1
min

La chair est triste, hélas...

Image de Marie Vincent

Marie Vincent

328 lectures

51

FINALISTE
Sélection Public

Honnêtement, je ne sais pas comment j’en suis arrivé là. J’ai toujours eu une sexualité très épanouie, pas de tabou, pas d’interdit. Il y avait ma femme, ma régulière, et puis toutes les autres... Ces derniers temps, pourtant, je commençai à éprouver une sorte de lassitude, une baisse de libido, un ras le bol des corps. Devant ces dames, je faisais profil bas. Je leur faisais l’amour de façon mécanique, leur susurrais à l’oreille des mots appris par cœur. Le constat était sans appel ; la chair était triste, hélas, et j’avais baisé toutes les femmes...
Et puis, un jour, la panne. La grosse panne. L’humiliation suprême, la débâcle, Waterloo morne plaine. Pourtant la fille était jolie, bandante. Mais non, je bloquai. Plus de pilote aux commandes. Mon engin avait disparu au beau milieu du triangle des Bermudes. Cela a duré quelques semaines. Jusqu’au jour où j’ai rencontré Paula. Je l’ai appelée Paula car elle, elle n’a jamais voulu me dire son nom. Paula était muette (sans pour autant que ce soit un handicap) et très réservée. Ça me changeait de toutes les minettes un peu trop bavardes que j’avais envoyées si souvent au septième ciel. Paula m’avait été présentée par un ami proche à qui j’avais confié mes petits soucis.
— Tu vas voir, c’est la femme idéale, pas emmerdante, elle se plaint jamais, et tu peux lui faire tout ce que tu veux.
— Des femmes à qui je pouvais faire tout ce que je voulais j’en avais rencontré des tas, répliquai-je.
Mon ami avait alors rajouté un argument de poids. « Oui, mais avec Paula, tu peux avoir une panne sèche sans te sentir coupable. » Je me dis : après tout pourquoi pas ?
Et le miracle se produisit. Au contact de la peau de Paula, mon corps a retrouvé sa vigueur. Plus je me frottais à elle, plus je sentais le désir monter en flèche. Elle était si différente, si spéciale. Son grain de peau, ses cheveux, la façon qu’elle avait de pousser des petits cris, comme de charmants couinements, tout ça redonna du peps à ma libido. À partir de ce moment là, je ne l’ai plus quittée. Elle vivait à la maison. Il est vrai qu’au début, ma tendre épouse était un peu réticente. Mais, très vite, elle s’aperçut qu’elle-même pouvait profiter de mes ardeurs retrouvées. Aujourd’hui, je cours encore deux lèvres à la fois, mais j’ai trouvé un certain équilibre. Après avoir déposé un long baiser langoureux sur les lèvres de chair de ma femme, je m’approche de la bouche de Paula, une bouche en cœur, et son délicieux goût de caoutchouc me rend fou.

PRIX

Image de 2015

Thèmes

Image de Deux lèvres à la fois
51

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Comme les Magpies manquent cruellement en forum aujourd'hui je suis passée lire dans leur bibliothèque une nouvelle que je n'avais pas encore lue. Elle est parfaite, d'écriture ironique, à la manière dont le narrateur est croqué, et pour la chute, bien sûr. Si les autres nouvelles du recueil étaient de cette veine pas étonnant que le Dilettante se soit montré élogieux après sa lecture du tapuscrit.
·
Image de Marie Vincent
Marie Vincent · il y a
Merci pour ce commentaire ... élogieux;)
·
Image de Yoann Bruyères
Yoann Bruyères · il y a
Original et bien mené !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
le plastique c'est fantastique!
·
Image de Claude Moorea
Claude Moorea · il y a
Excellente histoire fort bien menée qui m'a rappelé un film canadien, je crois, que j'ai vu il y a quelques années "Une fiancée par comme les autres", l'histoire d'un homme un peu dérangé qui fait venir dans son village sa "fiancée" gonflable, mais la respecte comme une personne. Tout le village pour ne pas le perturber plus qu'il ne l'est, accepte '"l'étrangère". Un film que vous avez peut être déjà vu, plein d'humour et d'humanité.
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Paula, discrète jusqu'au bout, participe au suspense du texte.
Mon Ombrecito est en finale et espère vous voir lui apporter votre soutien. Merci pour lui.

·
Image de Emma
Emma · il y a
Coquin triste ironique... jamais vulgaire.. Bonne chance à votre texte
·
Image de Qualsevol Nit
Qualsevol Nit · il y a
Je te renouvelle mes vœux pour ce texte caoutchouteux qui m'avait bien attrapée la première fois, et qui se relit avec encore plus de délectation !
·
Image de Raleuse
Raleuse · il y a
Bon déroulé jusqu'à la chute finale... Et quel titre !
·
Image de Renaud
Renaud · il y a
Je rejoins Fred Panassac dans le choix des mots : la chute amenée, lentement. Bien trouvé, alors mon vote ! +1
·
Image de Mirgar
Mirgar · il y a
Bravo! Un texte bien mené avec un humour bien poivré +1
·