1
min

L'enfant oublié

Image de Marie Tinet

Marie Tinet

25 lectures

3

J’avais quatorze ans, c’était la guerre.

J’avais quatorze ans, et j’avais sous ma responsabilité un petit garçon.

Je travaillais pour un médecin, j’aimais mon travail, mais les bombes tombaient. Nous avions peur.

Mes parents, loin de moi, ne risquaient pas de me protéger. Nous sommes sortis de la maison, avons traversé la rue pour nous cacher dans une cave. Il ne restait plus que la mère du petit et moi dehors. Elle m’a regardée et m’a dit, inquiète :

— Où est Louis ?

Je me suis tournée vers la maison. Elle a crié par-dessus le bruit assourdissant, les larmes coulant sur ses joues :

— Va le chercher !

Je me suis retournée, j’ai couru sans réfléchir, sans voir les maisons se détruire autour de moi. J’ai ouvert la porte. Le gosse pleurait, seul. Je l’ai pris et j’ai fait marche arrière vers notre refuge. Dehors, c’était l’apocalypse, une poussière épaisse volait dans l’air, étouffante.

Et là, devant moi, j’ai vu la mort. Un Allemand allongé sur le sol, agonisant. J’ai eu mal, très mal. Il m’a suivi du regard, j’ai pas pu m’arrêter. Je ne pouvais pas le ramener à la vie, mais je pouvais encore nous sauver, l’enfant et moi.

Un obus a traversé le ciel, s’écrasant devant mes yeux. Je tremblais, mes jambes avançaient encore. J’ai ouvert la trappe, nous sommes rentrés.

Nous étions sains et saufs, mais dehors c’était la mort.
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fleur de Tregor
Fleur de Tregor · il y a
C'est si cruel la guerre, si injuste !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur