L’amnésie d’une fatalité

il y a
1 min
53
lectures
22
Qualifié
Image de 2020
Image de Très très courts
Six lettres maudites tatoué sur ma peau, tourmentent mes nuits, usent mes jours, et dansent la pantomime macabre de la souffrance mise a nue. Il m'a dit, l'homme en blanc. Un an ou deux tout au plus, et puis...
Le jour d’après, quand l’amnésie d’une fatalité nonchalante à dans la pénombre d’une illusion troublé, tracé l’apparence étrange d’une enluminure raturée.
Dans le halo incertain de ce petit matin muet, je l’ai vu appliquer son sceau à la cire rougeoyante, sur l’ombre insolite d’une empreinte jaunis par le temps.
En griffonnant sur le parchemin d’un futur inexploré, la réminiscence offerte à un monde oublié, l’empreinte de cette image, de cette impression fanée, abandonnée sur les chemins tortueux du passé, se reflètera longtemps dans la pénombre menaçante, de ces longues nuits aux heures oppressantes, qui ont dessiné sur ma vie des blessures tourmentés, des colères vaines et des exutoires désignés.
Toutes ces balafres incandescentes, ces silences sans amour, ont étouffé l’espoir de lendemains different pour toujours.
Cancer du sein, comme une ombre vorace qui me dévore de l'intérieur.
Le temps est assassin quand le mal nous brûle, au coeur des nimbes incertains d’un monde funambule.
22

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,