3
min

La Barcasse

Image de Digut

Digut

140 lectures

11

Six heures trente du matin. Rohan quittait son appartement, un confortable trois pièces de la place Saint-Martin à Brest. Au pied de l’immeuble gris, de la couleur du ciel, le jeune médecin appréciait le crachin serré de ce début de printemps. Quel contraste thermique ! Quelle différence de luminosité ! Il y a trois jours, c’était les Antilles. Le Porte-Hélicoptères « Jeanne d’Arc » l’avait débarqué, comme prévu, avec toute la promotion des futurs médecins de la marine à la Guadeloupe. Les élèves officiers de l’Ecole Navale poursuivaient,eux, leur campagne d’application vers le continent Nord-américain avec des escales à La Nouvelle-Orléans, New York et Montréal.
Il lui faudrait marcher vingt minutes d’un bon pas pour atteindre la porte Jean Bart de l’arsenal où les transrades, c’est-à-dire les barcasses qui relient le port militaire de Brest avec la presqu’île de Crozon, appareillent sous le pont de Recouvrance. La presqu’île de Crozon abrite l’Ecole navale et la mystérieuse base sous-marine de l’Ile Longue : lieu d’affectation de notre jeune médecin militaire.
« Tout est gris : le ciel, les immeubles, le Château, la mer et les barcasses » constata Rohan en pénétrant dans l’arsenal. Est-ce que la base mère des sous-marins sera dans les mêmes teintes ? Les bassins ultra protégés des sous-marins aux seize missiles à têtes nucléaires multiples sont- ils aussi ternes ? Peut-être les films américains à grand budget ont-ils déformé son imagination ? Des bassins rutilants avec des gerbes d’étincelles de plusieurs mètres de hauteur, des ouvriers aux tenues immaculées et des chariots élévateurs sans aucun point de rouille... Rohan ne pouvait pas échapper à l’étrange sensation qu’un mystère initiatique lui avait donné rendez-vous de l’autre côté de la rade. La barcasse grise, dont il venait de franchir l’étroite et glissante coupée, allait le ramener à la réalité. Rohan traversa la première barcasse et il s’installa dans la salle arrière. Il est toujours plus inconfortable d’être installé à l’avant d’un bateau quand il y a des mouvements de mer. La monotonie uniforme des déclinaisons de gris fit place à une palette d’odeurs plus ou moins agréables. Ces senteurs mélangeaient les fumées du diesel des moteurs à peine lancés, les odeurs corporelles rances, celles de produits de nettoyage bon marché pour les sièges en simili cuir déformés et l’organique senteur des bancs de bois humides.
En moins de cinq minutes, les quarante places furent occupées et une nouvelle odeur apparut ; celle d’éthanol ! Il était à peine sept heures quinze et plusieurs personnes avaient déjà une haleine chargée d’alcool. Il découvrira au fil des semaines qu’un certain nombre de personnels, civils et militaires, buvaient leur café d’embauche « avec ». Ce « avec » signifie un supplément au choix soit d’un ballon de rouge, d’un petit blanc ou d’un calvados. Rohan aura l’occasion à Cherbourg, lors de son arrivée à l’Ecole atomique, de vérifier l’importance de préciser «avec » ou « sans ». Pour l’avoir sous-estimé, il recrachera en public son premier café « avec » qui contenait autant d’alcool que de caféine. Le patron lui présentera un autre expresso en clamant: « Ici, il faut préciser « sans ». Mon café il est fait pour les hommes ». Encore sous l’effet de la première tasse, suffocant et les yeux pleins de larme, Rohan resta muet et fort déconfit.
Un transport en commun maritime, malgré les éventuels gîte et tangage, a un avantage considérable par rapport aux vecteurs terrestres classiques : les passagers peuvent s’adonner aux jeux de carte. Sur la barcasse brestoise le jeu en vogue était la Manille. Une fois encore, civils et militaires y partageaient un plaisir commun. Les parties du retour en fin d’après-midi avaient un enjeu plus important car il s’agissait pour l’équipe perdante du matin de prendre sa revanche. Comme dans tous les transports en commun du monde, il y a les habitués de la première, de la deuxième...de la dernière barcasse. Les équipes constituées de longue date sont de véritables « icones ». Malheur à l’innocent qui s’installe à leur table. Au mieux un autre passager lui suggère de se déplacer légèrement afin d’assister aux premières loges à un spectacle traditionnel, au pire il aura droit au sermon du respect dû aux personnes qui ont fait de l’Ile Longue le sanctuaire inviolable d’aujourd’hui.
Les odeurs sont essentielles à la persistance des souvenirs lors des départs pour de longues navigations. A l’intérieur de la barcasse les corps assis vibrent passivement. L’atmosphère est bruyante des fréquences sourdes des moteurs et des discussions humaines. Pour pallier à cela, les hommes se placent généralement debout sur la plage arrière du bateau. Ils pointent leur regard sur la ligne grise des immeubles situés juste au-dessus de l’arsenal. Au fil de la traversée, la ligne d’horizon s’élargit mais ce n’est qu’au dernier instant, que les marins vont enfin tourner les yeux vers le port des bassins et entrer dans leur mission. Cette bulle silencieuse aura en miroir sa sœur pleine d’excitation retenue, lors de la traversée vers Brest le jour de retour de patrouille. Rohan sourira lorsqu’il comparera la barcasse grise, vibrante et crachant une fumée malodorante à une sorte de gondole collective où chaque marin s’isole avec ses souvenirs puis ses espérances amoureuses.

