L'ultime voyage de « Belle Humeur »

il y a
1 min
98
lectures
9
Image de 2016

Thème

Image de Très Très court
Nous avions fait fortes libations au château de Rochefort, ce fut une soirée pas plus mémorable que
les autres. Mon compagnon Jean Saint Pierre partage ma chambre assoupi sur une paillasse d'herbe
sèche que recouvre une belle toile de tisserand de Genève, il songe sûrement à notre prochain
voyage.
La lune de ce mois de mai était haute dans le ciel quand ils sont entrés.
Le voyage dont rêvait sûrement mon ami ne serait pas à la hauteur de ses envies.
Nous voici sans culotte et à peine coiffés, embarqué en fond de tumulte sur une charrette que tirent
deux chevaux pies et gaillards.
Il est quatre heures du matin, sur des chemins mal aisés nous quittons le Royaume de Savoie et de
Sardaigne. Le silence est de mise, j'entends juste Saint Pierre gémir un peu.
Les sabots des chevaux heurtent la pierre du chemin, nous traversons Sainte Colombe et Jourdain
puis Saint Genix d'Aoste, le Royaume de France est à deux pas.
Le Guiers franchi, nous irons à Voiron, mes souvenirs s'envolent sous un chaud soleil au passé
lointain de la foire de la Saint Martin où j'ai vendu tant d'étoffes.
Lié comme moi, Saint Pierre semble endormi à présent. Les cahots ne ménagent pas son sommeil, il
dormira mieux malgré ses entraves au cœur de cette vallée que domine le sommet de La Sure.
Une soupe épaisse, un verre de vin acre, le luxe d'un lit de paille et nous voilà voyageurs contraints
liés au destin d'une promenade que nous n'avons pas choisie, mais que sans doute nous attendions.
Ce 11 mai nous voit repartis, charrette cahotante, les chevaux ont changé. Ils enchaînent de bonne
grâce les tourments du chemin. Le soleil s'élève au dessus du Vercors et plonge quelques rayons
dans le fil paisible de l'Isère.
Des paysans nous reconnaissent et nous lancent leurs bravos. La chiourme les écarte, leur tendresse
n'est pas opportune.
Je regarde nos chevaux tirer notre convoi, j'ai vendu les mêmes à Beaucroissant, La Côte Saint
André et encore bien plus loin en pays d'Oc.
Saint Marcellin nous accueille, nous déjeunerons au Petit Paris avant de reprendre le chemin.
Tout n'est que soleil et cigales, notre passage est signalé, les gents du pays sont au bord de la piste.
Nous traversons Saint Hilaire puis Saint Lattier, des hommes ornés de la coquille de Saint Jacques
nous croisent et s'en vont pieusement vers Saint Antoine.
Ce soir, nous quitterons l'Isère pour nous installer pour la nuit à Romans.
Et puis ce sera Valence, je ne reverrai plus mon joli bourg de Saint Etienne de Saint Geoirs et le
panorama sur la colline où s'est assis le château de Bressieux. Ma vie s’arrêtera en Drôme.
J'ai tant aimé ce pays moi, Louis Mandrin, celui qu'avec un sourire on appelait Belle Humeur

9
9

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Yaya
Yaya · il y a
Avec l'accent du bonheur. ..
Ma nouvelle :
http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/nom-d-un-chien-2

Image de Philshycat
Philshycat · il y a
Image de Arlo G
Arlo G · il y a
Excellent TTC abouti et très réussi. Vous avez le vote d'Arlo qui vous invite à venir découvrir son TTC "le petit voyeur explorateur" et son poème "découverte de l'immensité dans le cadre de la matinale en cavale short édition. Bonne après-midi de la part d'Arlo.
Image de JACB
JACB · il y a
Bravo pour cette incursion dans l'Histoire. J'ai aimé et beaucoup appris, merci Jef.
Image de Pac
Pac · il y a
Hommage nécessaire pour la célébrité locale des hors-la-loi.
Image de Jubernin
Jubernin · il y a
A ta santé Mandrin, un peu...malandrin !