L’œil magique

il y a
2 min
26
lectures
6

J'ai toujours aimé écrire. Je n'ai pas toujours le temps. J'adore saisir des instants de vie et jouer avec les mots. Je vis depuis près de 20 ans à La Réunion et je m'y sens bien  [+]

J’ai rêvé que... mais ce jour-là je n’ai rien vu.
Je n’ai rien dit car tout le monde semblait voir.
Je n’ai rien compris du pourquoi mais surtout du comment. C’était hier, avant-hier, c’était déjà il y a très longtemps.
Un point dix points, taches de couleur, marbré noir et blanc, couleurs psychédéliques, une lumière au fond des yeux et puis tout bascule. Image en trois dimensions. Photo instantanée. Autour de moi, un paysage eurythmique.

Région des volcans. L’Atitlán, le Fuego, l’Agua, l’Acatenango, le Tacana, le Tajumulco. Dépassant tous les 3500 m. Les hauts plateaux, l’Altiplano.
Un ciel bleu vraiment bleu. C’est l’aube, il fait un froid de chien. Chichicastenango dort.
J’entends des bruits de pas, des cris d’enfants, des beuglements, des vrombissements. Les cars bariolés klaxonnent de bon cœur pour signaler leur arrivée.
Emmitouflés dans leurs ponchos, coiffés de leurs chapeaux de feutre noir, hommes et femmes s’affairent.
Le marché prend vie. Bananes sucrées, oranges juteuses, nombreux tubercules, épices odoriférantes, tissus colorés ; tout est agencé avec justesse et harmonie. Simplement beau. Beau tout simplement.

Brouhaha. Odeurs et fumées. Un attroupement près de l’église.
Je m’approche. Plusieurs chuchkajau balancent une boîte de conserve d’où s’échappe en traînées la fumée de copal. Debout, sur les marches de l’église, ce rite les désigne à l’attention des fidèles. Ils vont se faire leur intermédiaire, agitant sans cesse, leur encensoir rudimentaire auprès des saints.

Je les suis dans l’église. Pas de banc, un autel débordant de statuettes d’animaux en bois peint. Sur le sol, épines de pin, herbes fraîchement coupées, bougies allumées, restes de paraffine, offrandes assurément, croyances païennes naturellement. Je les écoute parler chanter murmurer crier battre le sol. Ils boivent du coca, éructent à plaisir (ici le coca est le remède pour extirper le mal). Des statues baroques portent à leur cou, un miroir. Les fidèles se confessent devant elles. La vierge et tous ses saints côtoient le poulet (ce poulet qui risque fort de ne pas faire de vieux os). C’est l’heure du sacrifice.
Je sors de l’église et je monte avec tous les fidèles vers le lieu sacré. Devant une idole de pierre, un chuchkajau et une guérisseuse. Le sorcier a tracé au sol des signes curieux avec du sucre. Il tend deux petits paquets de rondins à deux indiens près d’eux. La guérisseuse récite des litanies pour conjurer le mauvais sort. Le poulet est égorgé d’un coup net, son sang est répandu sur la pierre sacrée.

J’ai rêvé que... Je ferme les yeux.
Œil magique, temps retrouvé.

Je m’appelle Alex. J’ai cinq ans, ma sœur en a le double.
Elle comprend tout, moi rien du tout. C’est son cadeau d’anniversaire qui me met dans cet état-là. Un livre, banal comme cadeau me direz-vous. Eh bien pas du tout ! Celui-là est étrange et magique. Oui c’est ça, magique. Enfin paraît-il, parce que moi je n’y vois rien, absolument rien.

« Il suffit de... Y a qu’à... » me dit Papa. Je le soupçonne de ne rien voir lui non plus. Il dit que oui, mais ses mots sonnent faux. Maman s’applique à « lire » en fixant un point précis de l’image. Elle suit à la lettre la méthode du livre. Moi quand j’essaie, je n’arrive qu’à rougir mes yeux et à me faire pleurer. Yeux larmoyants de fixer ce fichu point lumineux qui devrait, dit le livre, me permettre de voir en trois dimensions. Tout ça ne veut rien dire pour moi. Excédé, je pars dans ma chambre retrouver mes vrais livres et mes vraies images qui me racontent des histoires magiques et qui me font rêver.

Aujourd’hui, j’ai dix ans et j’ai enfin réussi. J’ai vu de mes yeux vus, ce paysage harmonieux et serein.

Demain, j’aurai vingt ans. Je partirai au Guatemala. Je me baignerai dans les eaux du lac Atitlán. Je prendrai le bus pour Chichicastenango.
6
6

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pascale Robert
Pascale Robert · il y a
Magique l'imaginaire... Belle petite histoire. Bravo
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Tout le pouvoir de l'imagination. Mais dans "imagination ", n'y a-t-il pas MAGIE ... ??
Image de Brigitte G.
Brigitte G. · il y a
Le pouvoir de l’imagination est sans limite. Très beau récit qui nous fait voyager et voir au delà des mots.
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
C'est un très beau texte qui donne envie de voyager. Quand j'ai lu Altiplano j'ai tout de suite repensé à mon voyage en Bolivie. J'avais acheté des chaussures de randonnée exprès pour le gravir, mais finalement on ne l'avait pas fait et j'avais usé mes semelles sur le salar d'Uyuni.
Le Guatemala me fait rêver aussi.
Merci et bravo pour ce texte

Image de Philippe Clavel
Philippe Clavel · il y a
On réalise à la fin que tout part d'un de ces livres d'images qui ont fait florès il y a 25 ans dans lesquels en se concentrant sur un point, on voyait apparaître des scènes différentes de celle de l'image de départ et en 3D. Une très bonne idée...mais qui se souvient encore de la série des "l'œil magique" ?
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Perso, je découvre... :)