4
min

La brume

Image de Ambre

Ambre

39 lectures

32

La brume avait pris possession des rues, des jardins, des squares, des allées – mêmes secrètes – des plages, des forêts, des lacs, des vallées et des montagnes. Elle avait étendu sa longue robe blanche et sépulcrale jusqu’à l’horizon au-dessus de la mer et jusqu’aux sommets des monts les plus hauts et les plus abrupts. Les gens refermaient rapidement leur porte de peur qu’elle ne s’invite dans leur maison. On voyait à peine à plus d’un mètre. Les calèches, les bateaux circulaient au ralenti. Les promeneurs s’armaient de sifflets pour signaler leur présence. C’était toute la vie de la cité qui avançait à tâtons, soudain rendue maladroite, hésitante et inquiète. La brume était survenue le jour de l’enterrement du roi. Certains ont cru sur le moment à un signe de deuil des âmes célestes. Mais la brume était restée. Plusieurs jours. Plusieurs mois. Plusieurs années. Le soleil filtrait parfois de faibles rayons lui donnant une teinte irisée. Et la pluie lui apportait son écho de tristesse et de mystère.

Elia, la fille du roi devenue reine, avait lancé une armada de chercheurs pour venir à bout de cette brume persistante. Les idées n’avaient pas manqué : on avait élaboré maintes formules mathématiques visant à assécher l’atmosphère – solution trop radicale avait-on conclu –, construit une hélice géante repousse-brouillard, concocté une délicate potion dissipe-nuage, mis sur pied un énorme brumisateur anti-vapeur, créé un subtil aspirateur de brume, inventé toutes sortes de chants pour invoquer le retour du beau temps... On avait même fait appel aux bonnes volontés de la population à travers un concours : celui du meilleur extincteur de brume. Mais rien n’y fit. La brume était devenue une malédiction.

Après avoir terminé la lecture du énième livre de météorologie que la grande bibliothèque du royaume abritait, en l’occurrence « Climat et météo pour les nuls », Elia se décida à rendre visite à sa grand-mère qu’elle n’avait pas revue depuis des mois. Obnubilée par les affaires de la cité, Elia sentait poindre l’urgent besoin d’un break et d’un peu de réconfort. Elle entreprit son voyage à cheval, accompagnée d’une garde rapprochée. Dix jours de trajet à l’aveuglette qui les menèrent jusqu’au portail du Manoir de la Forêt. L’accueil chaleureux que lui réserva sa grand-mère la projeta dans ses souvenirs d’enfance, entre bonhommes en pain d’épice et lecture au coin du feu.

Peu après avoir posé ses affaires, Elia rejoignit sa grand-mère au salon. Installées dans de profonds fauteuils, elles sirotaient un thé brûlant.
« Sais-tu pourquoi ton père était devenu aveugle ? demanda la vieille femme.
- Il m’avait raconté qu’il avait trop longtemps fixé le soleil quand il était petit.
- Eh bien, je me dois de te dire la vérité. Toute la vérité que moi-même je ne connaissais pas entièrement avant que je ne découvre le journal intime de ton père sous une latte de son ancienne chambre. »
Elle tenait entre ses mains parcheminées un carnet à la reliure en cuir noir.
« Je ne comprends pas, s’inquiéta Elia en inclinant la tête. Il s’est passé quelque chose de grave ?
- Écoute-moi à présent. »
La jeune reine posa sa tasse autochauffante et, comme elle le faisait enfant, se lova confortablement dans le fauteuil, prête à écouter l’histoire.
« Ton père adorait les grandes vadrouilles dans la forêt et avait l’habitude de partir des heures durant pour revenir à la nuit tombée. Mais un jour, alors qu’il était âgé d’une dizaine d’années, il ne rentra pas de toute la nuit. Au petit matin, on le retrouva sans ses yeux. Voici pourquoi.
Au cœur de la forêt vit un très ancien sorcier. La légende raconte qu’il court aussi vite que le vent, qu’il peut commander la pluie et le soleil et qu’il demeure invisible dans la nature. Mais ton père, lui, a trouvé sa cabane de bois sans le savoir. Curieux qu’il était, il s’est introduit chez lui et a aperçu une boîte très curieuse. Elle semblait avoir été fabriquée dans un fluide. Il la toucha du bout des doigts et ces derniers furent mouillés. C’était une boîte faite d’eau. Il voulut la porter dehors pour l’examiner. Mais une fois au soleil, elle s’évapora et laissa s’échapper l’épaisse brume qu’elle contenait. En quelques secondes, tout ne fut que brouillard...
Le vieux sorcier apparut aussitôt :
« Malheureux, qu’as-tu fait ? Dis-moi que tu n’as pas laissé le coffret s’évanouir dans l’air ! C’était un modèle unique ! Irremplaçable ! Comment vais-je pouvoir à nouveau contenir la brume ? »
Alors, en punition et pour réparer le mal, ton père accepta de donner ses yeux dont la vue se perdrait à jamais dans un voile blanc et dont les larmes pourraient remplacer les propriétés perdues du coffret d’eau. Ainsi, nous avons pu vivre sans brouillard persistant jusqu’à sa mort. »

