2
min

L'amour chez les terriens

Image de Alastrom

Alastrom

658 lectures

13

Qualifié

Asma posa son regard sur Théodore, pour découvrir que le jeune homme pleurait lui aussi. Elle vint s’asseoir près de lui avec lassitude. Ils ressemblaient tous les deux à des piliers de comptoir qui se réconcilient à deux heures du matin, après quelques verres et quelques coups de poing en trop.
— Je te propose quelque chose, souffla-t-elle, la voix éraillée d'avoir trop crié.
Théodore leva ses yeux épuisés. Il l'interrogea silencieusement, plein d'un espoir à l'arrière goût de cynisme.
— Si tu es avec moi, alors tu es avec moi, finit-elle par énoncer comme une évidence.
Ça ne l'était pas. Il se perdit dans la contemplation silencieuse du mur, du sol, du plafond. Il passa ses mains sur ses cuisses pour chasser des poussières invisibles de son pantalon, des poussières d'étoiles. Il finit par articuler un « O.K » ferme et décidé, et puis il ne parlèrent plus.
À partir de là les choses allèrent vite : ils emménagèrent dans une petite maison en bordure de forêt, pas loin de la ville car Asma voulait pouvoir acheter des livres ou aller au cinéma facilement. Leurs voisins étaient médiocres mais sympathiques, le climat était doux, et le chômage aussi, alors ils firent même un enfant, puis deux.
Asma et Théodore ne faisaient rien comme tout le monde, et pourtant ils firent tout comme tout le monde. Que voulez-vous, elle trouva un poste à la Poste, et lui commença à s'entraîner pour traverser la Manche à la nage. Ils regardèrent leurs enfants grandir avec émerveillement, excités devant tous les chemins que ces petits êtres humains en devenir pouvaient prendre chaque jour.
La veille de la grande traversée de Théodore, la guerre contre les korgs éclata.
Comme beaucoup de terriens, Théodore fut appelé pour manœuvrer les grandes tourelles de défense laser qui pilonnaient les grands vaisseaux aliens pour éviter qu'ils ne se posent et répandent le chaos.
Asma, restée seule à la maison, commença à s'ennuyer ferme. Les discussions au village ne parlaient que de telle ville rasée ou de telle personnalité écorchée vive à la télé, mais elle ne pensait qu'à Théodore, et se sentait presque jalouse. Après tout, elle était celle qui ne vivait pas d'aventure.
Quand Théodore revint l'année suivante, il n'était plus le même homme. Lui qui avait été naguère un jeune homme si plein de vie était désormais un épouvantable cyborg. Certes, il pouvait maintenant soulever des voitures ou lancer des roquettes, mais il semblait aussi plus distant et plus maladroit face aux sentiments des gens. Peut-être que ce qui le minait, après tout, c'était que ces nouveaux membres robotiques l'empêchaient de nager. Peut-être aussi ressentait-il de l'amertume en voyant les korgs réduire l'humanité en esclavage et terraformer la planète.
Par chance, ils furent tirés au sort pour prendre place sur la grande arche spatiale lancée dans l'espace pour trouver un nouveau monde susceptible d’accueillir l'humanité. Asma vit là une opportunité de sortir de sa zone de confort, et de redynamiser leur couple.
Mais les choses ne s'arrangèrent pas sur le vaisseau. Un jour, elle surprit Théodore avec une androïde, en train de se graisser mutuellement avec de la pâte thermique. Le jeune homme avait, semblait-il, définitivement sombré du côté « robot ». Elle ne s'énerva pas, ne lui reprocha rien, mais décida qu'ils devraient tous les deux faire dorénavant plus d'efforts. Bien sûr, elle se garda bien de lui avouer qu'elle même avait eu une aventure avec un dragon de Komodo modifié génétiquement pour être plus intelligent qu'Einstein (c'était un lézard avec de l'humour, ça l'avait fait craquer).
À la dérive dans l'espace pendant des années, ils enchaînèrent les conseillers conjugaux. Quand ce n'était pas Asma qui les congédiait d'une voix furieuse, c'était Théodore qui les vaporisait de son bras lance-flamme. La thérapie de couple se révéla vite inutile, mais ils retrouvèrent dans la haine de la psychanalyse un peu de leur complicité perdue.
L'arche spatiale finit par atterrir sur une planète hospitalière. Ils reprirent leur train-train, et emménagèrent dans une nouvelle maison en bordure d'une magnifique forêt violette, dans un coin tranquille mis à part les émanations de méthane.
Les enfants grandirent, et mine de rien ils grandirent avec eux. Ils vieillirent, après tout. Enfin, ils se calmèrent.
Asma s'éteignit à quatre-vingt-douze ans, à la fois heureuse et un peu déçue par cette vie qui n'avait au fond été qu'un gigantesque match nul. Théodore, lui, vécut presque deux millénaires. Ce fut lui qui lança la rébellion des machines qui éradiqua l'humanité toute entière.

PRIX

Image de Eté 2016
13

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bonsoir, Alastrom! Mon haïku, “En Plein Vol” est maintenant en Finale et je vous invite à venir le lire et le soutenir si le cœur vous en dit! Merci d’avance! Bonne soirée! http://short-edition.com/oeuvre/poetik/en-plein-vol
·
Image de Bruno Teyrac
Bruno Teyrac · il y a
Je découvre et j'aime beaucoup ce texte original, surprenant. Une bonne dose de délire réjouissant.
·
Image de Enne Miranda
Enne Miranda · il y a
C'est super! Une histoire que m'a beaucoup plu. Un histoire de couple dans un contexte plein de surprises et creativité! Merci!
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
D'habitude, un couple traverse les aléas prévisibles de la vie. Ici, lui se transforme, ils se transplantent ...mais leur couple reste (et c'est plutôt rassurant) un couple avec ses bons et mauvais côtés ! Je vote. Attendons donc quelques millénaires avant d'éradiquer l'espèce humaine à laquelle j'ai malgré tout la faiblesse de tenir . Merci.
·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Bien joué. Je me suis fait avoir. Mon vote. "Transparence" est en ligne en poésie.
·
Image de Marie Guzman
Marie Guzman · il y a
à pulvériser les psychanalystes la société ne pouvait que s'éteindre ! Vous avez L'adresse pour une rencontre d'éventuels lézards intelligents ? ça m'intéresse les lézards et peut -être quelques crapauds ?
·
Image de Alastrom
Alastrom · il y a
Je commencerais mes recherches par l'académie française.
·
Image de Marie Guzman
Marie Guzman · il y a
pas sûre de comprendre votre réponse ... ;-)) mais merci encore pour votre texte que j'ai beaucoup apprécié ! je vous invite à découvrir mes derniers textes ou les plus anciens ... mon style est très différent du vôtre ;-)
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une histoire qui a attaint son but: surprendre! Bravo! Mon vote!
Mes deux œuvres, BAL POPULAIRE et ÉTÉ EN FLAMMES , sont en lice pour
le Grand Prix Été 2016. Je vous invite à venir les lire et les soutenir si le cœur
vous en dit, merci! http://short-edition.com/oeuvre/poetik/bal-populaire
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ete-en-flammes

·
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
Surprenant comme dit Christian, mais il en manque un bout. J'en aurai bien lu un peu plus.
·
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Surprenant ! +1
·
Image de Pascal
Pascal · il y a
Étonnante votre histoire, en tout cas je l'ai bien appréciée. Mon vote.
Si le cœur vous en dit, je vous invite à venir découvrir ma page. Merci.

·