4
min

La chute de l'Aigle (chut, ça commence)

Image de QRS

QRS

130 lectures

93

Une brigade de hobgoblins français chargeait en direction de l'ennemi. Ou à peu près en direction de l'ennemi. Enfin au moins au début. La première ligne penchait à gauche, la seconde à droite, la troisième et les suivantes inventaient des directions jusqu'ici inconnues. Rapidement, la stricte formation militaire se dispersa, n’évoquant plus qu'une fourmillère carburant au génépi.

- Redressez ! Au drapeau ! Fichtre bons à rien d'hominidés !

Ça, c'est l'amère Achaldée Laujee, ancienne capitaine de la campagne d'Italie et nouvellement autoproclamée impératrice (si si, rien que ça). Née d’un père charon et d’une aiglesse ignare, c’est une harpie reconnue pour ses faits d'armes d'une grande bravoure. En revanche, dès qu'une bataille est mal engagée, elle perd tout son sang froid et se met à crier. Aujourd'hui elle crie beaucoup. Beaucoup plus que d'habitude.

- Couvrez l'artillerie ! Une division de dragons sur le flanc droit ! Et vite !! Plus vite, incapables !!!

Si l'artillerie s'enlise dans la boue et offre une cible facile, c'est grâce à l'inventivité des grenadiers belges, encaissant l'offensive. Ceux-ci, ayant mal dormi, ont confondu dans la panique du réveil les barils de poudre avec ceux de bière. Apprenant cela, le gros des troupes tenta un soulèvement, arguant que la poudre faisait mal aux dents, gonflait l'estomac, en un mot était très mauvaise à boire les soirs de victoire. Mais quelle surprise de voir l'efficacité des grenades triple fermentation sur un sol sec, en particulier sous les sabots des montures et les roues des canons.

Le front français s'évertuait à enfoncer les résistances anglaises sur son côté gauche, c'est à dire le droit pour les dits anglais, côté que les belges nommaient "au fond à droite" et l’Aprusse "droit devant". Mais les aprussois n'étant pas encore arrivés, et les belges étant occupés sur le front "juste en bas entre la bordure de la forêt et le pied de la colline", nous utiliserons les termes brittano-fancirques.

Nous disions donc que sur le coté droit, quand on a la mer dans le dos et l’amère en face, le grand breton Ton Well tenait tête aux grenouilles. De caractère plutôt réservé, et pas tout jeune avec ça, il dirigeait ses troupes assis, devant une carte dépliée sur une table à trois pieds. La carte était une idée de l’état major, vacciné contre les impétueux bretteurs confondant champ d’honneur et salle de sport (sic !). La table à trois pieds était en revanche de facture nordique, produite en Suède par deux menuisiers qui firent fortune en achetant des tables à cinqs pieds et en retirant systématiquement deux. Comme quoi la fortune tient à peu de choses.

Toujours est-il que l’oncle Well tâchait d’imaginer un plan astucieux pour repousser l’attaque. Il fourmillait d’idées à tester sur le papier, utilisant le moindre bosquet, la plus simple ravine ou même un léger dénivelé à son avantage. Malheureusement, étant gaucher, il n’arrivait à rien dessiner (nada !) sur le côté droit, encaissait revers sur revers et mourra ainsi sur terre, battu. Comme quoi, les grandes batailles aussi tiennent à peu de choses.

Pourtant les troupes anglaises étaient nombreuses. Nous aurions du décrire, avec leur kilt aux couleurs froides, les lutins écossais en formation étoile autour de leur joueur de pibroch. Nous aurions pu voir flotter à la lisière du jour les esprits sylvestres qui ne reposent jamais. Nous aurions su rendre hommage à l’infanterie surplombant la colline et aux cheveux-légers, leur chauves officiers. Mais honnêtement, tout cela a été décimé dans les premières minutes, ne perdons pas trop de temps.

C’est dans cette confusion et ce vacarme qu’entre en scène Fauchevent. Entendons nous bien, Fauchevent est un druide raté qui ne méritera jamais le moindre diplôme, encore moins la plus petite considération de la part de ses pairs. Sa seule richesse est son sang, étant frère de Rince. Cela dit, contrairement à son aîné, son cachet artistique est tout à fait raisonnable et à défaut de voir un grand héros surgir de la bataille, nous nous contenterons, faute de moyens, de ce personnage médiocre et néanmoins sympathique.

Fauchevent cueillait tranquillement des trèfles A4 feuilles qui poussent dans le pays armoricain où il séjournait pour l’heure. Même un néophyte comme Fauchevent sait que, contrairement à la légende, les trèfles A4 feuilles n’apportent pas chance et fortune. En revanche, étant deux fois plus petits que les trèfles A3 feuilles, leur goût est plus délicat, en faisant une garniture de choix pour un bon sandwich. C’est à peu près au cours de telles pensées que le druide trébucha sur une très fine corde à linge reliant deux imposants champignons et tomba la tête la première. Le choc fut sourd et pour cause, au lieu d’atterrir sur la mousse si caractéristique de sa région, il fut rattrapé par le sol dur d’un sous-bois sec et sévère, à n’en point douter flamand.

- Par ma serpette ! où dans quel bois suis-je me encore fourré ?

À force d’apprendre l’italien (son latin, selon ses dires, ne voulant pas se rentrer), il en perdait quelques fois son français...

- M’en vais-je trouver la lisière de ce bois, où portera la vue au loin.

Par un raisonnement que nous ne tenterons pas d’élucider, il s’engagea vers les profondeurs sombres de la fôret. Pour sa défense, le sentier s’élargissait dans ce sens, le rendant plus praticable. Il marchait ainsi depuis quelques minutes lorsqu’un coup de canon déchira le silence. Le sol trembla une première fois, puis de manière répétée sous les assauts désormais réguliers de l’artillerie.

- D’endroit drôle pour une rêve party, ces minaristes belges pensent trop à s’amuser.

Perspicace, il n’avait pas manqué d’identifier la région qui l’acceuillait. Le bruit diminuait à mesure qu’il marchait mais ressurgit soudain, quoique plus rapide, au milieu de l’après midi.

- À y regarder de près, ce le rythme accélère !

À cet instant précis un régiment de trente mille kobolds le piétina.

- Halt !

La troupe s’arreta net.

- Rretirrez vos zabots de ze paufre monzieur !

Tous les soldats levèrent un pied puis, sans le reposer, levèrent également le second. On pouvait lire dans leur yeux un respect de l’autorité qui dépassait, manifestement, leur respect des lois physiques. C’étaient des allemands.

- Fort c’est aimable de laisser me respirer.

Fauchevent se releva péniblement, aidé par le maréchal. Les soldats reposèrent comme un seul homme leur deux pieds à terre (l’antigravité, ça fatigue).

- Je zuis fait-marréchal Boucher, feuillez excuser zes zoldats monzieur.

- N’y a il pas de mal, ma robe déjà était froiss et grise !

- Fous m'en foyez rravi.

- À vie et au delà, je vous enverrai mes remerciements !

- N'en faites rrien, si fous fouliez plutôt m'indiquer la zource de ce pruit...

On entendait effectivement, au loin, le ronflement de l'artillerie.

- Ah, vous êtes vous de la party ? N'avez vous qu'à me suivre, ces bois n'ont de pas secret pour moi !

On voit ici la vanité des druides qui, à force de se perdre, croient toujours savoir où ils vont. Ils débouchèrent à l'heure du thé sur le champ de bataille que nous avons préalablement décrit. Les quelques anglais encore vivants succombaient le scone à la main tandis que les belges perdaient maintenant du terrain.

- Mais c'est un de vrai bain de sang ! Ce pas n'est une rêve party, c’est une soirée infirmières !

- Beaucoup de merzis, monzieur de la forêt !

À ces mots le fait-maréchal scanda à ses troupes :

- Zeux qui ne me ramènent pas une tête franzaise zeront privés de zauzisses !

Il n'en fallait pas plus pour motiver les soldats qui s'élancèrent dans la mêlée. Ces renforts tant attendus par les alliés firent basculer le rapport de force. Il y a peu victorieux, les français sonnèrent la retraite et prirent leur jambes à leur cou, quand ils en avaient encore...

La nuit tombant, Fauchevent pris place autour d'un feu, parmi les vainqueurs. Là, dans l’attente de nouvelles aventures, il faisait griller, au bout d'un pic en bois, de petits morceaux de brume de guerre.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
93

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition avec une brume brumeuse ... :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Vous nous servez de vraies scènes épiques là et qui ne manquent pas de saveur ni de bonne humeur.
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
+5 pour des jeux de mots croustillants !
moi , j'ai mon " Ensuquée " , si vous aimez ...

·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Un aigle qui ne manque pas d'envergure ...
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...
Tous mes vœux pour cette nouvelle année !

·
Image de Michel Allowin
Michel Allowin · il y a
Jolies trouvailles telles "le trèfle A4 feuilles" et l'image de la "fourmilière carburant au Génépi"
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
J’ai adoré cette bataille surréaliste et tous ces jeux de mots à foison, ah les trèfles A4 feuilles, il fallait y penser, et les kobolds, que je rencontre pas assez souvent, et tous les autres que je ne peux énumérer. Bravo aussi pour la chute, les chamallows de brume sont-ils bons à griller ? Mes voix !!!!!
·
Image de QRS
QRS · il y a
J'ai essayé de semé suffisamment de jeux de mots pour que tout le monde en ait un morceau, je suis ravi que cela vous ait plu ! Quant aux chamallows de brume il faudra sûrement attendre une nouvelle aventure de Fauchevent pour voir s'il n'a pas trop mal au ventre...
·
Image de Skimo
Skimo · il y a
Des batailles perdues à cause des Belges. Les batailles de Napoléon revisitées par Uderzo et Goscinny. Les anglais, toujours les anglais. J'y fais allusion dans http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/il-etait-une-fois-dans-lunivers. Je vote
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Waterloo revisité avec beaucoup d'humour !
Apprécierez-vous "Un scoop" écrit pour ce Prix ?

·