3
min

L’anti-chambre des secrets

164 lectures

63

Bonjour, dit la coccinelle au soleil en comptant ses points sur le dos, alors, quelle année ais-je, un, deux, trois, quatre, donc huit, ou neuf ! comment les compter ses points noirs sur mon dos rouge carmin, elle se levait difficilement, et comptait, ses grains de beauté, Soudain, elle vit qu’elle ne reconnaissait pas le lieu, d’abords, le journal ne se trouvait pas à la porte de sa chambre, les fleurs ne sentaient pas la même odeur, et puis ce chêne qui manquait au tableau, cependant, elle venait d'entrer dans un univers merveilleux, l’anti-chambre des secrets.

L’hiver, venait de naître, et cette vieille fille regardait le ciel qui manquait pas d’étoiles, elle se se dit que l’univers était merveilleux, fini les malheureux, vive la lune et les 'star-up" qui brillent dans ce ciel, aurore boréale, vert curieux. Où suis-je tiens ? Il neige de la pluie poussière dorée, de l’or de l’argent du zinc et du cuivre, des météorites tombaient, sans se soucier de la famille d’à côté, les fourmis...

Que se passait-il se dit-elle ?

Elle ne comprenait plus la tendresse du matin, et la nuit envahissait le chemin de l’école de la vie, ce buisson orange ardent, aux couleurs fleuves. Une rivière d’or, non, je me trompe, l'eau dors tel un aber de mer d'Iroise. L'insecte avait perdu sa routine, elle se levait pas la tête à l’ouest, mais au nord, cherchait la grande, la petite Ourse, que sais-je moi qui ne suis pas une coccinelle, on m'a conté cette histoire, en buvant, un café, mentait-il ? Non ?

Suzanne fit sa toilette, un peu de dentifrice a la gariguette, une fraise, des bois, d'une contrée d’un pays des légendes, dans ce pays les gens par le granit sont fous ainsi le Lézard qui par hasard passait par là avait grandi d’une taille, et dérivait dans son regard au dessus des nuages, les Korrigans, de son grand-père Roger, existe, se dit la coccinelle, et puis non, que se passe-t-il ? je ne comprends pas ? Le ciel, est rose jambon de parme, certains auraient rajouté du parmesan dessus. Là, non, dans l’anti-chambre des secrets, Suzanne comprenait que la paix y régnait, en reine. se sentant étrangère au décors, la petite folle, prit une décision, poser son nez dehors sa casbah, prendre son caba, ce sac, hors sujet et alla sans , bailler, sans ailler à l'abordage, et sans mot dire en agitant ses bras taillées pour voler des citrons.ailes dures comme de la Terre se trouvaient trop collées sur le côté, alors, Suzanne marcha vers le fond de la pièce, pas pour y trouver un trésor, le trésor elle l’avait déjà perdu c’est l’enfance ! Le trésor, pourquoi ? Car c’est la période de l’éveille de la conscience, tout autour est merveille. Là, elle revit une lumière, sombre de son ombre et joua a se poser sur son dos, voulant se faire une amie sans couleur, noir sans point blanc.

Daltonienne, aujourd’hui, ben pas seulement les odeurs avaient aussi changé alors Suzanne suivit son instinct, je vais profiter de l’instant, la vie est courte alors, je vais me promener, et voir ce pays nouveau à l’odeur de barbe a papa, aux fleurs guimauve, tout semblait sucrerie, la canne à sucre, remplaçait les bambous, mais qu’avait fait, Père, le grand tout, en ce matin ordinaire, la coccinelle avait sa routine, ses habitudes, elle aimait, un peu narcisse, tel la fleur des lacs, voir son miroir,la source aux nénuphars phare de l'espace, une ombre se promenait sur un lac d'or dure qui aurait pu ressembler a un cauchemar, or Suzanne se dit ; “ en avant Simone !” et prit son courage a ses pattes bien propre, et partie survoler les questions ?

Tout d’abord le soleil et la lune avaient rendez-vous, alors la lumière ultra-violette était infra-rouge, ce qui métamorphosent le paysage, la sagesse de Suzanne guidait par son grand âge, la vie volait au dessus de tout, mais pas de la cime des arbres, une hauteur de balcon, et puis la coccinelle sentait le froid, de l’Est, en un mot elle avait perdu, paumée, la boussole, et cherchait un parking pour se reposer, simplement la soif lui fit penser au lac. Le ventre vide, rien sur son chemin, sa route semblait vraie, telles trait d'union des marins, leurs cartes bleues. Pourquoi les camélias, les hortensias, étaient gris suaves, et teintés ? de ce rouge pas sang, mais sentinelle de la bonne circulation des vaisseaux sanguins, ce globules blanc et rouge et son cortex battait le chamade. Alors, elle mit sa paire, de lunettes, ses yeux car, la marre approchait, et curieusement, tout était bleu translucide, un bleu de Klein où un peintre se serait permis de le refroidir par, une touche de peinture gris chaire, cela elle ne pouvait le savoir, Était-ce un signe de l’au delà, et puis le bruit de l’eau qui coure sur les rochers avaient disparu. Oui, ce jour était pas normal car plus de bruit, aucun bruissement, le vent atone, totalement absent, et la mare avait disparu car les grenouilles ne chantaient pas, ce sont des cigales dans ses vieux souvenirs, ceux de... Hier, car les enfants, il faut savoir que le temps est un caprice du ciel, de l’au-delà, la seul chose c’est se distraire comme on peut et éviter l’ennuie, la mort des vivants, ce n'est pas les cieux, ce sont nos yeux qui ouvrent la cervelle ballade, notre chant a nous votre voix, intérieur, mais être fatigué, si fatigué de la vie, que l’on va dans le monde réel de l’absurde, l’ Ennuie ! Enfant du monde, de l’univers, soyez uni et vert aimez-vous au lieu d’être jaloux, et avancez comme Suzanne a tâtons dans ce miroir un lac, gelé, par le vent d’un anti-cyclown, bien froid, qui s'installe pour le première fois dans son univers, sa maison de campagne et les cent mètres que la coccinelle connaissait par cœur, car du cœur cette dame, sans âge en avait à revendre, une expression douloureuse, car un cœur ce n’est pas une valeur marchande, un codeur se bat, se bat pour l'odeur, ou pas, et c’est vitale, comme une carte verte, soyez respectueux de la Nature, la majuscule, Dame Nature ! Notre ombre sans aucun doute respire...

Prix

Image de 2018

Theme

Image de Jeunesse
63

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Café gourmand
Café gourmand · il y a
Je glisse tout de suite dans un local hyper lumineux, baigné dans la rivière d'or pétillante (demoiselle Vranken Grande cuvée et autres délices complémentaires ( tous les moyens sont bons pour se rafraîchir en ce temps de chaleur), puis un bon café frappé pour terminer en beauté.
Cadeau de la maison à l'adresse suivante: https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/si-jetais-toit

·
Image de Jean-François Joubert
Jean-François Joubert · il y a
Sous injection d'anti-psychotique, pardonnez le fait que je ne peux lire car j'arrive doucement mais surement mais les cinquantième hurlant, un peu en avance, dispersion, bon sommeille, et re-baignade avec la canicule de Bretagne, je me connecterais plus le soir car je vais tenter d'être un flux d'eau salé, pas une lumière en clinque, une fois encore mille pardon de ne plus pouvoir lire
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
De belles images pour cet hymne à la vie ! Mes voix ! Une invitation à venir découvrir “Didi et Titi “ qui est en lice pour le Prix Faites Sourire ! Merci d’avance !
·
Image de Jean-François Joubert
Jean-François Joubert · il y a
Keith j''aime vos écrits mais je ne peux lire voir le post ci-dessus
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
De belles images pour cet hymne à la vie ! Mes voix ! Une invitation à venir découvrir “Didi et Titi “ qui est en lice pour le Prix Faites Sourire ! Merci d’avance ! https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/didi-et-titi
·
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Un joli texte, très foisonnant et imagé, mais qui prend le risque à mon sens de décrocher l'attention d'un 8-12ans ^^
J'ai passé un beau moment de lecture à me promener dans cette nature onirique :)
Merci, Jean-François !
J'ai également écrit une nouvelle dans la catégorie "jeunesse" (Les Pirates du Ciel Azur) et une autre dans la catégorie "grands enfants" (Le Ballon Pirate !). Si tu le souhaites, n'hésite pas à voguer en ces mots inconnus, en espérant que tu y fasses beau voyage :D
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-pirates-du-ciel-azur
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-ballon-pirate

