la boîte aux lettres

il y a
2 min
11
lectures
0

Ex enseignante, ex-hobbite, ex-agricultrice, et ex-patriée depuis presque 8 ans, je profite de mon ex et lent temps libre pour écrire principalement de courtes chroniques légères et drôles  [+]

La boîte aux lettres.
Cette boîte aux lettres était de couleur rouge, rouge pompier, placée juste à côté du compteur d’eau au début du chemin qui mène à la ferme.
Ainsi, le facteur ne quittait pas la route pour apporter le courrier.
Cette boîte aux lettres était pourtant la seconde. En effet une récente tempête avait emporté la première toute noire, qui avait été décorée avec patience pour lui donner un air champêtre et bucolique afin d’effacer son air austère. A la fin de la tempête, elle avait été retrouvée aplatie, en plusieurs morceaux...et son air bucolique faisait froid dans le dos, elle aurait eu sa place dans la maison de la Famille Adam’s!
Donc, la nouvelle boîte aux lettres trônait fièrement dans son rougeoiement visible de la ferme, de la route, peut-être même du village ou de la Lune !
Même si elle ne recevait que très rarement une lettre, un reçu...elle faisait partie de la ferme et souvent sa porte était ouverte pour vérifier : son vide...
Un jour, le facteur déposa une lettre ! Enfin, il fallu plusieurs jours pour s’apercevoir qu’il y avait un courrier à l’intérieur. Il était temps car des guêpes avaient installé entre temps leur nid et avaient commencé à dévorer le document. En l’occurrence, il s’agissait d’un reçu qui avait été grignoté en bonne partie et qui indiquait qu’un paqu..était à retir.. à la po..... au nom du Ferm.......contre la som..de 6,...
Rouge de colère, (pas aussi rouge que la boîte aux lettres) mais rouge quand même, le fermier se promet d’aller enfumer ces enfoirées de guêpes qui squattaient ainsi des endroits privés et s’empiffraient de nos nouvelles !
Aussitôt dit aussitôt pas fait...
Oui, ce fermier rouspète souvent mais n’agit pas aussi souvent qu’il rouspète, il n’est pas que Fermier, il est aussi escaladeur de falaises, spéléologue de trous, randonneurs de longs trajets avec plein de montées et pas beaucoup de descentes, volontaires pour protéger les animaux du parc national du coin, cultivateur avec un gros tracteur à chenilles qui se fait bronzer la herse sans bouger la plus part du temps,.........Oui, le Fermier est très occupé !
Aussi, le nid de guêpes...il le détruira....plus tard !
Puis un jour en revenant du village, le Fermier, cultivateur, escaladeur aperçoit dans la boîte aux lettres rouge déjà encombrée de ses occupantes un autre courrier. Deux nouvelles en moins de dix jours ! C’est rare ! Il se précipite sur la boîte aux lettres pour se saisir de la lettre qui déjà était en mode buffet froid pour la colonie ailée...et boum, aie, ouille !
Une guêpe sadique plante son dard dans l’index du fermier !
La douleur est fulgurante, si intense que le Fermier retourne à la maison en boitant. Son doigt le fait souffrir. D’ailleurs il a déjà doublé de volume...Aussitôt la Fermière, (oui, le Fermier a une femme mais elle n’escalade pas, ne randonne pas, ne fait rien, elle bulle !) se précipite avec l’aspi-venin, le truc magique que tout le monde a dans sa boîte de 1er secours mais qui ne sert à rien. Au début le Fermier pose l’embout sur la terrible piqûre à l’envers et a du mal à faire fonctionner le gadget, puis il trouve le bon embout, le bon emplacement et aspire, aspire le cruel venin qui
commence déjà à lui donner des maux de tête, Le Fermier baroudeur souffre ! Il se sent mal avec
une impression de partir, il transpire, il ne peut plus plier son doigt, c’est horrible ! Il va peut
être mourir, nan, il a déjà été piqué par une guêpe ! Il réfléchit...et NON ! Il n’a jamais été piqué
par une guêpe !! JAMAIS ! Mais ça fait mal ! C’est terrible et insupportable cette douleur! Le
temps est suspendu, la terre ne tourne plus. Le Fermier reste ainsi de longues minutes à souffrir
sous l’oeil dubitatif de sa Fermière prête à appeler les pompiers, SOS médecin ou la morgue...
Enfin la Terre se remet à tourner, et le Fermier décide d’aller se venger, détruire cet
abominable nid de guêpes qui a failli le tuer. Au bout de quelques heures quand même, il part à
l’assaut de la forteresse rouge au bout du chemin. En partant, il appelle sa Fermière car il
s’inquiète à présent de douleurs subites dans la nuque. Une méningite aigue? Une tumeur
maligne ? Un AVC en vue ? il se sent faible à nouveau...et renonce à sa vengeance..
Il ira plus tard, demain ou un autre jour, quand il aura terminé sa convalescence....de piqûre de
guêpe au doigt.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !