L’Arlequin du Limousin

il y a
2 min
929
lectures
678
Finaliste
Sélection Public

Il est grand temps de rallumer les étoiles. G. Apollinaire  [+]

Image de Été 2018
Lorsque la foule pénétra la rame du métro, une odeur d’étable et de foin emplit brutalement nos narines. Nous nous rendions au théâtre du Vieux Colombier, douce soirée culturelle qui débutait généralement (et devait se terminer) par un transport en métro, la circulation automobile et intra-muros étant quasiment interdite par la mairie de Paris. La foule bruyante et pénétrante se décomposa rapidement en personnages, la troupe s’installa autour de nous et joua spontanément une petite pièce. Derrière nous le chœur des garçons, la blague facile, la plaisanterie salace, le cœur sur la main. Sur le siège, face à nous le chœur des filles, rieuses, énamourées, excitées d’avoir inhalé toute la journée l’odeur des bestiaux exposés au hall 4 du salon de l’agriculture.

Loraine se tenait un peu à l’écart, elle souriait aux anges, consultait fébrilement son smartphone pour prendre des nouvelles de ses amis, connaître la suite de la soirée, la météo du lendemain et tout le toutim. Loraine souriait lorsqu’une sorte d’Arlequin s’approcha. Un beau jeune homme barbu (comme tous les jeunes hommes du moment), l’œil pétillant, un brin titubant dans l’allée centrale lorsque la rame de métro quitta la station Porte de Versailles.

Arlequin était venu du Limousin pour visiter le salon de l’agriculture avec ses amis. Sans doute lassés de voir les vaches, les moutons et autres cochons d’élevage, Arlequin et ses amis s’étaient quelque peu attardés dans l’allée des vins, des bières et autres boissons de notre terroir (ils ne goûtèrent guère le jus de pomme). En riant de bon cœur, Arlequin du Limousin expliqua avoir déniché un stand de producteurs de rhum venus des îles dont les produits nous valaient cette bonne humeur ambiante.

Loraine riait de voir ce garçon allumé lui tenir à peu près ce langage :
— Mademoiselle, je suis venu de province pour vous rencontrer. Je vois que vous aimez les paysans. Acceptez que je sois votre serf et que je puisse cultiver votre jardin.
La belle avait du rouge aux lèvres et lui répliqua :
— Ecoutez Arlequin, nous n’avons pas gardé les chèvres ensemble, il semble que vous allez un peu vite en besogne,
— Ah les chèvres, vous avez raison, il n’y en a pas dans ma région. Le Limousin est une terre réputée pour sa race bovine. Elles sont de couleur marron comme vos yeux et avec des lèvres roses comme les vôtres.
Le chœur des garçons riait de cette joute et invectivait le chœur des filles. La pièce devenait interactive (c’est très en vogue au sein des collectifs de théâtre). Limousin nous demanda si nous n’étions pas importunés par cette scène et le rire un peu fort de ses amis. Nous devions le rassurer de toute gêne et l’encouragions à poursuivre la comédie.
— Mademoiselle, que puis-je faire pour vous séduire et attirer durablement votre attention ? Il me semble que vous ne me prenez pas au sérieux.
— Peut-être pourriez-vous esquisser un pas, une danse de votre Limousin natal ?
— J’aimerais tant vous satisfaire mais la place me manque et je ne voudrais pas bousculer les honorables voyageurs de cette rame. Voulez-vous que je chante ? J’ai le gosier bien dégagé.
— Ecoutez Arlequin, je n’ai pas l’oreille très patiente et je crains que tout l’alcool ingéré ne ressorte de votre gosier.
Le chœur des filles riait de cette belle répartie. Nous étions ravis par le jeu, nous nous surprîmes à applaudir à tout rompre.

Arlequin, épuisé, s’assit par terre au pied du siège tenu par Loraine qui en profita pour se recoiffer. Le rideau se baissa quelque peu, les portes s’ouvrirent, Sèvres-Babylone nous devions descendre pour rejoindre le théâtre. La pièce qui se jouait ce soir-là parlait de la maladie et de la mort, de l’attente rongée par l’ennui d’une famille éplorée. La pièce qui se jouait ce soir-là plus poétique, plus littéraire, n’eut, je dois l’avouer, pas la même saveur que le marivaudage improvisé dans le métro parisien à la sortie du salon de l’agriculture.

678
678

Un petit mot pour l'auteur ? 233 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
J'ai pris plaisir à vous relire, sans vouloir vous obliger, je vous propose une nouvelle en finale du GP automne. Merci
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/a-chacun-sa-justice

Image de Potter
Potter · il y a
Très bien : ma voix !!!!!
N'hésite pas à venir jeter un coup d’œil à mon dessin finaliste : https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/poudlard-3?all-comments=1&update_notif=1533195954#fos_comment_2874290

Image de Emerillon
Emerillon · il y a
Bien enlevés les dialogues.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Bravo, je renouvelle mes votes pour ces scènes au goût champêtre en plein Paris !
Image de Alain d'Issy
Alain d'Issy · il y a
Merci beaucoup Fred - belle journée
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Très chouette ! Le théâtre de la vie et du coeur vaut infiniment plus que le théâtre cadencé et brocardé :)
Merci pour ce texte, Alain !
Dans un autre contexte, mon très très court "Gu'Air de Sang" est actuellement en finale du Prix Court et Noir ! Si tu le souhaites, n'hésite pas à aller le lire et le commenter, j'en serai ravi :)
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/gu-air-de-sang

Image de Alain d'Issy
Alain d'Issy · il y a
Merci beaucoup Aurélien
Image de Hector
Hector · il y a
Vivant, vrai, fugace. J'aime.
Image de Alain d'Issy
Alain d'Issy · il y a
Merci Hector
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Belle finale à vous !
Image de Alain d'Issy
Alain d'Issy · il y a
Merci beaucoup
Image de Lili Caudéran
Lili Caudéran · il y a
Un joli moment de vie... La vraie tout simplement.
Image de Alain d'Issy
Alain d'Issy · il y a
Merci Mamounette
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Mes votes à nouveau Alain. Bonne finale
Image de Alain d'Issy
Alain d'Issy · il y a
Merci beaucoup Isabelle
Image de Elsa Morienval
Elsa Morienval · il y a
Humour, originalité et poésie se mêlent ! Bravo !
Image de Alain d'Issy
Alain d'Issy · il y a
Merci Elsa

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La pêche au vif

Noël Sem

Je vous recommande chaudement cette activité si vous trouvez que les poissons ont bien mérité de souffrir quelques heures avant de rendre leur petite âme à Poséidon.
Vous ne connaissez... [+]