La rade est rarement interdite à la navigation. Avant que la préfecture maritime ne prenne une telle décision, les barcasses luttent contre un noir clapot serré, font face à un puissant vent d’Ouest dominant et donnent de la corne de brume. Tels des voiliers tirant des bords pour remonter le vent, les barcasses obligent les joueurs à s’accrocher à leurs cartes.
Pour sa première traversée, Rohan sortit parmi les derniers. Il grimpa une longue coupée fortement inclinée car la marée était au plus bas. Dix mètres plus haut il découvrit l’imposant poste de sécurité de l’Ile Longue. Un coup de trompe le fit sursauter. La barcasse le saluait.

PRIX

Image de 2016

Thèmes

Image de TTC
11

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Seline
Seline · il y a
J'en serais ravie. Dans mon enfance j'allais avec ma mère chercher mon père à l'arsenal, car il prenait il me semble la barcasse pour revenir de l'Ecole navale… et je l'ai moi meme prise quand nous faisions du camping dans la presqu'ile de Crozon. Bonne continuation pour vos nouvelles.
·
Image de Seline
Seline · il y a
Bonjour, où en sont les aventures du médecin?
·
Image de Digut
Digut · il y a
Incroyable, il y a une lectrice qui s'intéresse aux aventures de Rohan (médecin sous marinier) !! Il y a 7 nouvelles qui sont écrites et j'espère les publier dans un petit "opuscule" en 2017. Vraiment je vous remercie de votre persévérance et je ne manquerais pas de vous adresser un exemplaire si l'aventure va à son terme.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Belle découverte...un peu tardive... mais très intéressante. Bravo !
Pour me lire, je suis là : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/humeur-noire MERCI.

·
Image de Roebben
Roebben · il y a
Un petit vote !
·
Image de Digut
Digut · il y a
Mci Roebben :-)
·
Image de Haigman
Haigman · il y a
Pas mal cette découverte de l'intérieur !
·
Image de Digut
Digut · il y a
Mci pour votre lecture.
·
Image de JHC
JHC · il y a
+1 belle écriture de l'atmosphère. J'ai bien aimé le rapport sous-jacent entre la traversée de la baie et celle de l'atlantique.
·
Image de Digut
Digut · il y a
Mci pour le joli compliment. A bientot
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
J'aime beaucoup l'ambiance que tu as posé. Les descriptions sont soignées. Et le tout conté avec une belle écriture. Je vote.
·
Image de Digut
Digut · il y a
Mci Sylvie
·
Image de Elo Guti
Elo Guti · il y a
Une très belle description qui se lit au fil de l'eau ! +1
·
Image de Digut
Digut · il y a
Merci appuyé car fil venant d'une native !
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Cela nous change du fameux tonnerre de Brest ! ;-) + 1
·
Image de Digut
Digut · il y a
Tout n'est pas canon en Cornouailles. Merci
·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
votre histoire est bien écrite, (j'ai habité 1 an à Brest avec un sous-marinier), c'est une ambiance à part... je vote
si vous avez envie et le temps : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/non-c-est-vrai

·
Image de Digut
Digut · il y a
Merci pour votre avis "vécu" - je vais sur le lien.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur