout en réduisant discrètement la distance qui nous séparait, lorsque je réalisai tout à coup qu’elle ne portait sur elle aucun sac. Ses vêtements ne semblaient comporter aucune poche. Il émanait de cette personne une sensation décidément étrange. Une petite chaîne dorée encerclait sa cheville, léger trait scintillant sur une peau délicatement hâlée. Elle me précédait désormais de peu et il me semblait presque sentir le parfum sucré de sa peau ; mais peut-être ne s’agissait-il que de l’effet de mon trouble masculin ?

Soudain, lorsque nous atteignîmes un passage piéton, je compris qu’elle ne s’arrêterait pas, alors que les voitures descendaient l’avenue à toute vitesse dans le vacarme de la circulation. Je criais de toutes mes forces pour l’alerter et m’élançais sans réfléchir pour la retenir… lorsque… lorsqu’incroyablement, je la vis traverser la rue comme si les voitures n’existaient pas. Comme si la silhouette évanescente de cette femme danseuse n’offrait aucune prise réelle à leur lourd métal vrombissant.

Abasourdi, je jetais un œil aux autres passants juste à côté de moi, mais curieusement aucun d’entre eux ne semblait avoir remarqué cette scène pour le moins anormale. Je me demandais avec une inquiétude croissante ce qui était réellement en train de se produire ce soir.
Reprenant mes esprits, je traversais alors à mon tour l’avenue en courant pour la rejoindre. Et arrivé à son niveau, hors d’haleine, j’attrapais sans réfléchir son bras pour lui demander si tout allait bien, lorsque je crus défaillir : elle m’observait, plongeant deux immenses yeux d’un vert profond dans les miens.

Son regard en amande me scrutait avec un calme infiniment sérieux : sa pupille émeraude se dilatant à la manière d’un félin, ses longs cils noirs soulignant avec force la pureté aristocratique de ses traits. Elle avait immédiatement saisi mon poignet lorsque je l’avais accostée, et elle me fixait depuis, ne me quittant plus des yeux.
Son visage étincelait d’une beauté indéfinissable. On ne savait pas si l’on avait affaire à une femme ou à une fillette, ou bien peut-être à la fusion intrigante des deux à la fois. Ses lèvres d’un écarlate pulpeux dessinaient une petite moue boudeuse : en dessous, presque à leur commissure, je crus deviner le minuscule tatouage d’un délicat coquelicot très rouge. Je voulais lui parler, mais les muscles de mon visage ne répondaient plus ; tandis que des vibrations semblaient se déployer par saccades dans mes veines, à l’endroit même où la jeune femme enserrait mon poignet.

Elle passa alors légèrement le doigt sur le dessin en forme de fleur qui rougeoyait de plus en plus intensément près de sa bouche, puis elle le posa sur mon front, comme si elle voulait y imprégner une marque indélébile. Je ressentis aussitôt une chaleur intense dans le crâne, avant de perdre conscience. Je me rappelle seulement avoir glissé doucement sur le trottoir, comme si l’on me retenait. Puis plus rien.

« Ça va, monsieur ? Êtes-vous blessé ? ». Un homme d’une trentaine d’années se tenait au-dessus de moi, inquiet, son skateboard à la main.
Troublé, confus, comme au sortir d’une longue anesthésie, je me redressai péniblement avec son aide. En portant la main à mon front, je m’aperçus alors qu’il était maculé de sang.
La jeune femme avait disparu, abandonnant la rue à sa morne routine.

PRIX

Image de Hiver 2020

En compétition

100 VOIX

CLASSEMENT Très très court

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
la femme fatale ? Histoire bien mystérieuse et prenante !
·
Image de Chantane
Chantane · il y a
histoire particulière si captivante
·
Image de Hervé Poudat
Hervé Poudat · il y a
Filature d'une hallucination qui explose en coquelicot rouge sang. Une lecture évanescente.*****
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-maitre-des-histoires

·
Image de Eliza
Eliza · il y a
C'est magique, féérique, comme cet étrange fantôme féminin si séduisant. Très jolie plume !
·
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Un monde merveilleux naît de votre plume. Vous m'avez emporté, vous avez mes voix et mon abonnement ! Je vous invite à découvrir : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-legende-des-etoiles
·
Image de RAC
RAC · il y a
Bizarre, bizarre...
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Une étrange apparition .
·
Image de De margotin
De margotin · il y a
Je vote

Bonjour et Bonne année 2020

Pensez à cliquer sur ce lien pour voter mon histoire. Merci beaucoup

https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/nilie-3

Merci beaucoup

·
Image de Antal Gique
Antal Gique · il y a
Assurément un très bon texte , nouveau je ne pouvais donner qu'une voix..
·
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
et ça ne s'oublie plus jamais...
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Un jeune acacia trône au centre de son jardin. André l'adore. Le contempler peut constituer pour lui une activité à part entière. Il lui parle, le touche, s'en occupe. Il le considère comme un...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Personne ne survit à une nuit avec moi. Personne. Homme ou femme, l'issue est toujours la même. Ça fait bientôt trois ans que j'exerce. Mais aujourd'hui, pour la première fois, j'ai choisi la...