L’alter ego du disciple.

il y a
2 min
5
lectures
0

Moi c'est Guillaume et j'ai 20 ans ! J'écris parce que l'homme et la nature de part leurs complexités me passionnent, c'est à travers mes poèmes que je tente modestement de dépeindre la vie  [+]

Le disciple de Leonard de Vinci en hommage à son maître décédé, fit le serment en larme, écroulé devant sa tombe, de percer le secret des oiseaux, afin de créer une machine lui permettant de voler et atteindre le paradis, qui selon les légendes, surplombait l’azur nuageux.

Chaque jour, il se mettait au travail avec acharnement. Pour se lancer corps et âme à cet objectif, il délaissa sa femme et ses enfants, ses nuits devenaient blanches et ses yeux pochés de cernes. Sa santé déclinait, autant que ses humeurs. La force du désespoir le poussait à ses limites les plus extrêmes, pourtant, durant ses recherches, il avait le cœur comblé, aussi chaud que les rayons du ciel. Un soir, alors qu’il était dans une taverne, afin de répandre dans ses veines les délices de l’alcool et ses effets, qui selon lui attiseraient son inspiration et vivifieraient son esprit à la découverte, son alter ego apparu.

-Bonjour, moi, tu te donnes du mal à ce que je vois ? Veux-tu de mon aide ?
Le disciple du maître quoi que surpris, ne réagit pas et grâces aux effets de l’alcool prit cette apparition comme un phénomène naturel, une dérive de son âme, une illusion de son esprit.
-Qui es tu ?
-Je suis toi, je te l’ai déjà dit ! Du moins je suis le génie qui sommeil en toi. L’alcool m'a libéré de mes chaînes, désormais, je peux t’aider comme tu as cessé d’être terre-à-terre.

L’alter ego était son opposé, il était extraverti, souriant, il bougeait et gesticulait dans tous les sens.

-Arrête de faire cette tête de dépité, écoute dont ce que je te dit ! J’ai la solution !
-La solution ?

L’alter égo commanda une tournée de bière supplémentaire.

-Bois, c’est moi qui offre, tu es encore un tout petit peu terre-à-terre, à cause de cela je ne suis en réalité pas complètement libre, mais je le suis assez pour apparaître et te parler.

Le disciple de Léonard descendit les verres comme un assoiffé dilapidant le peu d’eau qui lui restait. Ça tournait, son esprit était si volatile qu’il avait l’impression de léviter.

-Voilà, maintenant, je suis libre, totalement libre ! Écoute-moi bien, maintenant.

L’alter- ego prit un air sérieux, si sérieux qu’il saisit l’attention du disciple.

-Une question avant tout. Ta découverte vaut telle plus que ta propre vie ?
-Oui ! Oui ! Et encore oui !
-Parfait. Prends de quoi noté et rends toi sur le sommet le plus élevé d’Italie, maintenant, le plus vite possible, avant que les effets de l’alcool se dissipent. Une fois que tu y seras, je t’y rejoindrais.

Le disciple, quoi que titubant, déguerpit, sans sac, sans provision, armé de ses notes et d’une plume sur le plus haut sommet d’Italie. Son alter ego y réapparu.

-Que dois-je faire maintenant.
-Il nous faut vite agir, tu redeviens de nouveau terre-à-terre. Écoute-moi bien. Tu dois sauter dans le vide, pendant ta chute, tu perceras le secret pour voler comme les oiseaux. Il te faudra vite l’écrire avant d’atteindre le sol et de redevenir terre-à-terre.

Le disciple très éméché, à la limite de l’hébétude, ne remit pas une seconde en question les dires de son alter ego. Un instant, il observa l’océan de nuage.

-Vite, dépêche-toi de sauter. Bientôt, je ne serai plus libre et toi, tu ne sauras jamais le secret pour voler.

Sans hésiter, en tenant fermement son parchemin et sa plume pour écrire, il sauta dans le vide. L’alter ego l’avait suivit. Le disciple de Leonard n’eut le temps de rien écrire, il s’explosa au sol, son corps fut écrabouillé, le papier lui avait survécu, dessus des annotations, des schémas, des calculs étaient visibles.

Une légende raconte que celui qui avait découvert le secret pour voler, grâce à la première machine qu’il baptisa du nom d’avion, avait découvert ce secret alors qu’il se rendait en Italie, non loin du plus sommet du pays, dans une brocante, chez un vendeur à qui il acheta un parchemin peignait de goutte de sangs, un parchemin qui indiquait tous les plans précis et exact pour réaliser l’avion.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,