La bonne fortune

il y a
3 min
6
lectures
1

L'écriture une passion, qui me dévore tel un poison. Bien qu’Etudiante en médecine, J’ai toujours aimé écrire sur moi, sur les autres, sur tout. J’adore inventer et rêver. Alors êtes  [+]

Enfant de la rue, je n’avais aucuns toits. C’était l’hiver et j’errais dans le froid. Dans cette situation impitoyable que m’offrait le temps, je ne pouvais compter que sur moi-même. Je n’avais plus aucune famille. Ma Mère était morte il y a 1 an et mon père, je ne le connaissais pas puisqu’il était parti bien trop tôt, pour que je ne puisse m’en rappeler. De lui je n’avais que son nom : Robert Novak. Depuis longtemps, je n’avais gagné que pour fidèle allié : la solitude.
Ce jour-là, Je marchais le ventre vide, à la recherche de quelques restes pouvant faire office de repas ; mais tous les trésors avaient déjà été ramassés par ceux passés avant moi. Les poubelles étaient vides et mon estomac lançait à chaque spasme un cri d’alerte : « grgrgr ». Une seule solution se pointait à l’horizon, chaparder pour manger. Non loin, j’aperçus des pains exposés, une aubaine pour les êtres affamés. Le marchand avait le dos tourné, sur l’occasion j’ai sauté. Malheureusement le vieux Monsieur avait les synapses rapides, et à ma poursuite se lance-t-il aussi vite. Mon pain à la main, j’augmente la vitesse de ma course afin de le semer. Rien à faire, il me suivait à la trace. Brusquement, un obstacle sur ma route, je m’emmêlai les pinceaux dans mes lacets et heurtai un homme dans ma chute. J’eus à peine le temps de reprendre mes esprits qu’une masse géante se postait devant moi. C’était le marchand furieux. Il voulut me corriger d’un coup de main, et reprendre son pain, quand l’homme que j’avais heurté s’interposa entre moi et le Monsieur gonflé. Après s’être enquit de ma mésaventure, il se chargea de régler le problème, en sortant un billet de 10 euros de la poche de son manteau. « Tenez M., pour le pain et votre tachycardie » avait-il tonner avec un air de malice dans le regard. Etrangement, il ressemblait à « Henry Cavill », l’acteur qui avait joué « super man » dans le film « Man Steel », à l’exception qu’il était plus vieux, environ la quarantaine, et moins musclé. Il lui manquait aussi la cape. Peu importe... Il m’avait tiré de sales draps.
Une fois fini avec le monsieur, il me questionna sur mon nom et mes origines. Il ne lui fallut pas plus de 5 min de discussion pour se rendre compte que je suis un enfant de la rue. Il n’avait pas grand-chose à dire à ce moment-là, son visage vira juste à la tristesse. « Je suis Edgard Silverde. Eh bien Ulyss, vient avec moi. Aujourd’hui c’est ton jour de chance. » m’avait-il dit. Je suivais cet inconnu sans me douter qu’un an plus tard je ne serais plus le même.

L’année passée avec M. Edgard m’avait complètement transformé. Il m’avait débarrassé de mes haillons et avait repris en main mon instruction. Il m’avait remis à neuf, j’étais désormais un adolescent de 15 ans comme tous les autres. Maman n’était plus là pour m’admirer, moi, sa parfaite réplique masculine : blond et aux yeux verts émeraudes.
La famille Silverde avait excellé dans la production de vin en France. M. Edgard bien que riche, n’était pas imbu de sa personne, c’était un homme plein de sollicitude, et il n’avait jamais cessé de me le montrer. Je le voyais comme la figure paternelle que je n’ai jamais eue. Malheureusement, en dehors des affaires, Il n’avait pas d’autres compagnies que moi et madame Idna, la gouvernante de la propriété. Cette dernière travaillait là depuis sa tendre enfance, et bien qu’âgée de 50ans, elle gérait à merveille le logis avec l’appui des autres domestiques.
Une semaine, M. Edgard alla en voyage d’affaires, et ne revint plus pour notre plus grand désespoir. Il était mort dans un crash d’avion à son retour. Nous étions meurtries et affligés par la nouvelle. Ce fut une semaine noire dans toute la propriété, encore plus noire pour nous que celle du crash boursier de "wall street" pour les américains.
Deux semaines suivant son décès, nous recevions la visite du notaire. Ah ces bonhommes ! A l’instar du génie de la lampe « D’Aladdin », ils étaient ceux de la lampe des mourants. Sauf qu’ils n’exauçaient pas les vœux de leurs maîtres. Ils les reportaient juste aux familles éplorées, renforçant davantage leurs douleurs.
La lecture du testament débutait dans le grand salon en la seule présence d’Idna et de moi. Je me souvenais encore de M. Edgard m’apprenant à jouer du piano dans cette pièce, quand j’entendis crier mon nom : « Ulyss ! » « C’est toi l’héritier ! » Il me fallut du temps pour assimiler cette phrase si bien qu’on me la répéta 3 fois. C’est alors que je m’emparai du testament et en lisait la dernière partie : « Je lègue tout mon héritage à mon fils Ulyss. Signé par M. Edgard Robert Silverde Novak. » Mon visage se décomposai, M Edgard Silverde et Robert Novak ne formèrent plus qu’une seule et même personne : mon père. L’homme que j’avais détesté depuis 10 ans déjà, parce qu’il m’avait abandonné, était celui qui m’avait recueilli et qui venait de me léguer tous ses biens. J’étais bouleversé et voulus m’en aller ; lorsque Idna asséna : « Ulyss, ne vous en allez pas ! Il est temps pour vous de connaître la vérité. »
Nous reprenions nos places et son récit commença : « je me souviens encore de vos parents tous jeunes et passionnés l’un de l’autre. Une chose en entrainant une autre, de leur amour naquit un petit garçon. Toutefois, votre mère ne faisant pas partie de la haute société, Mr Tom Silverde, votre grand père, trop orgueilleux, n’avait jamais accepté leur union. Il monta une histoire de tromperie pour les séparer. Votre mère croyant à l’infidélité d’Edgard s’était enfuis avec vous, en s’assurant de vous changer d’identité. Vous n’aviez encore que 5 ans. Mr Edgard avait passé toute sa vie à votre recherche sans jamais trouver de pistes concrètes, jusqu’à ce fameux voyage d’affaires où il avait tout découvert sur vous, son fils.
Il revenait vous révéler tout ceci, mais le sort en a voulu autrement...
Qui de mieux que vous, son fils, pour hériter de sa Bonne Fortune. »
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de ALYAE B.S
ALYAE B.S · il y a
Très touchant comme histoire!! J'ai tellement aimé le M.Edgard ;)
Image de Marie Sarah M
Marie Sarah M · il y a
😊 je suis ravie que ça tu aies aimé