3
min

L'épouvantail qui aimait les oiseaux

Image de Lakota

Lakota

3947 lectures

119

Qualifié

A raconter aux enfants, qu'il pleuve, qu'il vente... ou par beau temps !

***

Il était une fois, un brave épouvantail qui refusait de faire peur aux oiseaux. Rien ne l'attendrissait plus que de voir tant de petites boules de plumes picorer et piailler autour de lui.

Jules, le paysan, l'avait dressé au beau milieu de son champ bordé de cerisiers, avec l'espoir qu'il éloignerait les merles, grives et moineaux qui dévastaient ses cultures et se régalaient des fruits bien rouges. Mais c'était plus fort que lui, le gentil épouvantail, avec de bons et grands sourires, accueillait à bras ouverts les oiseaux au milieu des récoltes.
Les mésanges à tête bleue picoraient son chapeau à larges bords, tandis que les rouges-gorges s'installaient sur ses longs bras tendus, comme sur des perchoirs. Les merles s'égosillaient à chanter les louanges de l'épouvantail, et tout ce petit monde aurait pu vivre heureux et dans l'insouciance la plus totale pendant longtemps, si, tout grinçant de jalousie, quelqu'un n'était venu les épier.

C'était Grisou, le chat de la ferme, un matou filou, toujours à l'affût d'un mauvais coup. Il savait que l'épouvantail ne le laisserait pas s'approcher des oiseaux et que le jour n'était pas encore arrivé où il pourrait se régaler de tous ces petits ventres ronds et bien nourris.

Il décida donc de se venger...
« Oui, voilà ce que je vais faire ! Je vais prévenir le paysan qui viendra voir ce qui se passe. Comme il prendra sûrement son fusil, avec un peu de chance, il tuera quelques moineaux. Bien fait pour l'épouvantail, ricanait-il dans ses moustaches. Je vais enfin connaître un vrai festin. Ça me changera de mon ordinaire. »

Et il s'en pourléchait déjà les babines, le museau frémissant de gourmandise...

Aussitôt pensé, aussitôt fait. Grisou fila comme une flèche en direction de la ferme.
Il était six heures, l'heure où le paysan et sa femme menaient les vaches au pâturage, juste après la traite. Le lait tout chaud fumait encore dans les bidons. Le chat hésita quelques secondes... mais non ! Il y avait plus important. Il sauta sur les épaules du paysan et lui envoya quelques miaulements retentissants dans les oreilles.
— Tu deviens fou Grisou, cria le paysan en essayant de se débarrasser du matou qui s'accrochait.
— On dirait qu'il essaye de te dire quelque chose, constata sa femme.
Le chat se laissa tomber à terre et se précipita vers les champs. Au bout de quelques mètres, il s'arrêta un instant, se retourna... Bien, pensa-t-il, le paysan me suit, et il a pris son fusil. Cette fois on va rire. Et il miaula de plaisir.
Il ne fallut guère de temps au paysan pour arriver au « champ des cerisiers ». Juste quelques minutes... Quelques minutes d'insouciance pour la joyeuse petite bande, quelques dernières minutes...

Devant le spectacle qui se déroulait devant ses yeux, il arma son fusil, visa les joyeux compères, et tira plusieurs coup de feu en l'air, du moins c'est ce qu'il essaya de faire. Les arbres, le vent, les gros nuages moutonneux, tout resta suspendu dans un silence stupéfait.
— Un silence de mort, ricana le chat plein d'espoir.

Tous les oiseaux, sans exception, avaient pu se réfugier dans les arbres aux alentours, mais ils étaient terrorisés, se demandant bien ce qui venait de se passer. Plus de vie dans le champ. Spectacle désolant ! Même le paysan semblait consterné. Imaginez plutôt...
L'épouvantail, le gentil épouvantail n'était plus qu'un petit tas de paille dispersée. Il ne restait qu'un bras à peu près entier qui reposait sur le sol tout près du chapeau à larges bords.
— Eh bien ! Tant pis, marmonna le paysan. Tu ne servais quand même pas à grand chose.
Tout bougonnant, il repartit vers la ferme, Grisou sur ses talons qui, complètement dépité, grondait dans ses moustaches :
— Je vais encore rester au régime souris.
Timidement les oiseaux, consternés, malheureux, revinrent en petits vols discrets sur les lieux du crime.
— Qu'est-ce qu'on peut faire", pépièrent-ils en chœur
Alors le vent qui se levait murmura :
— Laissez-moi faire, j'ai une idée.
Il gonfla ses joues et souffla, souffla...

