2
min

L'autre côté de Diégo

Image de Ratiba Nasri

Ratiba Nasri

237 lectures

165

Diego sortit en courant du magasin, tandis que le bruit assourdissant de l’alarme résonnait dans la nuit. Il monta dans le véhicule volé et prit la direction du sud. Après avoir roulé quelques instants dans la ville endormie, il emprunta le chemin qui conduisait à l’endroit où il avait caché sa moto. Quelques instants plus tard, il retira sa cagoule, changea de vêtements, et glissa le tout dans un sac-poubelle qu’il dissimula dans le coffre de son bolide. Peu après, il enfourcha son engin et regagna la ville de Cannes, située à cent-vingt kilomètres de là. Après s’être débarrassé du sac-poubelle au fond d’un grand conteneur, il rejoignit l’hôtel où il logeait depuis une semaine déjà.
Diego n’avait pas de famille. Il était né sous X et avait été ballotté de foyer d’accueil en foyer d’accueil sans jamais obtenir la stabilité ou le bonheur rêvé. À dix-neuf ans, il avait quitté sa dernière maison pour vivre sa vie, loin des faux-semblants familiaux. Il avait été embauché par un jardinier-paysagiste à qui il louait une chambre. Au bout de six mois, le jeune homme comprit que ce n’était pas avec son maigre salaire qu’il allait s’en sortir. Il commença à braquer des magasins et des stations-service. Il utilisait une fausse arme, des accessoires de déguisement et changeait souvent de ville et de mode opératoire. En un an, il avait réussi à s’acheter une moto d’occasion et à épargner cinq mille euros.
La veille, il avait rencontré une vieille femme qui recherchait un jardinier. Elle possédait une magnifique villa avec piscine sur les hauteurs de Cannes. Il pourrait peut-être s’attirer ses bonnes grâces et lui dérober une belle somme d’argent avant de disparaître dans la nature.
Le lendemain matin, il se présenta chez sa nouvelle employeuse. Après un entretien de quelques minutes, Mme Langlois lui fit faire le tour du jardin et lui indiqua ce qu’elle souhaitait. Diego travailla toute la matinée : il tondit la pelouse, s’occupa des fleurs et des mauvaises herbes qui avaient envahi la propriété.
À dix heures, la vieille femme lui offrit un café avec quelques muffins maison, et ils discutèrent quelques minutes. Elle était veuve et avait perdu son fils unique dans un terrible accident de voiture, deux ans plus tôt. Des larmes de tristesse brillaient dans ses yeux, tandis qu’elle parlait. Diego, ému malgré lui, prit sa main pour lui apporter un peu de réconfort.
Quelques jours plus tard, elle insista pour le retenir à déjeuner, et Diego lui confia qu’il était orphelin. Voyant la tristesse se peindre sur le visage de son interlocutrice, il s’empressa de changer de sujet. Il n’avait pas l’habitude de s’épancher sur sa vie et s’en voulait de tout déballer à une étrangère.
Grâce aux efforts de Diego, le jardin de Mme Langlois devenait de plus en plus beau, et celle-ci ne cessait de remercier le jeune homme pour son travail. Ils s’étaient rendus ensemble dans un magasin spécialisé et avaient choisi de concert de nouvelles variétés d’arbres et de fleurs.
Mme Langlois, qui avait cessé de prendre soin de son jardin depuis la mort de son fils adoré, reprenait goût à la vie grâce à Diego. Quant au jeune homme, il trouvait auprès de la vieille dame le cocon familial qu’il n’avait jamais connu. Elle lui préparait de délicieux repas, l’avait recommandé à des amis désireux de trouver un bon jardinier, et lui avait proposé de loger gratuitement dans le petit studio accolé à la villa. Pour la remercier, Diego avait fait des petites réparations dans la maison. Il prit l’initiative de restaurer une vieille table de jardin avec ses chaises. Finement ouvragé, l’ensemble apportait un cachet supplémentaire au jardin qui avait retrouvé sa beauté antérieure.
Il était resté plusieurs fois seul dans la maison ouverte et il n’avait jamais tenté de dérober quoi que ce soit. Il en était incapable. Pas après avoir tant reçu d’elle !
Quelques mois plus tard, Diego se mit à son compte en tant que jardinier paysagiste. Il regrettait son passé de braqueur et fit des dons à des associations caritatives afin de se racheter.
Il avait une grande affection pour Mme Langlois qu’il considérait comme sa grand-mère. Elle l’avait fait passer de l’autre côté de la barrière. Là où la vie est meilleure et où on obtient les choses que l’on souhaite sans tricher !

PRIX

Image de 5ème édition

Thèmes

Image de Très très courts
165

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mireille.bosq
Mireille.bosq · il y a
un peu trop moral quand même non? Moi je croyais qu'il allait l’assassiner après qu'elle l'aurait couché sur son testament...
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Oui, c'est trop moral. C'est un vieux texte (pas le meilleur) que je retraivaillerai à l'occasion. Merci Mireille pour votre lecture !
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Le bon génère du bon...mais, le passé reste le passé....
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
C'est vrai ! Mais j'aime penser qu'une deuxième chance est possible :-)
Joyeuses fêtes Lange !

·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Bonnes fêtes à vous également....
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Merci :-)
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Le pire n’est pas toujours sûr, la preuve ! Parfois petit à petit un regard bienveillant peut reconstruire une vie « de l’autre côté » !
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Oui, c’est beau de penser qu’il reste encore de l’espoir :-) Merci Fred de m’avoir lue. À bientôt !
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Un joli conte qui bat en brèche tout déterminisme systématique ou quelque chose dans ces zola.
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Merci Guy pour ce beau retour. Au plaisir de vous lire !
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Je suis d'accord Ratiba, il suffit d'un événement, d'une rencontre pour changer son destin. Bravo. Au plaisir de vous lire.
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Merci Serge pour ce gentil retour. Oui, c’est beau de penser que l’on peut changer dans le bon sens du terme. À bientôt !
·
Image de Jacqueline Milhaud
Jacqueline Milhaud · il y a
Belle morale ...bon exemple ! Bravô
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Merci Jacqueline. A bientôt !
·
Image de Nualmel
Nualmel · il y a
Petit conte pour donner de l'espoir. Pas sûre que dans la vraie vie cela soit si simple, mais un peu d'optimisme cela fait du bien.
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Merci pour votre passage. Oui, l'optimisme c'est beau et il faut y croire ;-) Au plaisir de vous lire !
·
Image de Nualmel
Nualmel · il y a
Merci de votre lecture sur ma page ! Votre univers est plus doux. Ouf !
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Avec plaisir ! Oui, mais j’ai également des nouvelles sur ma page un peu plus trash comme ‘En retard’ et ‘Dounia’. Ca dépend de mon humeur du jour ;-) Bravo encore pour votre nouvelle que j’ai beaucoup apprécié. Au plaisir !
·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Conte de fée revient souvent... à raison, mais un peu de réconfort dans un monde de doutes permanents, c'est à prendre et pas à laisser. Mon vote
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Merci pour ce commentaire sympa. Oui les belles histoires mettent du baume au cœur, surtout en ce moment avec les guerres meurtrières et toutes les tragédies humaines... A bientôt sur votre page !
·
Image de Stéphane Sogsine
Stéphane Sogsine · il y a
Je partage l'avis de Marie. C'Est un bien joli conte de fée
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Merci beaucoup.
·
Image de Marie
Marie · il y a
Presque un joli conte de fée mais il faut de l’optimisme dans ce monde.
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Merci Marie, pour votre lecture. L'optimisme c'est beau ;-) Au plaisir !
·