La brosse à cheveux

il y a
1 min
2
lectures
0

Au gré de mes fantaisies Les mots m’attirent m’enchantent Pour dire les amours charnels Conjuguer le yin et le yang Erotime cru et poétique En émoi  [+]

Toi je t’aimais, je t’aimais, je t’aimais. Je dormais au fond du tiroir lorsque tu te décidas enfin à m’utiliser.
Avant, tu me dédaignais , préférant utiliser tes doigts.
Là, maintenant, tu avais besoin de moi pour assouplir ta chevelure de lionne.
Je t’aimais bien avec tes cheveux courts de garçonne, mais j’avais hate de vivre ta transformation en femelle.
Cela prit du temps. Tu traversas de grands moments désespoir.
Après, j’ai tant aimé dompter chacune de tes mèches rebelles
Et le soir, avant de dormir , j’aimais les longs et lents brossages qui m’électrisaient. Je te prenais dans les bras, caline, mutune.
Jusque dans mes rêves, tu chevauchais ma crinière en feu
Et bien sur , j’ai détesté ton acharnement sur mes ébourriffures.
J’ai. déteste te voir perdre tes piquants te faisant ressembler à une vieille édentée.
De dépit je me rasais le crane.
Aujourd’hui, quand j’y pense,
Je ne regrette rien de cette passion effrénée.
Bien sur, je n’existe plus pour toi.
Mais parfois,le souvenir de nos complices étreintes me revient, telle la musique particulière d’un songe d’une nuit d’hiver.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,