Comme par enchantement, les brins de paille se rassemblèrent. Les moineaux rajoutèrent ça et là un brin, un épi, une tige... Les merles et les grives ajustèrent l'étoffe. Mésanges et rouges-gorges soulevèrent le chapeau à larges bords et...
Oh miracle !
L'épouvantail commença à bouger, remua, se mit debout... et un large sourire fendit son bon visage.

Le paysan assit sur son tracteur, un peu penaud quand même, avait assisté à tout le spectacle.
— Bon sang ! Si je raconte ça on ne me croira jamais, pour sûr. On va encore dire que j'ai bu un coup.
A partir de cet instant, il décida que jamais plus il ne s'interposerait dans cette histoire d'amour entre son épouvantail et les oiseaux du ciel.

PRIX

Image de Eté 2016
119

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Helaine88
Helaine88 · il y a
très joli conte, je vote pour ! Si vous m'y autorisez je l'emprunterais bien pour les contes que je vais offrir samedi pour la fête de notre bibliothèque. Hélaine
·
Image de Lakota
Lakota · il y a
Ce conte m'appartenant et n'étant pas libre de droits, veuillez m'en dire plus je vous prie
·
Image de Helaine88
Helaine88 · il y a
rebonjour. Je fais partie d'une association qui s'occupe depuis cette année de la bibliothèque de mon village. Samedi 29 nous organisons une fête pour faire mieux connaître cette bibliothèque. Parmi les animations je raconterai (bénévolement, bien sûr) des contes et des histoires. Je trouvais le vôtre joli, d'où ma demande. Si ça pose un problème, je ne l'utiliserai pas, ne vous inquiétez pas. J'en écris moi-même et je comprend votre hésitation. Hélaine
·
Image de Lakota
Lakota · il y a
Je comprends votre démarche et je vous remercie pour vos explications. Merci de m'inviter à votre fête où je vous autorise avec plaisir à raconter/lire mon histoire. Je vous souhaite une belle journée de fête pour vous et pour votre association.
·
Image de Helaine88
Helaine88 · il y a
merci beaucoup, je suis sûre que votre histoire plaira beaucoup. Bonne soirée
·
Image de Lakota
Lakota · il y a
Bonne soirée Helaine
·
Image de Evann Sfez
Evann Sfez · il y a
Tu obtient mon vote très belle histoire lakota
·
Image de Merlin28
Merlin28 · il y a
Vilain chat.... il n'a eu que ce qu'il mérite
Un mal pour un bien pour l'épouvantail
Lakota ma balade entre deux mondes au bord de l'eau est en finale et a besoin de votre soutien

·
Image de Chantane
Chantane · il y a
très belle histoire, vous avez mon vote
·
Image de Dominique Alias Suna Descors
Dominique Alias Suna Descors · il y a
Trés belle histoire... j'ai aimé vos petits oiseaux magiciens qui redonnent vie à l'épouvantail. Je la verrais bien en livre pour les enfants + vote
·
Image de Lakota
Lakota · il y a
Merci Dominique
·
Image de Fantomette
Fantomette · il y a
Très mignonne cette histoire, dommage que mes petites filles soient un peu grandes.+1
·
Image de Cookie
Cookie · il y a
Très jolie histoire Lakota ! je vais la raconter à ma petite-fille de 6 ans.
·
Image de Lakota
Lakota · il y a
Merci Cookie, j'en suis ravie, j'espère qu'elle lui plaira ! :)
·
Image de Cookie
Cookie · il y a
j'en suis sûre !
·
Image de Régis Burgaud
Régis Burgaud · il y a
Très belle histoire j adore! Une autre, une autre! Mon vote en attendant.
·
Image de Lakota
Lakota · il y a
Sourire... Merci pour votre enthousiasme ! :)
·
Image de Elvis D-Mo'
Elvis D-Mo' · il y a
Mon fils va aimé
merci☆☆☆☆☆

·
Image de Lakota
Lakota · il y a
Je l'espère ! :) Vous me direz ?
Merci pour votre commentaire

·
Image de DDT888
DDT888 · il y a
Une histoire qui finit bien dans un univers perdu pour les citadins! Le joli paradis que l'on pourrait faire! Bravo pour cette fraîcheur qui sent bon la nature.
·