2
min

L'Amour et le Mal

Image de Kimberley Poète

Kimberley Poète

3 lectures

0

En lisant ce récit, je vous demande de ne pas compter ma jeunesse (14 ans).

J ai vu la haine, la guerre et le chao, pour moi rien ne changera ce monde.

Un jour, en sortant des camps de concentration d Auschwitz , je faisait ma prière pour ne pas finir comme mes confrères, à pleurer a la mort de mes fils.
Plusieurs de mes proches manquaient a l appel, mais pourquoi monde cruel me les a t ils enlevé.
Je vous écrit en honneur et en hommage a eux, qui se sont battus et qui ont tant prier pour ne pas mourir. Moi, je suis un mythe, la solitude incarner, personne ne veut de moi. Pour moi, je devais quitter se monde pour en retrouver un autre mais pour les gens et mes proche qui sont mort, si je meurs, eux se seront sacrifier pour rien.

Comment refaire notre vie après ce désastre, les camps de concentration nous achève tous tôt ou tard. Moi par exemple j ai vécu la guerre, j ai toujours eu confiance en moi, même devant l adversité. Certain diront que j était allemand et que moi aussi il fallait me tuer.

Deux jour après ma sortie,
Je ne pouvais me promener dans la rue sans avoir peur ou sans me rappeler des cris strident des gens qui se faisait arrêter.
"Oui je suis juive et si vous êtes contre et bien achever moi, vous êtes sans coeur, sans âme !!!"Criais je dans la rue de Nuremberg.

Je vais véritablement vous expliquer d où provient ma rage contre les nazis.
J étais dans la ville de Nuremberg, quand tout a commencer.

On se promenait en famille, dans la soirée, lorsque mon mari aperçut la guestapo, il me dit subitement:"Protéger moi il y a mes collègue de travail!".
Tout d un coup, dans ma tête j eu un declique,"mon mari travail avec la guestapo, cela représente un danger pour mes enfants!" mon fils aîné,, me posa une question a laquelle je ne pouvait absolument pas répondre, il me dit:"Il sont gentil ou méchant les collègue de papa?" Puis nous rentrons dans le silence le plus calme possible.

Un ans plus tard, le général des soldats mort aux combat, vient me voir est nous discutons:

-"Nous venons chercher Jean-Marie Loiret, madame, madame. me dit t il.

-Qui est Jean marie Loiret,je ne connaît pas cette personne. Au revoir. Lui répondit je.

Alors que je tentait de fermer la porte,le chef m en empêcha, en mettant son pied devant

-Sergent 97382, de la brigade des mineurs juifs! Déclara t il.

Alors qu'au même moment mon mari sortit du salon, et en chuchotant:"calmer vous général , vous aller ameuté tous le quartier!". Puis il s en alla avec le général.

Le lendemain, la guestapo nous déportait au camps de déportation, les garde nazis nous faisait embarquer dans les wagon a bestiaux.
Je commençais a me poser de plus en plus de questions sur mon mari ( Jean marie Loiret)
En arrivant a Auschwitz je croisait mon mari habiller avec l uniforme nazis.
Il me dit en passant:"Désoler pour les enfants,je travail ici et je suis le fils cacher d Hitler!"Mon marie était le fils d Hitler,l homme qui fait tout pour nous éliminer et mon mari travail a ses cotés.

Je savait que j allait être séparer de mes enfants et que j allait mourir et mes enfants il allaient mourir.

Tous les jour, je priais pour eux, je pleurais toute l eau de mon corps en pensant a eux.
J aurai préférer échanger ma place avec celle de mes enfants, je voudrai qu'il soit encore en vie et moi dans le monde obscure(morte).
Mais un jour un vieillard me dit:" Si tu voit une pierre sur ta route, ramasse là et construit toi le chemin qui mène au paradis. Sache que l on a qu'une vie.

Maintenant je n ai plus rien, je n ai plus d enfants, plus d amis et encore plus de souffrance.

Les camps de concentration on dévaster nos esprits, nos familles et notre bonheur.
Mais bat toi pour que cela ne n arrive pas au monde maintenant, car on a tout pour êtres heureux.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,