3
min

L'Eiffel de Gustave

Image de Contraste

Contraste

26 lectures

0

Gustave. On ne connaît pas exactement son âge. Peu importe, il est vieux. C'est un vieux. Il a rien fait de fou dans sa vie. Sa femme a son importance dans l'histoire. Les autres, on s'en contre-balance. Il y a un dernier personnage quand même. Vous pouvez l'appeler comme vous voulez. Je vais l'appeler Mont-Blanc pour ma part. C'est un ami de Gustave.

Gustave est à la retraite. Il vit avec sa femme dans une maison dans un quartier dans une région dans un pays dans le monde. Cette femme ? On s'en fiche complet de ce qu'elle fait de ses journées. Autant qu'on s'en fiche de son prénom. Par contre lui c'est important. Gustave, il passe ses journées à lire le journal, à regarder la télé et à traîner sur internet. Il lit l'intégralité du quotidien chaque jour. À la télé, Gustave regarde les JT de France 2 et toutes sortes de reportages sur France Télévision. Sur internet, il suit l'actualité sur son site dédié favori et joue à la belote en ligne avec son ami Mont-Blanc. Une fin de vie passionnante.

Rien à foutre des antécédents de Gustave. Lorsqu'il va chez un marchand de journaux pour se procurer son quotidien, il lui arrive de faire des folies. Un magazine sur l'aviation au XXème siècle, un petit chocolat noir, un ticket de loto... Mais aujourd'hui il dépense plus que d'habitude. Le deuxième morceau de sa tour Eiffel miniature est enfin sorti ! 12,50€.

C'est Mont-Blanc qui lui avait offert le premier morceau. Le premier, celui qui ne coûte qu'un euro. Ils avaient tous les deux vu la publicité à la télé, entre deux fausses vérités de Pujadas. "Une tour Eiffel rien que pour vous ! Construisez-là en ajoutant une partie de l'incontournable monument français chaque semaine ! Le premier numéro à 1€ seulement ! Ne loupez aucun des 72 numéros !" Mont-Blanc avait bien remarqué l'admiration de Gustave pour l'objet. Il avait donc décidé de lui offrir le premier morceau de tour Eiffel miniature pour son anniversaire.

Gustave rentre chez lui guilleret. Pendant toute la semaine, il s'est projeté ce moment où il assemblerait les deux premières parties de sa petite tour Eiffel. Il est heureux le Gustave. Un peu comme quand il est prévu de manger votre plat préféré au prochain repas. Sauf que dans la situation de Gustave, c'est comme si à la place de vous servir le plat préféré que vous attendiez, on vous servait de bons gros excréments bien frais. Oui parce que la femme de Gustave, elle a jeté le premier morceau de tour Eiffel. Elle a vu un petit truc rouillé pourri et elle a décidé de le foutre à la poubelle. Ahahaha ! Une drôlesse la femme du Gustave ! Du coup, ce bougre de con de vieux schnock, il panique. C'était son cadeau d'anniversaire ! Celui de Mont-Blanc !

Une fois calmé, Gustave décide de tuer sa femme. Il enfonce le morceau de ferraille qu'il vient de payer 12,50€ dans le dos de sa bien-aimée. Presque cinquante années de mariage. Ses forces sont décuplés et en retirant la partie de tour Eiffel du corps de Gustavette, il arrache deux vertèbres. Des bruits étranges se font entendre. Du genre "schkrack". Du sang se met à gicler dans tous les sens et Gustave, qui ne supporte pas de voir du sang, dégueule sur sa compagne. Elle, elle beugle. Lui, il la rend aveugle en appuyant de toutes ses forces sur ses yeux. Elle se disait avoir les yeux verts. Pauvre débile. Et lui il disait oui. "Oui, ils sont beaux tes yeux verts". Alors qu'il savait qu'ils étaient marrons dégueux. Elle en a plus des yeux maintenant. Ils ont explosé. Mais elle beugle toujours. Alors il enfonce de nouveau ses 12,50€. Dans le ventre cette fois. Mais il va trop profond. Il a du mal à sortir sa main des entrailles de son épouse. Et comme il a la flemme de chercher un autre moyen de se suicider, il commence à se fracasser le crâne sur le sol. La scène est vraiment immonde. Ils s'aimaient tellement. Ils s'aiment tellement.

Gustave se réveille. "Ouf" pense-t-il, "ce n'était qu'un horrible cauchemar". Mais non gros connard, tu n'as pas rêvé. Tu as bien massacré ta femme et tu resteras dans un coma conscient pendant les trente années qu'il te reste à vivre. Tu pourras te remémorer ta vie de merde toutes les heures. Être frustré à chaque minute. Regretter à chaque seconde. Apprendre que ta Gustavette te trompait avec Mont-Blanc. Faire des réflexions idiotes sur la vie. Désespérer de ta situation. Mais mourir non. Tu ne pourras pas mourir avant d'avoir souffert.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,