·
Image de Jean-François Joubert
Jean-François Joubert · il y a
Bonjour, je le souhaite vivement je vais le lire dès que possible, merci du passage et commentaire
·
Image de Flore
Flore · il y a
Je dirais comme Polotol, un conte surréaliste, pour moi, en pensant qui frôle quelquefois le réel, et la coccinelle... Mes voix.
·
Image de Jean-François Joubert
Jean-François Joubert · il y a
Merci, pour ce côté surréaliste assumé comme j'aime que ma chère p'tite coccinelle soit aimer (un large sourire)
·
Image de Polotol
Image de Jean-François Joubert
Jean-François Joubert · il y a
j'ignore totalement ce qui se cache sous ce mot de surréalisme, ce doit être mon côté a ne pas trop bien comprendre le réel
·
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
C'est foisonnant et joli :)
·
Image de Jean-François Joubert
Jean-François Joubert · il y a
joli compliment, j'aime ce texte et cette coccinelle cela doit se ressentir
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Il faut savoir renaître . Beau texte plein de fougue !
·
Image de Jean-François Joubert
Jean-François Joubert · il y a
j'ai des idées pour une suite a ce texte plein de folie pour cette coccinelle, merci de votre passage et commentaire
·
Image de Jocelyn Danga
Jocelyn Danga · il y a
J'aime c'est ode à l'existence, cet appel à la vie, c'est important de sentir et de capter le moment présent. de décharger le coeur de tous ces sentiments encombrants et d'aimer la vie ou d'aimer tout simplement. Mais aussi d'aimer la nature. Merci Jeff ! C'était un bon moment de lecture. Je suis ton plus grand fane, ne l'oubli surtout pas !
·
Image de Jean-François Joubert
Jean-François Joubert · il y a
Jocelyn ne sois un un fan, soit toi un être doué d'une plume nourricière la Terre et des fourmis, si on réfléchie un peu ensemble, on est des êtres qui pourrions être une société de fourmis puisque le thriller de monsieur Werber le démontre, soit toi jocelyn écrit et notre duo c'est un cadeau des yeux des cieux
·
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
Où comment vous nous faites apparaître la nature sous un jour nouveau....presque irréel. Joli texte. Quelques coquilles à corriger. J ai aimé ce texte. Mes voix pour vous.
Sans aucune obligation vous pouvez si vous ne les avez pas tous lus découvrir mes trois textes en compétition en utilisant les trois liens ci-dessous :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-peril-vert
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-ridicule-ne-tue-plus-nouvelle-humoristique
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/au-dela-de-la-foi
Tres amicalement.

·
Image de Jean-François Joubert
Jean-François Joubert · il y a
spécialiste des "coquillages" depuis mon plus jeune âge, je m'excuse pour les puristes de ma faiblesse naturelle en gramaire et orthographe, cependant, j'admire les personnes qui lisent entre ses lignes et y trouve la Nature un peu folle de mon esprit jeunesse, j'écris toujours en souriant cela s'entend, ne s'écoute pas cela est un artifice de "voileux" Amicalement, je file voir vos textes
·