2
min

L'Espoir

Image de Laura Mahieu

Laura Mahieu

6 lectures

0

Je l'ai rencontré, un jour ou bien une nuit, je ne me souviens plus. Je l'ai rencontré et en un éclair, il a bouleversé ma vie. Il a chamboulé tous mes plans, heurtant mes certitudes et même mes incertitudes, c'est pour vous dire. Raconté comme ça, on pourrait croire que je vais vous parler des heures et des heures d'une histoire d'amour banale, bancale et qui en plus de ça finira mal. Mais laissez-moi poursuivre, vous comprendrez.

Il était vêtu d'un manteau couleur arc-en-ciel, un habit peu commun qu'on ne voit pas deux fois dans toute une vie. Il avait le teint coloré comme s'il avait couru un marathon pourtant une odeur impressionnante émanait de son corps. Un parfum frais qui me parcourut les narines en un claquement de doigts, me donnant des frissons dans tout le corps. Je me sentais flotter quelques mètres au-dessus du sol, planant entre deux trois étoiles, riant, affalée sur un nuage cotonneux.

C'était une de ces rencontres assez inattendue, celles qu'on ne fait que peu de fois tout au long de notre existence. C'était l'Espoir, en chair et en os, face à moi. Il avait un sourire magistral, de ces sourires qui vous marquent à tout jamais, de ceux qui vous rattrapent au vol quand la Douleur vous attire aux Enfers. Et depuis ce jour-là, je n'ai plus jamais perdu de vue mon objectif : être heureuse et partager ce bonheur avec l'Univers dans sa totalité.

C'est pour cette raison que je me retrouve là aujourd'hui, à pianoter quelques mots, à vous murmurer une histoire qui à mes yeux, mérite d'être racontée. En ce mardi ensoleillé, je voudrais vous voir sourire. La pluie tombe à flots ? Apprenez à danser sous les rideaux d'eau que le ciel nous lance. Quelqu'un tente de vous briser ? Montrez-lui que votre sourire est immortel. La vie veut vous mettre à terre ? Courez à en perdre haleine et riez parce que c'est beau de se sentir vivant.

Je sais que parfois vos yeux sont amplis de larmes, si bien que vous ne distinguez plus les beautés du monde. Mais croyez-moi, je vous en prie, le bonheur est partout. Il est là, dans les bourgeons qui éclosent, dans un feu de cheminée, dans un bon roman, dans une partie crêpes. Ou bien là, dans les feuilles qui virevoltent, dans les rayons chatoyants du soleil, dans une musique qui fait vibrer le cœur.

Il ne faut pas abandonner, ça non. Parce que peut-être qu'inconsciemment, vous êtes aux portes des vos rêves. Il ne faut jamais cesser de sourire, ça non. Parce que quelqu'un pourrait en tomber raide dingue amoureux.

Toi là, oui, toi, l'être merveilleux qui lit mes mots depuis quelques minutes déjà. Tu peux remonter la pente, je le sais, j'y crois dur comme du fer. Tu vas te battre parce que c'est si beau de briller alors que l'obscurité tente de nous engloutir. Tu vas avancer parce que c'est si beau d'atteindre des sommets quand la Souffrance veut nous mettre plus bas que terre.

Et puis si jamais tu n'y arrives vraiment pas, je serai ton Espoir personnifié. Un jour, je toquerai à ta porte, vêtue de mon long manteau arc-en-ciel. On boira un verre ou deux, et moi je te dirai de ne pas abandonner. Je te hurlerai de t'accrocher à tes rêves parce que si on y croit, on peut changer le monde à la lueur de nos sourires. Je te regarderai droit dans les yeux et tu comprendras qu'il est temps d'être heureux, que les larmes ça va bien un moment mais qu'il faut dire stop à tout ce merdier. Je m'en irai, après quelques temps de conversation philosophique, et le soir-même, tu te coucheras, plus vivant que jamais. Et heureux de l'être, par-dessus le marché.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,