L’heure et l’odeur

il y a
2 min
93
lectures
9

" Il est des sourires qui ne savent qu'avouer la tristesse du coeur " Jean-Raymond Boudou  [+]

7 heures, c’est l’heure ! Raymond se lève. S’il barytonne du cul, il va directement aux toilettes, et évacue le couscous de la veille. Sinon, il y ajoute quelques tartines beurrées et autres viennoiseries accompagnées par un bol de café ou de thé, ou, à défaut, par un verre de beaujolais. Alors, enfin, il ouvre sa soupape jusqu’à l’arrivée des morceaux.

9 heures, Raymond part au boulot. Le week-end, il va au bistrot, au docteur, ou laver la voiture, ou ailleurs, on s’en fout. Mais toujours en bagnole. La sienne, pas celle de la Raymonde partie à 6 heures faire le ménage dans les bureaux avant que les burlesques (les ceusses qui travaillent dans les bureaux) n’arrivent pour tout saloper, toute cabossée. La voiture, pas sa femme. Paris s’éveille dans une mélancolique brume de gaz d’échappement.

10 heures, l’heure où l’harmonieux corps de Raymond exhale encore quelques effluves parfumés entre deux vents mauvais. Les dossiers s’empilent, les cafés défilent, la ventilation ventile, conversations futiles, société immobile, rêves automobiles, amitiés viriles, escarpins crocodiles, dysfonction érectile, monde docile.

Midi, le parfum anisé de l’anisette ne couvre pas l’odeur cochonne du saucisson, qui ne couvre pas la fragrance du Maroilles. Et un, et deux, et trois pastagas. A la bonne votre les Apôtres ! Raymond est rond, et ron et ron petit patapon. Vient ensuite le bœuf bourguignon ou les tripes de Caen, ou les deux pour les gourmands. Café, pousse café, cigare, le bruit est nauséabond, l’air est assommant.

14 heures, en fonction du menu de la cantine, l’expiration naso-buccale de Raymond est finement épicée, ou fortement assaisonnée. La douche de la veille n’est plus qu’on lointain souvenir. Les heures suivantes se suivent dans un ordre établi depuis la nuit des temps, blessant son cœur d’une langueur monotone.

18 heures, l’heure tant attendue du grand nettoyage du corps humain, à grand renfort de substances chimiques constituées de molécules H²O associées à un produit liquide ou solide composé de molécules amphiphiles obtenues par réaction chimique entre un corps gras et une base forte, l'hydroxyde de sodium. De l’eau et du savon, bande d’incultes. Mais Raymond n’est pas un impatient. Il sait que la patience est mère de toutes les vertus. Il sort une ou deux bières du frigo et s’écroule sur le divan en attendant Raymonde qui termine son ménage à l’étage du dessus pour arrondir son fessier et les fins de mois.

20 heures, à table chéri ! La Raymonde est déjà rentrée, douchée, préparé à  manger. Elle est courageuse la Raymonde. Il ira à la salle de bain après dîner, le chou farci de la veille se mange chaud. Ils se racontent quelques anecdotes piochées ici ou là dans leur journée de labeur, c'est-à-dire pas grand-chose. Ce con de José qui a renversé son café sur le dossier Bertier, cette conne de Concetta qui a éclaboussé d’eau de Javel sa blouse toute neuve.

21 heures, crevé, Raymond va mettre la viande dans le torchon. Il se douchera demain. Quand la Raymonde est en forme, elle met également la viande dans le torchon.

21 heures 10 minutes, Raymond joue du basson. Raymonde, bien élevée, lâche une sournoise.
9

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Voici le tableau tout en finesse de deux instrumentistes aguerris, virtuoses des instruments à vent ! Excellent !
Image de Demens
Demens · il y a
Tout en finesse, c'est ça :-)
Merci pour ce commentaire Félix