À la fin du récit de sa grand-mère, Elia resta pensive un moment, à la fois interloquée et résignée.
« Alors cela signifie qu’il faut que j’aille faire don de mes yeux à mon tour.
- Ne fais pas ça, la supplia la vieille femme. Il faut tenter de négocier avec ce sorcier. Sinon, tes futurs enfants et petits-enfants subiront le même sort ! Ça ne n’arrêtera jamais !
- Comment puis-je le trouver ?
- Le carnet te révèlera tout ce qu’il faut savoir. »
La jeune femme s’empara du journal intime et se leva d’un bond.
« Demain, je pars le rencontrer. »

Trouver la demeure du sorcier s’avéra être une épreuve longue et fastidieuse dans l’opacité sans faille de la brume. Elia avait décidé de s’y rendre à cheval. Au bout d’une errance de plusieurs heures dans la forêt, elle perçut l’écho de coups métalliques. Se laissant guider par le son du martèlement, elle finit par atteindre un atelier de forgeron adossé à un roc. Sur la devanture était inscrit « Héphaïstos Père et Fils ». Un homme grand, fort et portant un bonnet sur la tête l’accueillit sur le seuil.
« En quoi puis-je vous être utile ?
- Savez-vous comment rejoindre la cabane du sorcier qui habite ces bois ?
- Vous y êtes presque. Continuez tout droit jusqu’à la rivière, passez sous la cascade et c’est la cabane à droite du grand chêne. Vous avez pris rendez-vous ?
- Non pas vraiment. Mais j’aimerais discuter avec lui de ce problème de brouillard.
- Ah ! Il est venu me voir justement. Il voulait que je lui confectionne une boîte en eau de mer pour sa brume. Je lui ai répondu, mon vieux, moi mon job, c’est plutôt le fer et les pierres précieuses !
- Ainsi, ce fameux coffret doit être constitué d’eau et de sel. De l’eau de mer, des larmes... Un liquide salé en fin de compte... murmura la jeune reine pour elle-même. » Elle releva brusquement la tête.
« Feriez-vous des objets en verre par hasard ?
- C’est pas trop ma spécialité mais je peux vous arranger ça.
- Pourriez-vous façonner une bouteille en verre en ajoutant un peu de sel au mélange lors de sa fabrication ?
- Aucun problème. Revenez demain, elle sera prête.
Le lendemain à la première heure, Elia récupéra la bouteille de verre chez le forgeron en échange de quelques bitcoins d’or et poursuivit sa route jusque chez le sorcier.

Devant une cabane recouverte par le lierre dont on ne percevait même pas le toit à cause de l’épais brouillard qui régnait, elle aperçut un vieil homme. Il semblait l’attendre. Elle descendit de cheval et lui tendit la bouteille.

« Holà ! Je ne fais pas dans le recyclage moi ! s’exclama le sorcier avec un sourire taquin.
- Je vous apporte votre nouveau coffret à brume, répondit Elia d’une voix qu’elle voulait la plus solennelle possible.»
Le sorcier prit l’objet entre ses mains et l’observa attentivement.
« Intéressant. Vous avez exploité les propriétés ambiguës du verre. Solide et liquide à la fois... Voyons ça.»

Il marmonna quelques incantations, sortit de sa poche une agate bleue (une pierre de pluie ! se remémora Elia) qu’il plaça sur le bouchon. L’agate se figea instantanément. Le sorcier défit le bouchon et dans une grande bourrasque, toute la brume fut aspirée par la bouteille. Le vieil homme la referma soigneusement, satisfait.

Elia sentit le soleil lui chatouiller à nouveau les joues.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
32

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un bon moment de lecture.
·
Image de Ambre
Ambre · il y a
Merci beaucoup Virgo34 !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Ambre
Ambre · il y a
Merci Richard Laurence ! C'est une très bonne idée !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Histoire bien sympathique. Bravo !
·
Image de Ambre
Ambre · il y a
Merci beaucoup Lise !
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
J'ai vraiment apprécié votre texte !
·
Image de Ambre
Ambre · il y a
Merci beaucoup Yasmina !
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Très beau texte, mes votes de soutien. Peut-être aimerez vous "L'héroïne", "Tata Marcelle" ou "Le Grandpé".
·
Image de Ambre
Ambre · il y a
Un grand merci ! Je m'en vais découvrir vos textes !
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Joli écrit , vous avez mes voix et mes sincères encouragements !
Si mon royaume embrumé vous intéresse pour continuer votre voyage, c'est par ici... (au cas où vous ne l'auriez pas lu)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·
Image de Ambre
Ambre · il y a
Merci pour votre soutien ! Je poursuis ma route vers votre récit...
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...

·
Image de Ambre
Ambre · il y a
Merci beaucoup ! Je viens lire votre texte avec plaisir :)
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition ; http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Ambre
Ambre · il y a
Merci pour votre soutien ! Je m’en vais découvrir votre texte à mon tour !
·